Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 286 du 20 février 2003 - p. 23
Nos pères
Un texte de saint Irénée (130-200)

« La splendeur de Dieu est vivifiante : ceux qui voient Dieu, reçoivent la vie. C’est pourquoi, lui, l’insaisissable, l’incompréhensible, l’invisible, se donne aux hommes, en se rendant visible, compréhensible et saisissable, pour vivifier ceux qui le reçoivent et ceux qui le voient. Car vivre sans la vie, c’est impossible : la substance de la vie vient de la participation à Dieu et participer à Dieu, c’est voir Dieu et jouir de sa bonté. Ainsi les hommes verront Dieu pour vivre : par cette vue, ils deviennent immortels et arrivent à Dieu. Je l’ai dit, il était annoncé en image par les prophètes que Dieu serait vu des hommes qui portent son Esprit et sans cesse attendent sa venue. C’est ainsi que Moïse dit dans le Deutéronome : En ce jour-là, nous verrons, car Dieu parlera à l’homme, et l’homme vivra.

« La puissance de celui qui opère tout en tous est invisible et inexprimable pour tous ceux qui ont été faits par lui ; toutefois il ne leur est pas inconnu : tous apprennent de son Verbe qu’il n’y a qu’un seul Dieu Père qui contient tout et donne l’être à toutes choses ; ainsi qu’il est écrit dans l’Evangile : Nul n’a jamais vu Dieu le Fils unique, qui est dans le sein du Père, lui, l’a révélé.

« Depuis le commencement, le Fils est auprès du Père : au temps voulu, il a montré aux hommes pour leur profit les visions prophétiques, la variété des charismes, ses ministères et la glorification du Père, de façon cohérente et claire : qui dit cohésion dit harmonie, qui dit harmonie dit temps voulu, et qui dit temps voulu dit profit. C’est pourquoi le Verbe s’est fait le dispensateur de la gloire du père au profit des hommes pour qui il accomplit de telles économies : ainsi il montre Dieu aux hommes, et présente l’homme à Dieu, tout en préservant l’invisibilité du Père, de peur que l’homme n’en vienne à mépriser Dieu, mais, en même temps, pour qu’il ait toujours des progrès en vue, il rend Dieu visible aux hommes en le montrant par de nombreuses économies, de peur que, totalement privé de Dieu, l’homme cesse d’être. Car la gloire de Dieu, c’est l’homme vivant, et la vie de l’homme, c’est la vue de Dieu. »

(Trad. Sources Chrétiennes)

Abbé Guy-Marie
Sommaire - Haut de page