Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 290 du 2 avril 2003 - p. 23
Nos pères
Origène (I)

« L’homme d’acier, sévère et affable... ». Le premier écrivain chrétien dont nous avons la certitude qu’il naquit dans une famille chrétienne et fut élevé en chrétien. Ce n’est pas un converti du paganisme. Il ne se préoccupe pas des « points » ni des « chemins d’approche » (Campenhausen). Origène est né en Egypte, à Alexandrie, vers 185. De son père, saint Léonide, qui fut son premier maître, mort martyr en 202, il gardera le désir d’une fin semblable. A l’âge de 18 ans, il succède à saint Clément dans la direction du Didascalée. Grammairien, il est essentiellement professeur. Il organise ses cours en deux étapes : cycle classique (profane) et cycle théologique. Il se castre par ascèse, eunuque volontaire (cf. Mt 19). Il est le disciple éphémère du philosophe Saccas et, comme lui, éclectique, pour n’avoir pas choisi entre le stoïcisme, le pythagorisme et le platonisme. Il voyage dans tout l’empire, bénéficiant d’une longue période de paix civile. Chassé par son évêque, il est ordonné prêtre en Palestine, où il ouvre une école théologique à Césarée. Il meurt à Tyr en 254 à l’âge de 69 ans, à la suite de tortures (chevalet et carcan) et d’un emprisonnement de 2 ou 3 ans. « L’auteur le plus fécond de l’antiquité et sans doute aussi de l’Eglise », note Cayré. Saint Epiphane lui attribue 6 000 volumes (minces à cette époque), Eusèbe 2 000 et Jérôme 800 ! Quoi qu’il en soit Hamman et Campenhausen parlent à son sujet d’une oeuvre gigantesque (en grec). On peut classer celle-ci en 5 types :

Exégèse (Les Hexalpes ou Les Octaples : mise en 6 ou 8 colonnes du texte hébreu et ses différentes traductions ; commentaires ; homélies) ;

Théologie spéculative (une dogmatique chrétienne dont la plus connue est le Peri archôn : Des principes) ;

Apologétique (Contre Celse) ;

Ascétique et mystique (De la prière et Exhortation au martyre) ;

Correspondance.

L’important réside, semble-t-il, dans sa méthode et son exégèse.

La Méthode. Elle est mystique : on part de la Révélation écrite et de ce que l’on expérimente (illumination) dans la contemplation ; elle est respectueuse de l’enseignement de l’Eglise ; elle est éclectique en philosophie : on ne s’inféode à aucun système philosophique.

L’exégèse : prochain article.

Abbé Guy-Marie
Sommaire - Haut de page