Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 292 du 24 avril 2003 - p. 22
Langue fourrée (bien sûr)

Découvert dans une publication juive ce projet « à prendre très au sérieux » :

« Le débat sur la nécessité d’une langue unique revient fréquemment. L’avenir, c’est le yiddish.

Le yiddish est une langue véritablement européenne, qui était répandue dans plusieurs pays. Elle ne peut donc pas être associée à la domination d’un pays sur l’ensemble de l’U.E.

Elle symbolise parfaitement la réunification entre Ouest et Est, puisqu’elle était parlée aussi bien dans des pays actuellement membres de l’U.E. que dans des pays qui vont la rejoindre.

Ses racines sont multiples, et ne privilégient donc pas un groupe linguistique sur un autre. Mélange de haut allemand, de slavon et d’hébreu, elle est donc à la fois une langue germanique, slave et sémitique. A la fois indo-européenne et non indo-européenne (comme ça les Hongrois, Finlandais, Estoniens et Basques seront contents).

Elle peut s’écrire en plusieurs alphabets (latin et hébraïque), et l’adaptation dans de nouveaux alphabets (grec et cyrillique) ne devrait pas poser trop de problèmes.

Elle n’est quasiment plus parlée aujourd’hui, donc personne ne sera avantagé dans son apprentissage.

Ce n’est pas une langue artificielle, elle véhicule une riche culture.

Cela fera de la "parnosse" (pour ceux qui sont pour l’heure encore non-yiddishisants, la "parnosse", ce sont les moyens d’existence). »

Voilà une bonne idée ! Euh... simple question, vénérés maîtres : pour avoir le droit de rester en Europe on sera obligé de se faire circoncire ou bien... ?

Le Libre Journal
Sommaire - Haut de page