Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 287 du 28 février 2003 - p. 23
L’humeur de Patrick Gofman
Je suis un lâche...

... Et je le prouve.

Dans la nuit du 19 au 20 février 2003, j’entends Marie-Caroline, 31 ans (qu’elle dit), téléphoner à Franc Sphincter.

- Allo, Macha ? Bon ben mon portable il est à plat, on va être coupées, mais je voulais parler de la gente (sic) masculine. Ils sont plus que des demi-zhommes (sic). Ils ont trop peur de s’engager. Oualà, moi, je viens de connaître un homme, et après le moment X (sic), je lui dis : "Es-tu sincère ?" Et qu’est-ce qu’il me répond ? "Tu me casses la tête avec tes questions stupides !" Les hommes... (Couic, l’insup/portable foire).

« Les hommes sont des lâches, c’est bien connu, c’est généralement admis, tout le monde est d’accord... » La Standardiste des Paumé(e)s, Macha Béranger, casquette, chien-chien et clope au bec, serine ça toutes les nuits sur Franc Sphincter depuis vingt-cinq ou trente ans.

Eh bien, moi aussi je suis d’accord : quand j’entends une emmerderesse appeler la radio d’Etat avec un téléphone en panne, pour raconter ses coucheries à 300 000 personnes en alignant un pataquès par phrase, en appelant l’amour "le moment X" (la séquence pornographique ? Une croix à porter ? Une croix sur un point de passage obligé ?) et en précisant que chez elle ce "moment" grandiose se paie d’un interrogatoire de police stupide (celui qui n’est pas sincère, andouille, il va te le dire sincèrement ?), quand j’entends ça je n’ai plus qu’une idée : fuir.

Je suis un lâche. CQFD.

Patrick Gofman
Sommaire - Haut de page