Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 303 du 8 octobre 2003 - p. 14
Autres nouvelles
Pas très résistants,
les rappers anti-Le Pen

La malédiction a encore frappé : voilà qu’après Cantat, le chanteur du groupe "Noir désir" emprisonné en Lituanie sous l’accusation d’avoir tué à coups de poings sa maîtresse l’actrice Marie Trintignant (lire p. 3), c’est un autre parrain de la lutte anti-Le Pen qui se retrouve mêlé à une très sale histoire de violences sexuelles.

Pierre Bellanger, fondateur et PDG de Skyrock, la radio "jeune" qui ratisse l’argent des beurs et de la racaille banlieusarde en vendant les glapissements des groupes de Rap afro-maghrébins les plus agressivement racistes, anti-flics et sexistes, se retrouve accusé de viol par une jeune fille de 22 ans.

C’est le même Bellanger qui, au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle, avait disputé à Cantat la première marche du podium aux jeux floraux de l’anti-lepénisme.

Selon ce milliardaire de la merde, la racaille qui défilait dans les rues était constituée de héros : « Ces lycéens sont comme les étudiants qui manifestaient seuls contre les nazis à Paris le 11 novembre 1940 ». répétait-il sans rire.

Fort de cette conviction, il avait mobilisé Skyrock, radio « rap, déconnante, lourdingue, scatologique » selon ses auditeurs, dans la résistance à Le Pen.

Chaque soir, l’animateur maison Difool (un quinquagénaire qui interroge en direct des gamines de quinze ans sur leurs préférences en matière de sodomie et de fellation) était chargé de donner le ton : « Le Pen, il aime pas les rebeus (les arabes), il aime pas les renois (les nègres), il aime pas les feujs (les juifs). C’est un gros facho. » répétait le vieux sexologue à son micro.

Toute la nuit, les gosses étaient soumis à cette propagande délirante : « Le Pen, il a torturé des civils, quand il était général en Algérie (sic). »

« N’oubliez pas de manifester contre Le Pen ! ». « Moi, j’ai pas voté, je m’en fous de ces bouffons. Mais j’ai dit à mes parents de pas voter Le Pen, y a intérêt... »

Malek Boutih, président de SOS-Racisme, était invité à vendre sa camelote en direct : « Cette génération sans culture politique, sans références découvre la force de l’indignation. Ne leur demandez pas de comprendre nos histoires de socialistes, de marxistes, de libéraux... Mais ils sont là. Ils pourront s’en souvenir. »

Sur quoi le groupe Orbus, opérateur du réseau Skyrock et de la radio "Chante France", présidé par Pierre Bellanger annonçait le recrutement de Malek Boutih, au poste grassement payé de directeur des relations. Et Malek Bouthik, reconnaissant, apportait son soutien à Skyrock dans le bras-de-fer qui l’opposait au CSA présidé par... Dominique Baudis.

Et voilà qu’en ce début d’octobre 2003, la nouvelle est rendue publique : une plainte déposée en février dernier est restée secrète jusqu’à présent. Bellanger est accusé de viol au moment ou son ennemi Baudis est lavé de ce soupçon.

Certes, l’accusatrice du PDG de Skyrock n’a rien d’une oie blanche : au moment des faits présumés, entre décembre 1999 et juin 2000, elle partageait, assure-t-elle, l’appartement du prévenu avec trois autres filles.

C’est un genre de vie plutôt inhabituel pour une pucelle effarouchée. Quoi qu’il en soit, Bellanger a été mis en examen après une brève garde à vue, par la juge Martine Vezant, pour viols par personne ayant autorité.

Une enquête est ouverte par la police judiciaire. Pour l’instant, Bellanger le héros de la résistance à la droite nationale, nie et son avocat menace quiconque ferait état de cette affaire de poursuites pour dénonciation calomnieuse.

A la place de la supposée victime, on se dépêcherait de publier un livre de souvenirs. Elle n’a qu’a demander des conseils à Nadine Trintignant...

Le Libre Journal
Sommaire - Haut de page