Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 299 du 22 juillet 2003 - p. 13
La guerre des gnoses
par Alain Pascal
Bon 275e anniversaire

La Franc-maçonnerie "française" (sic) - il faudrait dire la Franc-maçonnerie en France - fête son anniversaire(1) et l’on voit actuellement le Grand Maître du Grand Orient (qui, à l’occasion, assure la promotion d’un livre - à ne pas lire - qu’il vient de commettre) se répandre dans les médias.

Tous les journalistes font évidemment la courbette devant ce maître occulte de l’information, et ils ont raison, car s’ils s’aventuraient à le mettre en difficulté, voire à le prendre en flagrant délit de mensonge(2), ils perdraient aussitôt leur place.

Telle est notre République, une République entre les mains de loges qui contrôlent tout : les hommes politiques, les administrations, les médias (liste non exhaustive).

Tel est le système qu’il fallait sauver à tout prix un certain 21 avril. Et c’est pourquoi l’on vit la gauche et la droite, le patronat et les syndicats, les associations et les journalistes se lancer dans une curieuse sarabande, où main dans la main, ou plutôt barbichette par la barbichette, les descendants des plus grands criminels de l’histoire - les communistes du PC, de Trotski et de Lénine - dansaient avec leurs frères libéraux.

La Franc-maçonnerie répète sans cesse qu’elle n’a pas de pouvoir politique, qu’elle ne s’occupe que d’initiations et de symboles, qu’elle est divisée en loges qui n’ont rien à voir les unes avec les autres, mais ce jour-là, il y avait un signe de détresse, un triangle sur les têtes, qui faisait oublier les querelles pour les places et rassemblait les frères autour d’un feu (qui n’est plus sacré depuis longtemps).

Il pleuvait fort et Il fallait se réchauffer contre le froid, raviver la lumière et laisser les profanes dans les ténèbres.

Le système républicain était en jeu - ce dont nous ne sommes pas persuadés... -, ou tout au moins les places étaient en jeu. Ceux qui parlent de complot maçonnique sont paraît-il des obsédés du complot. Le 21 avril a montré une fois de plus qu’il n’en était rien.

Toutes les loges ont prouvé que ce qu’elles disent depuis au moins deux siècles n’étaient que mensonges.

Non, il n’y a pas des francs-maçonneries, il y a une Franc-maçonnerie.

Non, les symbolistes ne s’opposent pas aux athées, les réguliers aux irréguliers.

Tous sont des "spéculatifs"(3), et la Franc-maçonnerie spéculative usurpe l’héritage de l’ "opérative", celle qui a participé à la construction des cathédrales, du temps où la France était royale et catholique.

Les francs-maçons spéculatifs sont des modernes et ils veulent faire table rase du passé chrétien de l’Occident - il ne s’agit plus de la seule France - parce qu’au-delà du combat politique, ils mènent une guerre de religion(4).

Ils veulent substituer leur gnose naturaliste au christianisme.

La Révolution maçonnique est religieuse avant d’être politique, et c’est pourquoi elle est une. Elle a commencé avec le libéralisme bourgeois, s’est continuée par les socialistes et va s’achever dans le mondialisme.

En d’autres termes, ceux qui croient lutter pour la République française sont des dupes, car, lorsque le mondialisme sera en place, que sera la "République française" ?

Rien, le simple souvenir d’un régime où les frères se seront enrichis sur le dos du peuple tout en menant à bien leur combat essentiel : faire la peau de la tradition chrétienne.

Il n’y a eu de République que pour renverser le roi catholique de la "fille aînée de l’Eglise", et les patriotes et républicains qui ont combattu - et parfois donné leur sang - pour la République l’ont fait pour rien.

La France doit être rayée de la carte, tel est le mot d’ordre qui explique toutes les décisions prises par les loges et appliquées par les marionnettes politiques. Il faut tuer ses enfants, et mieux que dans les tranchées, par l’avortement.

Il faut changer le peuple, et mieux que par l’école et les médias, par l’immigration.

Il faut changer la religion, et mieux que par le laïcisme, par les religions orientales.

Il ne faut plus que notre Nation puisse un jour redevenir ce qu’elle était.

Il faut que Rome ne soit plus dans Rome et que la tradition chrétienne s’efface ou se fonde dans une spiritualité globale qui permettra le gouvernement mondial.

Alors, le monde entier suivra « la religion sur laquelle tous les hommes sont d’accord » - ce sont les termes des Constitutions d’Anderson - et il ne sera plus nécessaire que les maçons fassent semblant « de professer la religion de leur patrie ou nation ».

Au Grand Soir, la Franc-maçonnerie sera le « centre de l’union ».

Tel est le plan de la secte que les "obsédés du complot" ont appelée depuis longtemps la Synagogue de Satan.


(1) Les premières loges en France sont de 1728.
(2) A titre d’exemple, le Grand Maître prétend que « la transparence est une tradition maçonne » ! (Fig-mag du 21 juin 2003).
(3) La Franc-maçonnerie dite "spéculative" est née officiellement en 1723 lorsqu’a été rédigé son texte fondateur, les Constitutions d’Anderson.
(4) Voir "La trahison des Initiés", éditions de l’AEncre.
Sommaire - Haut de page