Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 286 du 20 février 2003 - p. 18
Autres nouvelles
Le proc’ du 93 tripotait
les Enfants de la Veuve

Allons bon, c’est encore bien du souci pour les Frères, cette affaire Voirain !

Premier substitut auprès du Procureur au parquet de Bobigny, Jean-Louis Voirain, vient d’être mis en examen et écroué par sa collègue le juge Isabelle Prévost-Desprez pour "corruption passive, trafic d’influence, blanchiment d’argent aggravé et recel d’abus de biens sociaux et de détournement d’actifs".

Cette affaire est une retombée, une de plus, de l’énorme scandale du "sentier" qui avait mis en lumière l’existence d’un formidable réseau de blanchiment d’argent sale et d’escroquerie entre la France et L’Israël.

Des "industriels" de la fripe parisienne obtenaient de complices bien placés dans des banques, des prêts qu’ils ne remboursaient jamais et exportaient les fonds en Israël avant de détruire leurs comptabilités et de déposer leurs bilans.(Chez les pompiers du centre de Paris, la période des bilans est appelée "la saison chaude"...)

Autre technique : des chèques lavés étaient versés sur des comptes Israéliens que les compensateurs des banques françaises payaient sans vérifier la solvabilité des comptes débités.

Les sommes en jeu sont pharamineuses, et l’on savait les complicités innombrables jusque dans les plus haute sphères de l’administration mais, depuis le début, un véritable mur de silence et d’arguties juridiques avait été élevé pour retarder la procédure. On avait même dû faire aménager une salle d’audience spéciale pour recevoir la foule des inculpés, des avocats, des plaignants et des témoins au palais avant de tout démolir, l’audience étant remise aux calendes grecques pour d’infimes erreurs de procédure.

Pourtant, l’enquête a fini par aboutir à l’arrestation de Jean-Louis Voirain, 58 ans, premier substitut du procureur depuis 1989 à Bobigny qui a reconnu avoir reçu de ses amis du Sentier de nombreux cadeaux : montres, briquets, stylos de luxe, bijoux, appareils photo et voyages, le tout pour une valeur d’environ deux cent mille francs.

Mais le magistrats marron a froidement nié que ces cadeaux soient le paiement d’une quelconque contrepartie.

Autre scandale, ce substitut particulièrement répressif et surtout impitoyable avec les avocats (Maud Marin fut radiée du barreau de Bobigny pour avoir écrit un livre dénonçant les faiblesses de la Justice face à la terreur des gangs immigrés) venait d’être proposé en 2002 par le ministre de la Justice Dominique Perben pour le poste prestigieux d’avocat général à la cour d’appel de Paris.

Il a fallu que le Conseil supérieur de la magistrature intervienne avec force pour que cette décision soit annulée.

C’est que tout le petit monde des robins et des chats fourrés savait depuis longtemps à quoi s’en tenir sur ce magistrat trop riche et trop voyant qu’on appelait "l’homme à la Mercedes".

Mais personne ne disait rien. Parce que Voirain était Franc-Maçon, donc protégé par ses frères (innombrables dans la magistrature), qu’il protégeait ses protecteurs à titre de réciprocité et que ses relations avec la pègre juive se sont nouées dans les ateliers de son obédience.

Bref, rien que de très classique.

Ce qui l’est moins, c’est que la perquisition chez ce pourri a conduit à la découverte de documents prouvant sa participation à un réseau de maniaques pédophiles et que ce soupçon a été confirmé par des membres de sa propre famille.

D’où l’inquiétude des loges devant cette nouvelle affaire qui pourrait aboutir à la découverte d’un réseau de maniaques au sein de la Franc Maçonnerie...

Décidément, si même les enfants de la veuve ne sont plus à l’abri des détraqués...

Le Libre Journal
Sommaire - Haut de page