Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 298 du 9 juillet 2003 - p. 10
C’est aussi notre victoire
Limonov libéré !

Le 7 avril 2001, cent "ninjas" du FSB (ex-KGB) s’abattent sur une isba solitaire, dans la taïga de l’Altaï. Ils y capturent, la plume à la main, Edouard Limonov, écrivain franco-russe « ultra-nationaliste d’extrême gauche » (AFP).

Limonov subit 2 ans de prison du type stalinien. Puis un tribunal lui promet « 14 ans de camp à régime sévère », pour « appel à coup d’Etat, tentative de formation de groupes armés illégaux, préparation au terrorisme, ainsi que complicité de recel d’armes et d’explosifs ». Des intentions. Que l’écrivain nie. « Bouc émissaire », écrit Associated Press.

Abandonné par le Quai d’Orsay, Limonov trouve le soutien de confrères en Russie, en France, et dans le monde entier par la voix de PEN International.

15 avril 2003 : l’homme, 60 ans, est condamné à 4 ans de réclusion pour le seul chef de recel d’armes.

15 mai : « "Limonov libre". Ça vient ! Et "LLJ" n’y sera pas pour rien ! » (n° 293).

26 juin : sur la radio Echo de Moscou, son avocat, Me Beliak, annonce sa libération imminente. KMnews.ru invoque pêle-mêle ses 2 ans de préventive, sa bonne conduite, l’intervention de ses éditeurs... moscovites et de plusieurs députés, dont Jirinovski...

« MOSCOU, 30 juin (AFP) - L’écrivain iconoclaste et dirigeant du Parti national-bolchevique russe Edouard Limonov (...) a retrouvé la liberté lundi... »

Mardi, il déclare sur Echo de Moscou son intention de poursuivre ses activités politiques en Russie, « menacée par deux dangers : l’anarchie et la montée en puissance d’un régime dur. » Son programme : « Il faut donner davantage de liberté au peuple russe. » Plus attirant que son mot d’ordre antérieur : « Staline ! Béria ! Goulag ! »

Nous avons reçu ces nouvelles avec une joie et une fierté immenses. Car elles représentent une immense victoire.

Victoire des personnalités des arts et lettres, de tous bords, qui dans le monde entier se sont jointes à la campagne "Liberté pour Edouard Limonov !" malgré les calomnies et les pressions... de tous bords.

Victoire, en particulier, de notre petit mais Libre Journal. Seul à informer de cette affaire pendant des mois de "black-out", y compris des médias russes. Avec sang-froid : il est enfin possible de révéler, par exemple, que Serge de Beketch (pourtant réputé la tête près du bonnet) a publié la "pétition Limonov", dans son propre journal, sans sa signature, dès lors qu’elle faisait l’objet d’une contestation dangereuse pour la campagne ! Bravo et merci, Serge !

Victoire de notre courant de pensée, puisque le patriotisme de Limonov est constant, parmi ses opinions variables et discutables. Puisque des dizaines de personnalités neutres, ou de gauche, nous ont accordé leur appui dans cette affaire. Puisque nous avons certainement influencé le Kremlin. Et puisque nous avons démontré, en marchant, la continuité du Quai d’Orsay, de Védrine (PS) en Villepin (UMP), dans la trahison, contre Limonov et pour Moussaoui.

Victoire, enfin, mais non la moindre, de l’Etat de droit en Russie. La provocation du FSB contre les libertés russes a été anéantie. C’est un apport capital à l’Entente Paris-Berlin-Moscou.

Patrick Gofman

Secrétaire de la campagne internationale "Liberté pour Edouard Limonov !" Gofman présente "L’affaire Limonov (le dossier)", 160 p., 19 feuros franco à Dualpha - BP 58 - 77522 Coulommiers cedex.
Sommaire - Haut de page