Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 289 du 22 mars 2003 - p. 7
Coup de gueule
par Bernard Antony
Non, Georges W. Bush n’est pas chrétien !

Déjà coupable d’avoir maintenu l’embargo odieux qui a causé la mort d’un million d’enfants irakiens, Georges W. Bush se prépare à perpétrer un grand crime contre la chrétienté.

L’éclatement de l’Irak placera en effet les communautés chrétiennes sous la menace des révolutionnaires chiites et des Kurdes, dont on oublie trop qu’ils furent les auteurs principaux des génocides arméniens et chaldéens en 1915 et 1932, dont le trait caractéristique fut la systématisation du dépeçage des victimes encore vivantes après le viol ou le lynchage.

Georges W. Bush joue les croisés. Mais les croisades du XIe siècle furent avant tout un mouvement de résistance à la formidable menace de l’Islam qui avançait partout.

En Occident, les Arabes occupaient l’Espagne. En Orient, les Turcs seldjoukides interdisaient les pèlerinages en Terre Sainte et s’emparaient de toute l’Asie mineure, assiégeant Constantinople.

Les croisés affrontaient avec courage un envahisseur puissant, aussi bien armé et plus nombreux.

L’attitude de Bush et de ses compères Blair et Aznar est à l’opposé de cette situation.

Disposant de forces fantastiques, ils s’apprêtent à écraser sous le déluge du feu des missiles et des bombardiers une armée du tiers-monde préalablement désarmée.

Georges W. Bush, soi-disant chrétien, pseudo-évangéliste fanatique, participe d’un fondamentalisme dit "biblique" qui agit en vue de la domination définitive du Peuple Élu sur l’Humanité sans que l’on sache si ce "peuple élu" est celui d’Israël, celui des gardiens de vache texans ou la coalition des deux.

Il s’inspire plus, en tous cas, de l’exemple des quelque dix-sept exterminations perpétrées par le primitif peuple élu contre ses ennemis et rapportées par la Bible que du modèle des prophètes d’Israël et de la loi d’amour de l’Évangiles.

Cette obstination dans la sauvagerie rappelle l’extermination des amérindiens mais aussi l’inexplicable bombardement de Nagasaki détruite totalement sans le moindre motif après que la vitrification d’Hiroshima ait obtenu la capitulation sans condition du Japon.

Il est vrai que Nagasaki était la grande ville catholique de l’Empire du Soleil levant...

En fait d’exemplarité chrétienne, G. W. Bush donnerait au monde musulman toutes les raisons d’une haine renforcée contre les roumis, n’était la courageuse action de Jean-Paul II et de l’Église catholique pour rendre impossible toute confusion entre un hold-up géant sur le pétrole et une croisade chrétienne.

Reste que, pour les islamistes fanatiques, l’action de Bush est le meilleur des prétexte à un redoublement de la propagande assimilant le christianisme à la politique du bombardier.

Georges W. Bush et ses compères Blair et Aznar se moquent totalement, répétons-le, de la survivance des dernières chrétientés d’Orient.

Il est temps que les nations libres se concertent pour faire face à cette arme de destruction massive qu’est devenue la puissance américaine entre les mains de Georges W. Bush.

Sommaire - Haut de page