Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 302 du 28 septembre 2003 - p. 19
30 ans de pédomanie à la "Casa Pia"

« Le dernier scandale sexuel impliquant le tout-Lisbonne », auquel JPPH fait une allusion dégoûtée dans son grand reportage ci-contre, est à la "une" des médias portugais depuis novembre 2002. Il a pour décor la Casa Pia, célèbre institution publique lisboète, censée accueillir l’enfance en détresse. Un de ses chauffeurs, surnommé "Bibi", est accusé d’une trentaine d’actes de violence sexuelle sur des mineurs. Il aurait aussi livré des enfants à de riches ordures. Un présentateur de télévision, un ambassadeur...

Et surtout l’ancien ministre Paulo Pedroso, numéro deux du Parti socialiste ! Le 4 juin, le numéro un du PS a d’ailleurs été convoqué par là justice pour avoir fait obstruction à l’enquête.

Depuis, les socialauds se contentent de répandre là rumeur d’un... complot d’extrême droite !

Le 13 septembre, l’hebdomadaire Expresso a révélé que des employés de la RTP, société audiovisuelle publique, auraient filmé des viols d’enfants et vendu certains enregistrements à l’étranger.

Le comble, pour tous ces bienfaiteurs de l’humanité, ces apôtres du progrès, c’est que leur kyrielle de crimes abjects s’étend, impunément, sur... trente ans !

C’est-à-dire qu’elle a très exactement l’âge de la merveilleuse "Révolution des Œillets", de la libération antifasciste !

Un "oeillet", dans le jargon libertin, si vous ne savez pas ce que c’est, tant mieux pour vous. Et même, nous vous félicitons de votre pureté, et nous n’y toucherons pas. Tout le monde ne peut pas être un numéro socialaud...

Ph. C.
Sommaire - Haut de page