Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 287 du 28 février 2003 - pp. 4 à 7, 12
Chirac : Pas son frère

L’Ambassade de France a du se fendre d’un démenti après l’annonce que Chirac se rendrait "sur la tombe de son frère" dans le cimetière d’Oran. Le locataire des lieux n’était qu’un homonyme auquel la rumeur publique avait prêté cette parenté illustre.

Résultat noté par Chawki Amari : "les autorités ont décidé de s’enquérir de la santé des étrangers. Non pas des vivants puisqu’il y en a très peu, mais des morts. Ainsi, tous les cimetières chrétiens d’Alger ont été rénovés et les tombes nettoyées."

Bush de là !

A l’occasion de ce nettoyage, les autorités ont fait une découverte : un dénommé W. Bush est enterré du côté de Mascara. La population est convaincue qu’il s’agit d’un parent de l’actuel occupant de la Maison-Blanche, mais l’ambassade US n’a toujours rien dit.

Il faut dire qu’aucune visite de l’Algérie n’est inscrite au programme du Président des Etats Unis pour les prochaines années.

Alger se hait

Quoiqu’il en soit, "Alger la Blanche" reprend des couleurs (aux frais de la France qui a financé le coût de la visite chiraquienne.) Mais les algérois ne sont pas dupes. La dernière blague le montre : « Bouteflika nous hait tellement qu’il est capable d’enlever la peinture des murs après le départ de Chirac pour la remettre dans les pots ».

Ce qu’on appelle ne pas pouvoir se voir en peinture.

Les sans-papiers se volent...

Les immigrés clandestins ne sont pas contents : on leur a piqué le fric extorqué aux gogos.

Le collectif "Solidarité sans-papiers 93" accuse "La Coordination 93" d’avoir volé près de 40 000 leuros provenant des collectes faites pendant l’occupation de la Basilique de Saint Denis. « L’argent qui avait été déposé sur un compte commun aux noms de Michel Clément et de Claude Goislot a disparu. Nous exigeons que la Coordination nous remette la moitié de cette somme », réclame Michel Clément devenu l’un des leaders de "Solidarité".

... dans les plumes !

Ce à quoi Goislot resté leader de "Coordination" réplique sèchement : « L’argent appartient aux 5 500 sans-papiers qui nous l’ont confié. C’est moi le trésorier et c’est moi qui suis responsable de cet argent. Tout ce que Solidarité pourra éventuellement obtenir, c’est une somme qui correspond à leur nombre, c’est-à-dire tout au plus 400 personnes. Nous déciderons de cette éventualité dans une prochaine assemblée générale ».

Et s’ils réglaient ça à la machette ? Ça arrangerait tout le monde.

Quelle famille...

Nicolas Miguet, 42 ans, directeur du Journal de Miguet peut s’offrir des affiches de 4 m sur 3, dans toute la France, rien que pour assurer qu’il est « honnête le vendredi ».

Son frère Philippe-Marie, 43 ans, gourou d’une petite communauté à Chandai (Orne), tente de se faire sacrer "évêque" par l’Eglise syriaque orthodoxe d’Antioche, puis l’ukrainienne autocéphale Sobornopravna... En vain. Il y a de jolies mitres en carton dans les magasins de farces et attrapes, mais "Mgr" Miguet en aura-t-il encore les moyens quand la justice, qui l’a mis en examen pour « abus de confiance et escroquerie », saura d’où sortaient les 500 000 leuros qui ont transité sur son compte entre 1997 et 1999 ?

« Viva la Musica »...

Autre grand ami des sans-papier, Shungu Wembadio Pene Kikumba, citoyen belge (wallon pour être précis), a été interpellé à son domicile d’Aulnay-sous-Bois, près de Paris (en France pour être exact) sur dénonciation d’immigrés africains (congolais pour être clair) porteurs de faux documents et d’attestations de travail. Shungu Wembadio Pene etc. est accusé de complicité d’immigration clandestine et de trafic de faux papiers.

Ces belges, tout de même !

... des billets verts !

Jusqu’à présent ce ressortissant d’outre-quievrain avait plutôt fait parler de lui en raison de son militantisme en faveur des immigrés clandestins. Pas une manifestation de soutien aux sans-papiers qui ne soit pas ornée de sa présence artistique et bénévole. Shungu Wembadio etc. etc. ne refusait jamais de donner un concert gratuit pour les S-P.

