Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 294 du 28 mai 2003 - p. 2
Lettres de chez nous
Limonov : rumeurs

LLJ n° 293 rapporte la rumeur curieuse selon laquelle le milliardaire Berezovski aurait financé la défense de Limonov... Voici mieux : l’écrivain serait libéré en automne (« Une belle victoire pour son comité de soutien », écrit J. Langlois dans Rivarol le 23 mai) et prendrai une place éligible sur les listes du... parti communiste russe ! Soutenu par Berezovski ! Heureusement que vous avez défendu le bel Edouard « sans adhérer [à ses] opinions politiques » : elles semblent aussi instables qu’incohérentes...

Michel Bernard (Lyon)
Dites-nous tout

Je serais consterné de voir la zizanie revenir au Front. Ce qui me révolte c’est que les médias se régalent de ce genre de choses. L’expérience de 1998 n’a-t-elle pas servi ? Cela me désole car je suis convaincu que le Front peut encore progresser. Certes, il y a des tendances diverses au Front, il serait idiot de le nier. Mais elle doivent trouver un modus vivendi.

Il faut apprendre à gérer de façon sereine et intelligente les divergences qui peuvent survenir dans la droite nationale.

La division :

1.- est légitime si elle reflète de réelles divergences ; par conséquent, que des associations nationales Chrétienté-Solidarité, Terre et Peuple, les Jeunesses identitaires et leurs journaux polémiquent est normal ;

2.- est inoffensive électoralement pour la droite nationale car la masse des électeurs est peu traumatisée par ces discussions ;

3.- est bénéfique, car elle permet une saine émulation : plus il y aura de groupuscules, journaux, et réseaux d’influence mieux ce sera car cela permet de ratisser plus large : par exemple, chez les catholiques et chez les non catholiques, etc.

L’existence d’une multiplicité de mouvements à petite audience crée un bouillon de culture qui prépare métapolitiquement un changement politique droitier radical.

A l’inverse, la division au sein d’un même parti, l’étalage de divergences reposant moins sur des choix idéologiques que sur des antipathies personnelles est très mauvais à tous égards et je dirais même criminel.

Les dirigeants n’ont pas le droit de se servir des journalistes du système qui les détestent pour régler leurs comptes. Ils devraient savoir que pour les hommes politiques de la droite nationale, il n’y a pas de "off". Tout ce qu’ils diront en aparté se retrouvera dans la presse déformé et servira à alimenter une campagne vouée à la destruction de la vraie droite.

Il faut qu’ils se ressaisissent. Je pense que vous, journalistes de la presse amie, pouvez jouer un rôle.

Vos lecteurs sont avertis et comprendront ce que vous voulez dire (ils ne se détourneront pas pour autant du vote national).

Mais surtout tenez-nous au courant car le pire serait vraiment que nos amis ne soient informés de ce qui se passe au sein de la droite nationale que par le biais des médias du système. Il ne faut donc pas hésiter à aborder les sujets qui fâchent, il vaut mieux que ce soient des gens bien qui le fassent plutôt que les professionnels de la salissure.

Faute de quoi, c’est la confiance qui risque de diminuer et rien n’est plus démobilisateur.

L.-V. R. (courriel)
L’Israël et le Talmud

Une métaphore talmudique compare la terre à un malade qui vomit ce qui le dérange. La souillure dont la terre est victime du fait de la débauche de ses habitants l’amène à les vomir pour se soulager et se purifier.

En Terre Promise, les fautes extrêmement graves entraînent ce rejet sous la forme d’un l’exil : l’idolâtrie , la débauche, le meurtre et, plus graves encore, la Sinath’ Hinam, haine sans cause (qui provoqua la destruction du second temple) et le non-respect de la Chemittah (jachère septennale obligatoire interdisant les semailles, les récoltes, l’élagage, la cueillette et la vente des produits de la terre) qui fut cause de l’exil à Babylone.

Pour certains Juifs orthodoxes, les souffrances et difficultés qui depuis tant d’années assaillent l’Israël de manière de plus en plus dramatique sont des rappel à l’ordre. Si le message est compris et les comportements corrigés par une réelle Teshouvah (repentir), les fautes seront pardonnées et la bénédiction pourra s’exprimer.

Si, au contraire, le peuple persiste dans la faute, le refus, le rejet de la reconnaissance divine , alors le mécontentement d’Hashem (un des noms de Dieu) grandira.

Le fossé se creuse donc entre ceux qui dénient à l’Israël sa spécificité profondément juive et ceux qui la revendiquent.

Ceux qui la dénient prétendent y vivre à la manière de n’importe quel autre peuple dans n’importe quel autre pays.

Les "juifs" de l’ancienne U.R.S.S., par exemple, ont souvent perdu leurs racines spirituelles (s’ils les ont jamais eues) et ont été accueillis sans précautions parce qu’ il fallait peupler les colonies rapidement.

Résultat : beaucoup "d’immigrants juifs" sont en fait de "faux israélites" qui, à présent, prétendent conserver leurs habitudes cultuelles (parfois chrétiennes) et culturelles. Du coup, l’on voit apparaître des commerces de produits terefah (rituellement impurs) y compris des élevage de porcs (en Israël, alors ça c’est un tour de force !)

Ces "colons" souvent venus d’ex-U.R.S.S. sont aujourd’hui plus de trois cent mille. Inutile d’être grand rabbin pour voir se dessiner à l’horizon les obstacles à l’édification du "Grand Israël". En tous cas, pour nombre de rabbins orthodoxes, le moment approche où "la Terre exigera son repos". D’où le sentiment d’urgence qui s’empare de ceux qui savent et donne à la politique et à la diplomatie israéliennes le caractère hystérique qui étonne tant les peuples sans foi...

S.B. (Oléron)
Rencontres

M. Gofman, nous avons apprécié votre présence à Nice pour promouvoir LLJ, et nous avons également prisé votre livre "Le Cauchemar américain". Amitiés.

M. et Mme L. (Villejuif - 94)
BB présidente !

Est-ce le seule méthode pour se débarrasser de Coco-Chirac ? Est-ce vraiment farfelu ? Ci-joint 30 teuros.

Louis L. (Poissy - 78)
Record

P.G., j’ai lu avec attention votre billet (contre "France Telecom"). (...) sachez qu’en 1989, alors que je recevais mon neveu S., accro du minitel rose (...), je me suis retrouvé avec une facture de 24 000 balles. (...) Ci-joint 10 zeuros pour "Victor".

Jean Fouquet (Oise)
Don

Voici 157 teuros avec toute mon amitié.

Mireille de B. (Gironde)
Sommaire - Haut de page