Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 298 du 9 juillet 2003 - p. 20
C’est à lire
La papauté calomniée

"Le Vatican contre les juifs / Le rôle de la papauté dans l’émergence de l’antisémitisme moderne."

Titre et sous-titre résument parfaitement le contenu de ce livre de propagande. Car il ne s’agit pas pour David Kertzen, qui se présente comme "enseignant de l’histoire de l’Italie à l’université Brown", de présenter une thèse mais bien de servir la soupe aux propagandistes les plus haineux du racisme anticatholique.

Le sous-titre, en soi particulièrement explicite, n’est pas sans rappeler les méthodes de l’imMonde, lorsqu’il s’agit de pratiquer la désinformation la plus grossière : "Le rôle de la papauté dans l’émergence de l’antisémitisme moderne".

Implicitement, ce n’est pas un individu donné ou un groupe d’individus qui est visé, mais bien une institution : celle qui préside aux grandes orientations et à la sauvegarde de l’orthodoxie de la religion. Par ailleurs, l’antisémitisme y perd son caractère universel et permanent pour devenir le fruit d’une "création" de novo de cette institution religieuse !

Particulièrement vicieux, mais imparable, il fallait y penser.

Pour ceux qui ne voudraient pas "comprendre" le message, la citation de l’auteur présentée en quatrième de couverture en caractères gras éclairera les sceptiques... et surtout les septiques :

« Ce qui a rendu la Shoah possible, c’est une entreprise délibérée de diabolisation mise en oeuvre durant des décennies par la hiérarchie catholique, au plus haut niveau... à savoir le pape lui-même. »

Bien qu’on ne trouve dans ce "livre" aucune preuve, ni même aucune mention de l’élévation d’Adolf Hitler au cardinalat, ou de la création d’un "ordre monastique chargé des camps de la mort", l’auteur n’hésite pas à agiter les ficelles les plus grosses, reprenant à son compte les rumeurs les plus grotesques de la fantasmagorie moyenâgeuse, comme les sacrifices rituels d’enfants, sujet considéré comme le type même de l’accusation mensongère contre les juifs alors que, c’est le moins que l’on puisse dire, le dossier est fort loin d’être clos...

On ne parle pas, en revanche, du décret du Saint Office du 25 septembre 1928, sous le pontificat de S.S. Pie XI, désavouant l’antisémitisme, ni de l’encyclique Mit brennender Sorge fustigeant le totalitarisme, de 1937, ni de cette allocution de 1938 : « Par le Christ et dans le Christ, nous sommes de la descendance spirituelle d’Abraham. Non, il n’est pas possible de participer à l’antisémitisme. L’antisémitisme est inadmissible. Nous sommes spirituellement des sémites. »

Pour ce qui est de S.S. Pie XII, rien non plus sur sa première encyclique du 29 octobre 1939, Summi pontificatus, lors de l’invasion de la Pologne, qui fit écrire dans le journal juif American Israelite de Cincinatti : « En condamnant le totalitarisme, Pie XII a confirmé l’égalité fondamentale des hommes. Cette encyclique souligne l’inviolabilité de la personne humaine et son caractère sacré. »

On ne reviendra pas ici sur le sauvetage des dizaines de milliers de juifs romains par le Saint-Siège, ni sur les multiples marques de soutien de la Communauté à S.S. Pie XII après la guerre...

Monsieur Kertzen n’a pas à s’embarrasser de ces détails.

Comme le faisait dire Michel Audiard à l’un de ses acteurs fétiches : « Les cons, ça ose tout. C’est même à cela qu’on les reconnaît ! »

Que l’on puisse reconnaître en David Kertzen un membre de cette corporation n’excuse rien ; ce qui est très préoccupant, c’est de voir un tel paquet de m..., allez, disons "de papier", publié par un éditeur du renom de Robert Laffont.

Un "ouvrage" parfaitement répugnant, dégoulinant de vieille haine raciale. Autant le savoir : ce livre témoigne que l’entreprise de démolition de l’Eglise par certains extrémistes juifs connaît aujourd’hui un indéniable regain. Cette montée en puissance est sans aucun doute liée à l’enférocement suscité par la difficulté croissante pour la coterie de faire valider par les historiens sérieux la version officielle de moins en moins crédible des événements de la deuxième guerre mondiale.

Saint-Plaix

Le Vatican contre les juifs / Le rôle de la papauté dans l’émergence de l’antisémitisme moderne, par David Kertzen. Ed. Robert Laffont.
Sommaire - Haut de page