Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 301 du 17 septembre 2003 - p. 2
Lettres de chez nous
La France que nous aimons

Je revenais d’Orly vendredi dernier... Orlyval... R.E.R... et une envie soudainement irrépressible de descendre, arrivé à la station Saint-Michel-Notre-Dame. Aucune raison précise ni réfléchie, vraiment. Alors, j’obéis : je descends.

Contre toute attente, je ne rejoindrai pas les bureaux de ma société cet après-midi-là. Il fait beau, mes pas me dirigent évidemment vers Notre-Dame de Paris, à quelques mètres de moi.

J’entre. J’avance, et découvre le panonceau annonçant que l’on va vénérer La Couronne d’Epines à 15 heures.

Il est 14 h 30. Je sais donc désormais pourquoi "on" m’a amené là. Je demande où ça se passe, persuadé qu’on va m’orienter vers une obscure chapelle qui permettra à tout ça de se passer sans déranger les Japonaises en short et les Allemands en ventre.

Pas du tout, ce sera dans la nef. Ah ?

Quelques minutes après, la nef en question est noire de monde blanc, et les Chevaliers apportent les reliques, dont La Couronne.

Défilé de vénération...

La France de Saint-Louis est là.

Des journalistes de l’agence communiste chinoise Xinhua se perdent au milieu, ne sachant pas qu’ils pourraient y être sauvés. Ce sera pour une prochaine fois. Idem quelques journalistes d’un "grand quotidien national" dont on nous prévient qu’ils pourraient nous interroger à la sortie, et que ce que nous dirions « engagerait l’Eglise ». Joli ! On devrait rappeler ça à quelques évêques aussi...

J’ai du mai à contenir mon émotion au milieu de ce trou dans l’espace-temps.

Lorsque je sortirai, je découvrirai qu’il a plu. Paris a été lavé, nettoyé, irrigué du Ciel.

Momentanément.

Je ne m’en suis toujours pas remis. La Couronne d’Epines est ainsi vénérée tous les premiers vendredis de chaque mois, à 15 heures.

D. C. (courriel)
Euthanasie économique ?

Dans votre article (LJ 300) sur les conséquences de la canicule vous écrivez notamment : « A force de supprimer la vie avant son commencement, on en est arrivé à envisager, pour compenser, de supprimer la vie avant son terme. » Je ne suis pas certain que l’on en est seulement à "envisager".

J’ai un souvenir vieux de bientôt cinq ans, lié à la disparition prématurée de ma mère, alors âgée de 68 ans, censée avoir succombé aux complications d’une septicémie (elle était en plus porteuse du virus de l’hépatite C). À l’époque, j’ai admis sans discussion les affirmations du médecin du service de réanimation. Mais petit à petit, le doute s’est insinué en moi, et ne m’a plus quitté. J’ai échafaudé un scénario dans lequel intervenaient les dépenses d’assurance maladie liées aux problèmes de santé divers rencontrés par ma mère (cinq opérations de la hanche, et d’autres joyeusetés) et, quels que soient les raisonnements auxquels j’ai pu me livrer depuis, rien ne peut permettre d’écarter a priori l’hypothèse d’une discrète suppression délibérée et concertée, à titre expérimental. Je resterai toujours dans le doute, sur ce sujet.

J. H. (courriel)
Catholiques : se faire respecter

La timide protestation adressée par les organisateurs du pèlerinage de Paris à Chartres à Raffarin à propos du projet de suppression du lundi férié de Pentecôte est l’occasion de comparer le travail de lobbying des islamistes, des talmudistes et des catholiques de tradition.

- Interdisez le port du voile dans les écoles et sur les lieux de travail...

Les islamistes mobilisent des jeunes femmes formées aux médias et au lobbying, déterminées, parlant un excellent français, avec de très bons arguments, mettant leur interlocuteur sur la défensive et sachant hurler à l’atteinte à la liberté religieuse.

- Touchez l’ombre d’un morceau de tuile du toit d’une synagogue, suggérez que l’Israël n’est pas un pays tout à fait comme les autres, que le Sentier est un des grands foyers d’escroquerie parisienne, que le talmudisme ne va pas sans un certain racisme, etc.

Vous serez traité de néo-nazi, de malade mental, d’obsédé du complot et les cadavres de votre famille seront déterrés jusqu’à la quinzième génération pour être fouettés en place publique. Des manifestations délirantes seront organisées : lors d’une manifestation juive américaine récente un quidam brandissait un panneau avec l’inscription : « Chaque jour, 12 juifs battus en France » (?!)

- Supprimez le lundi de Pentecôte sous un prétexte ostentatoirement fallacieux (travailler un jour de plus pour les vieux alors que le pays vient de passer de 39 h à 35 h de travail).

Les évêques conciliaires se bousculeront pour annoncer que l’idée est merveilleuse et ne porte pas atteinte à la religion chrétienne, que c’est presque dommage de ne pas y avoir pensé avant.

Et les responsables traditionalistes vous adresseront une lettre sur le ton : « Certes, votre intention est louable... Vous souhaitez, par un geste significatif, manifester la solidarité du pays envers ses anciens et nous ne pouvons que vous approuver... Bien sûr, vous pourriez nous objecter que... Ne pourrait-on également envisager... Dans l’espoir que ce courrier retiendra votre attention... »

Etonnez-vous après cela que les catholiques soient traités comme ils le sont en France !

L. B. (courriel)
Sommaire - Haut de page