Il est vrai que comme par ailleurs, il les rackettait, ça fait une moyenne.

Gentil Papa Wemba

Connu des disquaires sous le nom de Papa Wemba, Star de la ouhorlde miousic et chanteur du groupe Viva la Musica, Shungu etc. etc. etc. faisait depuis deux ans, entrer avec par centaines des nègres pourvus de faux contrats de musiciens qui n’ayant jamais touché un tam tam de leur vie s’évanouissant dans le paysage des la frontière franchie après avoir allongé l’équivalent de trois mille cinq cent teuros à leur généreux frère. La Police française, insensible à ce sens de la solidarité communautaire a foutu etc. etc. etc. etc. en taule.

Cojones

Recevant à Hollywood le globe d’or du meilleur film étranger, le cinéaste Pedro Almodovar a dédié cette distinction à "ceux qui luttent pour la paix". La presse espagnole salue « ce courage dans un pays ou le lobby juif pour la guerre contre l’Irak tire l’essentiel de ses moyens de l’industrie du cinéma. »

Holà !

Sans doute ?

Le député algérien Abdelmalek Benbara, disparu depuis trois semaines en France et dont le cadavre a été retrouvé l’autre semaine à Paris dans le coffre de sa voiture, a "sans doute été assassiné", selon les premières constatations des enquêteurs.

Dans le cas contraire, il faudra expliquer comment il a pu s’enfermer dans son coffre après sa mort.

Sherlock, reviens ! Ils sont devenus fous.

Scoumoune

Détail troublant : Benbara était l’ex-concubin de Louza Benakli, élue municipale à Nanterre abattue au mois de mars 2002 par le militant terroriste Vert Richard Durn qui avait ouvert le feu à l’issue de la séance du conseil municipal, tuant huit personnes.

Dans la famille Scoumoune on demande le grand-père...

Sauvages

Michel Roudey, et sa femme Stella comparaissent devant les Assises.

Le premier pour avoir, le 7 juillet 1999, défenestré ses deux fillettes depuis son appartement du cinquième étage. La seconde pour l’avoir laissé faire.

Bizarrement, les médias pourtant friands d’ordinaire de ce genre de drame domestique, ne parlent pas de ce double crime de sauvages.

Serait-ce parce que Michel et Stella sont africains ?

Encore Ceccaldi-Raynaud !

Sénateur-maire UMP de Puteaux, Charles Ceccaldi-Raynaud a décidé de révoquer un policier municipal à qui il reproche de n’avoir pas fait son travail.

Détail de l’histoire : chargé de surveiller les délinquants dans les halls d’immeuble, ce fonctionnaire avait, en plus, verbalisé un conducteur coupable d’avoir grillé un feu rouge.

Et alors ?

Et alors : le chauffard est un proche du maire.

Découvertes

Ministre délégué à l’Enseignement scolaire, Xavier Darcos a découvert dans les établissements scolaires un "communautarisme, souvent lié à l’islamisme extrêmement inquiétant".

Il a aussi découvert "des situations intolérables de grands frères qui exercent des pressions sur leurs soeurs pour qu’elles se voilent".

Enfin, il a découvert que le service juridique du ministère est "sans arrêt sollicité à la suite de demandes de salles de prière dans les établissements ou pour des régimes particuliers."

On espère qu’il ne sera pas trop choqué le jour où il découvrira qu’il y a des immigrés en France.

Réactif

Quoiqu’il en soit, Darcos a immédiatement pris des mesures face à cette situation "beaucoup plus alarmante qu’un acte de violence physique isolé dans un établissement". Il va renforcer l’éducation civique, "en la réorientant sur le respect des fondements rationnels de la République".

Ce qui s’appelle frapper fort !

Ferme et droit

En outre, estimant qu’il faut gérer la question "avec beaucoup de fermeté" et "ne rien laisser passer", le ministre a pris une mesure dont l’audace n’échappera a personne : "sur un plan symbolique, il faut que le drapeau français flotte au-dessus de l’entrée de chaque école et qu’y soit systématiquement inscrite la devise de la République : liberté, égalité, fraternité".

Avec ça, on est sauvés !

Au mérite !

Félicitations à la productrice de télévision Agnès Vincent nommée au Conseil supérieur de l’audiovisuel par le chef de l’Etat.

Madame Agnès Vincent s’est récemment illustrée en signant un long documentaire hagiographique consacré à madame Chirac.

Sommaire - Haut de page