Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 295 du 7 juin 2003 - p. 22
Cinéma
"L’Arche russe"

La technique au service de la beauté. « Alexandre Sokourov nous offre une expérience et une sensation de cinéma qui dépassent tout ce qu’on a pu ressentir jusqu’ici... » (Les Cahiers du cinéma). Nous voici d’accord avec les ayatollahs des "Cahiers". C’est nouveau ! La sensation de cinéma est semblable à celle ressentie à la projection de "L’Anglaise et le duc". C’est l’utilisation du numérique qui amène à cette impression.

Promenant sa caméra durant une heure et 36 minutes dans 33 salles du musée de l’Ermitage, le réalisateur nous enchante en faisant évoluer 2 000 acteurs qui retracent, en une seule prise et dans un unique plan-séquence, trois siècles d’histoire de la Russie.

C’est le plus bel hommage qui sera rendu à Saint-Pétersbourg pour ses trois cents ans. Ce film était présent à Cannes pour le festival 2000.

Devant le succès engendré par le "bouche à oreille", ce film sera certainement diffusé plus largement qu’aujourd’hui, où il est visible seulement dans le circuit MK2, où la place est à 8,50 teuros.

Olmetta
Sommaire - Haut de page