Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 287 du 28 février 2003 - p. 23
Nos pères
L’Eglise des martyrs (I)

Nous sommes au IIIe siècle, au dernier tiers de ce qu’il est convenu d’appeler les origines de la littérature patristique. Après les auteurs judéo-chrétiens (par ex. La Didaché ou les Odes de Salomon), puis les pères apostoliques (par ex. saint Ignace d’Antioche), puis les pères apologistes (par ex. saint Justin ou saint Irénée), les carrures exceptionnelles de ce siècle sont saint Clément d’Alexandrie, Origène, Tertullien, Lactance). Le père Chauvet écrit : « Le progrès du christianisme est si rapide que les empereurs commencent à s’inquiéter », d’où les grandes, mais intermittentes persécutions. Cela dure soixante-quinze ans, sous Septime-Sévère (203), Dèce (250) et Valérien (257). Un édit, de 202, ouvre une nouvelle ère dans les rapports entre l’Etat romain et l’Eglise ; il impose aux magistrats une attitude plus active - poursuite des chrétiens, surtout des élites. « La persécution proprement dite va commencer » (Cayré). Cela suscite dans les communautés de fortes institutions catéchuménales et une exhortation au martyre. Du côté des païens, on note un effort de rénovation du paganisme. invasion des cultes orientaux, néoplatonisme ascétique (Plutarque), manichéisme (Manes est né en 215).

Certains acquis théologiques des deux premiers siècles sont connus : la Trinité des Personnes en Dieu et la double nature du Christ, divine et humaine bien que ce vocabulaire ne soit pas fixé), les notions d’économie divine (influence de la Trinité dans l’histoire) et de récapitulation du genre humain en Jésus-Christ, accomplissement de toute philosophie en Jésus, l’unité des Ecritures au moyen, notamment, de l’idée de figure (les événements et les saints de l’Ancien Testament sont des figures ou des types des événements et de la personne de Jésus - on parlera d’exégèse typologique de l’Ancien Testament), la structure et l’unité de l’Eglise. Deux sacrements dominent : le baptême et l’eucharistie. La foi catholique est condensée dans des symboles et discernée au milieu des erreurs par la règle de la foi.

Abbé Guy-Marie
Sommaire - Haut de page