Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 302 du 28 septembre 2003 - p. 18
Désintégration européenne

Ce que l’Union européenne (UE) coûte au Portugal, JPPH l’évoque à plusieurs reprises dans son grand reportage, ci-contre. Mais qu’est-ce qu’elle lui rapporte ?

Exemple : les incendies de l’été ont ravagé 300 000 hectares de forêts portugaises. Les dégâts sont estimés à près d’un milliard d’euros. L’UE lâche une obole de 31 millions.

Certes, il y a les 3 milliards annuels de fonds structurels, et ils ont permis au pays de se doter d’infrastructures performantes. Mais la formation des jeunes, l’agriculture et la pêche, secteurs-clés, n’en ont pas profité. La PAC avantage une minorité d’exploitants agricoles. Le chômage a bondi de 5 à 6,9 % ces 12 derniers mois.

Alors, ce qu’il reste de plus flagrant de l’intégration européenne, c’est un lit de Procuste ultra-libéral : « L’UE est une zone de libre-échange, ouverte sur la concurrence dans un monde globalisé. C’est une réalité à laquelle notre pays doit s’adapter », explique à l’Humanité (5/9) le vice-Premier ministre de centre-droit (PSD) José Luis Arnaut.

Et voilà pourquoi votre fille est muette. Pourquoi quarante grands hôpitaux publics viennent d’être transformés en sociétés anonymes. Pourquoi le nombre de postes de professeurs ouverts par an est tombé de 14 000 à 10 000. Pourquoi une dizaine de grosses usines ont fermé cet été, laissant sur le carreau 30 000 ouvriers, auxquels les experts reprochent alternativement d’être trop qualifiés, ou pas assez.

Bonjour la saudade !

I. K.
Sommaire - Haut de page