Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 288 du 12 mars 2003 - p. 22
Balade
Le nom des rues

Arras, Bagnolet, Houilles, Ivry, La Courneuve, Montreuil, Pontault-Combault, Rouen, Talence, Tomblaine, etc. : Rue Robespierre, désignée ainsi parce que réputée coupe-gorge ? A Montreuil, une salle de spectacle baptisée La Guillotine y trône au n° 24 : à vous couper le souffle. Et si Versailles devait un jour en avoir une, nul doute qu’elle couperait la Route de la Reine.

Limours : Ô rue, qui répondais jadis au doux nom de « boulevard du Valménil », te voilà désormais rebaptisée « boulevard du Général-Leclerc » depuis qu’une colonne de blindés t’a piétinée un beau jour d’août 1944 !

Combien de rues, hélas, ont ainsi perdu leur nom de jeune fille pour s’être mariées au vainqueur...

C’est ainsi que trop souvent l’instant triomphe de l’histoire.

Méru : Ce bourg de l’Oise avait cru pouvoir offrir un bout d’éternité à feu l’un des siens, généreux donateur de son état, en attribuant son patronyme à une petite rue tranquille.

Le Méruvien ainsi honoré s’appelait Franco. Oui, comme le généralissime devenu célèbre plus tard. C’est d’ailleurs pour ça qu’on a rebaptisé la petite rue tranquille.

Niort, Nîmes, Evreux, Bobigny, Nantes, Nanterre, Sofia (en Bulgarie), etc. : Rues, avenues et boulevards Salvador-Allende, tous en sens interdit. Les avocats de Pinochet n’ont qu’à passer par les égouts.

Hameau de Montabé (Boullay-lès-Troux) : Rebaptisée par le subconscient du trésorier de la police municipale de Versailles, la rue des Sources devint un jour, le temps d’un pli recommandé... la rue des Ressources.

Le Libre Journal
Sommaire - Haut de page