Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 291 du 11 avril 2003 - p. 22
Cinéma
"Chicago"

Anne Brassié nous avait conseillé cette comédie musicale endiablée, parfaitement cynique et même carrément féministe par moments. Homme de peu de foi, nous avons attendu que "Chicago" récolte six "Oscars" pour suivre l’excellent conseil de notre soeur Anne. Richard Gere gère. Catherine Zeta-Jones est une vraie danseuse. Renée Zellweger a minci depuis "Bridget Jones", et cela sied à sa grâce perverse. Chants et danses sont éblouissants, avec tout le dynamisme américain. Le tableau du show-biz, des médias et de la justice US est uniformément noir, tantôt effrayant, tantôt drôle.

***

Pendant que nous y étions (au cinéma), nous avons pris note de deux films à ne pas voir. Grâce à leurs consternantes bandes-annonces. Chacun comprend qu’une bande-annonce aguiche le client avec les moments forts d’un film... Alors, quand on a cru d’abord voir un "clip" anti-alcoolique devant la bande de "Wanted", les faces séniles, hébétées et bouffies de Renaud, Halliday, Bohringer et C°, on a envie de leur déconseiller de « braquer l’Amérique », et même l’épicier du coin.

***

Quant à la bande de "Laisse tes mains sur mes hanches", de Chantal Lauby, avec Chantal Lauby, aux éditions Chantal Lauby... ce n’est rien de plus que l’affiche du film ! A peine plus animé ! L’ex-star d’Anal+ est aux toilettes (bon appétit) entre deux mannequins géants, et pas trop jolis, pour ne pas éteindre la beauté spéciale, et quelque peu ternie, de... qui déjà ? Ah oui, Chantal Lauby. Même Le Canard enchaîné liquide ce film supposé « romantique mais rigolo » comme « tout simplement gnan-gnan ». C’est bien la peine de s’appeler Chantal Lobby, si c’est pour se faire allumer par la grosse presse !

Intérim
Sommaire - Haut de page