Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 307 du 20 novembre 2003 - pp. 4 à 6, 10, 14
Mouloud gendre idéal

Mouloud Aounit ayant reçu un crachat à la sortie d’une réunion du MRAP, ses amis somment les « pouvoirs publics de prendre toutes les dispositions pour retrouver les coupables et les traduire en justice. »

Motif : à travers la personne de M. Aounit, c’est la France et ses idéaux républicains qui sont visés. Mouloud comme idéal républicain ? On attend avec curiosité qu’il fasse un têtard à Marianne...

"300 juifs et leurs complices"

La suite du drame est tout aussi rigolote : Les potes de Mouloud exigent en effet carrément « une rafle dans les milieux juifs » et ajoutent qu’ils tiennent « à la disposition des autorités judiciaires une liste de près de trois cents juifs et leurs complices ».

Le communiqué ne précise pas qui paiera les voyages en wagons à bestiaux jusqu’au camp de représailles...

Gagné

Le zèle dépensé par Sarko pour récupérer le maximum d’argent à coup de radars fixes ou mobiles, patrouilles de gendarmerie et de police à l’affût de la moindre infraction lui a déjà valu un assez joli sobriquet : Sarcloseille.

Fait ce que doigt

Le président de la communauté urbaine de Strasbourg, Robert Grossmann, a annoncé aux musulmans de Strasbourg que la ville offrait un terrain proche du Parlement européen, et 10 % du coût du projet. En contrepartie, il a souhaité que, dans cette mosquée les prêches soient prononcés en langue française. C’est sans doute en signe d’acceptation que les Arabes présents ont silencieusement brandi le poing droit vers le ciel, majeur dressé.

Nihil novi...

André Pertuzio, étudiant en droit royaliste, avait organisé le 11 novembre 1940 une manifestation sur les Champs-Elysées Interdite sur ordre des Allemands. Ce fut le premier acte authentique de résistance sur le sol national.

Cette année des étudiants royalistes ont voulu déposer une gerbe pour commémorer cet événement et André Pertuzio était là. Il a donc pu vérifier que les flics de Sarko valent ceux du Paris occupé : ils ont chassé les porteurs de gerbe à coups de matraques.

Homonument

L’Allemagne va construire un monument national à la mémoire des 10 000 à 15 000 homosexuels condamnés par les nazis, en complément du mémorial en projet pour les six millions de juifs victimes de l’Holocauste, a décidé jeudi une commission parlementaire. Un concours va être ouvert pour trouver l’architecte du futur mémorial.

Il aurait été plus économique de racheter un vieil obélisque aux Egyptiens, non ?

IACS, mais pas à mort

Intéressante réflexion d’un gros entrepreneur de pompes funèbres sur une radio financière : au moment de la mort, 80 % des Français se redécouvrent chrétiens et demandent, pour eux-mêmes ou leurs défunts, un service religieux, une sépulture surmontée d’une croix, bref des funérailles chrétiennes dans la bonne vielle tradition.

En somme, la déchristianisation dont on nous rebat les oreilles reste de pure apparence.

Go home, sweet home

« Ras-le-bol de la clandestinité et de la précarité, de la surexploitation, et des centres de rétention indignes de ce pays. Des papiers et un toit pour tous. » C’est, lors d’une manifestation dans Paris, ce que des centaines d’immigrés illégaux asiatiques, sénégalais, ivoiriens, maliens et maghrébins ont exigé par la voix d’un "responsable du Collectif des sans-papiers", fonctionnaire sénégalais présent illégalement en France depuis deux ans et demi. Absolument d’accord ! Cette situation est un scandale ! Sarkozy, un peu de coeur, on ne peut pas laisser ces gens là crever en France.

Il faut les renvoyer chez eux.

Au théâtre che choir

Saynète comique sur le vol Clermont-Paris, l’autre soir. L’avion ne décollant pas, l’hôtesse annonce que l’on attend « un colis urgent ». Les minutes passent, chacun s’attendant à voir embarquer un porteur de "France transplant" tenant la fameuse mallette réfrigérée où palpite un coeur ou un rein à greffer d’urgence. Et qui fait son entrée ? Son Excellence Maître Valéry Giscard d’Estaing, futur académicien qui avait pris du retard chur la route.

Hourvari !

Mais les choses ne s’arrêtent pas là. On installe Sa Majesté au premier rang des premières classes à côté d’un passager qui, absolument immobile, ne lui fait pas l’aumône d’un regard.

