Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 298 du 9 juillet 2003 - p. 14
Deux "droits de réponse"

1. - L’article intitulé « Rions un peu avec Plon Plon » (LLJ n° 294) attribue à M. Philippe Ploncard d’Assac des écrits que non seulement il n’a jamais commis mais qui sont étrangers à sa philosophie.

Ainsi il met quiconque au défit de trouver dans ses travaux les phrases de « juifs honteux » ou « d’apologie de la pureté raciale » : affirmer l’existence de tels propos dans les écrits de M. Philippe Ploncard d’Assac, relève non seulement d’une parfaite perversité dans l’analyse de l’oeuvre de ce dernier mais se heurte aussi à la méconnaissance de la Loi qui fulminerait de tels débordements.

D’autre part, vous attaquez l’état psychiatrique du Docteur Philippe Ploncard d’Assac, peut-on vous rappeler que nul s’il n’est médecin ne saurait émettre un avis sur un patient ni établir un diagnostic.

Traiter un sujet, fut-il un adversaire, de fou, outre la faute stigmatisée plus haut, relève le refus de se justifier et par conséquent démontre sa propre négation de l’intelligence. (Méthode ultime du refus de la contradiction développée dans les régime totalitaires).

Enfin, ce même article met en doute l’habileté de M. le Docteur Philippe Ploncard d’Assac d’user de la particule. Là encore, il semblerait que vous n’ayez aucune compétence pour le défier à ce sujet, il tient à la disposition de tous une nombreuse documentation et armoriale sur son légitime droit à relever le nom d’Assac qui se trouve être une déclinaison en langue d’oc d’Assas.

Nous passeront sous silence vos attaques sur les origines de la mère de M. Philippe Ploncard d’Assas, Nationale Française, née en Egypte.

2. - Par ailleurs Monsieur Tandler nous demande de faire savoir qu’il oppose un démenti à notre écho du LJ 296. Il assure qu’invité à prendre la parole lors d’un dîner du Cercle Chateaubriand au restaurant "Le Pélican", l’écrivain Jean Fouquet a pu parler assis et s’est vu proposer à plusieurs reprises une boisson qu‘il a refusée.

Sommaire - Haut de page