Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 297 du 28 juin 2003 - p. 22
Spectacle
Bénureau

Le petit bonhomme haut comme trois pommes agenouillées soulève des torrents de rire... Il me laisse totalement de glace. Les pisseuses énervées qui gloussent au moindre clin d’oeil de l’histrion nain me font pitié... Leurs "Jules" qui rigolent grassement, vautrés dans leur fauteuils rouges, m’interrogent sur les résultats de leurs accouplements... Ils auront beaucoup de petits Bénureau qui à leur tour rencontreront leurs Bénurettes...

Il a triomphé au théâtre du Rond-Point... La folie perdure au Studio des Champs-Elysées.

Ce voudrait bien être bête et méchant comme "Hara-Kiri"... C’est seulement vulgaire et hargneux. Ça se veut iconoclaste et c’est malsain. Il se sont mis à quatre (Didier Bénureau, Anne Gavard, Dominique Champetier et Eric Bidaud) pour signer des textes d’une pauvreté affligeante. La chanson (Morales) qui se moque de l’armée est bien loin de la série militaire de Fernand Raynaud... Le texte moquant le Christ en croix est écoeurant... Un peu de courage... Faites nous rire avec le Prophète... Fou... lard, il y a sûrement quelque chose de "pas cochon" à faire !

Il y a une mise en scène dit la "pub"... ah bon ! Je dénonce : elle est signée Dominique Champetier... Il devrait savoir que la vapeur pour envelopper le clown c’est démodé depuis un moment... Cette fumée nous cache la "vedette" et provoque des toux qui la rendent un instant inaudible... Elle est donc utile ! "A tomber de rire" indique la "réclame"... C’est le tomber de rideau que l’on attend !

Comme nous sommes magnanimes nous ne condamnerons pas totalement Bénureau puisqu’il entame et referme son show avec "Riquita, jolie fleur de Java"... Mais surtout parce qu’au cours d’un de ses sketchs il lâche... « ce con d’Aragon » !

Son cas n’est pas désespéré...

Jérôme brigadier

Studio des Champs-Elysées. 01 53 23 99 19
Sommaire - Haut de page