Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 296 du 19 juin 2003 - p. 23
L’humeur de Patrick Gofman
D’un défilé l’autre

Alain Sanders de Présent a lu mes plaintes dans LLJ 295, et il m’envoie une carte fort aimable pour me certifier que je suis pardonné d’avoir été de gauche il y a 25 ans. Plus réaliste, S. de. B me fait observer que la droite déroule toujours le tapis rouge à un homme qui lui vient de la gauche, tapis conduisant rapidement à un taillis de rancune et de suspicion...

Malgré cet inconvénient, il faut passer de gauche à droite ! Ne serait-ce que parce que « ce qu’il y a de plus triste qu’un jeune homme conservateur, c’est un barbon radical. »

A l’AF, au FN et ailleurs, j’ai retrouvé plusieurs anciens camarades de ma secte trotsko-lambertiste. Les plus honnêtes. Et désormais les plus efficaces et acharnés à retourner l’art de l’agitation-propagande contre ses inventeurs dégénérés, traîtres à la classe ouvrière aussi bien qu’à la patrie. Auxiliaires sournois du "mondialisme", qui viennent d’ailleurs de se rebaptiser "altermondialistes". Quel aveu !

***

Le 9 juin, j’ai vu passer avec plaisir le pèlerinage de Chartres (lire pp. 10-11). Le lendemain, mon plaisir fut moindre, rue St-Antoine (Paris IVe), en considérant le défilé des fonctionnaires. Pourquoi y a-t-il tant d’obèses dans les rangs de ces "forcats de la faim" ? Il pesait au moins 120 kg pour 1,75 m, à moins de 30 ans, cet "anarchiste" de la CNT qui essayait de sauter pour plaquer un auto-collant sur un panneau de circulation, et qui ne pouvait pas décoller du trottoir...

Je n’ai pas aimé non plus que tout en beuglant « Public ! Privé ! So-li-da-ri-té ! » ces démocrates bousculent des enfants en tentant d’envahir le collège catho des Francs-Bourgeois, coupable de n’avoir observé que trois jours de grève. Trois pions leur ont claqué la porte au nez... Plus efficaces que les gardiens de l’Opéra-Garnier, où la représentation a été interrompue par les mêmes crétins, un peu plus tard.

... Oui, décidément : je vieillis et je deviens réac.

Patrick Gofman
Sommaire - Haut de page