Puis, soudain, alors que l’avion étant à altitude de croisière, le silence est revenu, le quidam, dirigeant vers VGE un index inquisiteur, s’exclame à voix haute :

- Oh, mais je vous connais, vous, je vous ai vu quelque par.

Silence glacial de Sa Hauteur.

Le passager se renferme dans un mutisme tout aussi froid et soudain, à tue-tête :

- Aaaaah je sais ! C’est à la télé que je vous ai vu. Vous passez à la télé, hein ?

Visiblement excédé Giscard glisse un mot à l’hôtesse qui se précipite vers le passager.

- Vous savez que vous voyagez à côté de Monsieur Valéry Giscard d’Estaing ?

- Qui ça ? fait le passager sans un sourire.

Rachurons Pépé le Volcanique : sa notoriété n’est pas en cause. C’est tout simplement qu’un malin hasard l’avait placé à la gauche de l’un des plus impénitents amateurs de canulars de Paris qui, excédé par la longue attente imposée par l’ancien Président, avait décidé de s’offrir une petite compensation pas méchante...

Et le plus drôle est que le quidam en question est un intime de... Chirac.

Un dilemme moral

La devinette court Paris : qui est-ce ?

Sarkozy a entre les mains un dossier explosif qui pourrait éliminer un des candidats potentiels de la course à l’Elysée.

Voilà une dizaine d’années, en effet, un politicien appartenant à la majorité d’alors aurait été interpellé la nuit par la Police alors qu’il se trouvait en conversation intime avec un mineur du même sexe.

Conduit au poste, ce personnage aurait fait valoir ses titres et demandé que l’on téléphone aussitôt à son protecteur alors ministre de l’Education nationale.

Lequel se serait entremis pour faire libérer cet ami et enterrer le dossier.

Mais l’affaire ne s’arrête pas là.

Selon la même rumeur, cette intervention aurait encore envenimé les rapports entre le libérateur et son épouse et accéléré la procédure de divorce à laquelle ladite épouse aurait ajouté cette anecdote.

Il est vrai qu’un ministre de l’Education nationale intervenant en faveur d’un sodomite surpris en flagrant délit de rapport contre nature avec un garçon mineur, ça peut choquer les âmes sensibles...

Reste la dimension politique de l’affaire : le sodomite en question, une des étoiles montantes du PS, est donné pour candidat possible (avec une demi-douzaine d’autres) dans la course à l’Elysée.

Ses moeurs contre nature, qui sont connues, ne l’ont pas empêché d’accéder à des fonctions très en vue et les stratèges se demandent donc si, loin de lui nuire, cette nouvelle affaire ne pourrait pas, dans l’ambiance actuelle de chasse à l’homophobie (autrement dit de promotion et de banalisation de la pédérastie) devenir un argument de plus en sa faveur.

Un dilemme moral de plus, pour la classe politique, en somme...

Révisions générales

Le révisionniste suisse Arthur Vogt vient de mourir à la veille de son 86e anniversaire.

Dès 1945, entendant la terrible nouvelle du massacre de millions de juifs, ce prof de math et de chimie engagé à gauche pense qu’un crime de pareille dimension n’aurait jamais pu être caché au monde entier. Les puissances en guerre contre le IIIe Reich, forcément informées, auraient exploité cet argument imparable contre l’ennemi.

Or jamais les gouvernements alliés n’ont réagi aux affirmations des organisations juives sur un programme d’extermination dans les territoires contrôlés par l’Allemagne.

Après la guerre, ayant pris contact avec Robert Faurisson, Vogt, que sa formation scientifique rend sensible aux arguments techniques et chimiques des révisionnistes, décide de financer la publication du livre de Jürgen Graff "L’Holocauste au scanner" et la revue Aurora, où il expose son opposition à l’idée de soigner le doute sur les chambres à gaz avec les méthodes dont la psychiatrie stalinienne usait pour guérir les réfractaires au marxisme-léninisme.

La "Justice" suisse confirmera son analyse en le ruinant à coups d’amende et en le condamnant à de la prison ferme dont seul son grand âge le protégera.

Vogt s’inscrit avec Faurisson, Zundel, Plantin, Raynouard, Irving et d’autres au nombre de ces chercheurs que l’on pourrait appeler les "nouveaux Galilée" si, justement, le prétendu martyre de Galilée n’était pas, lui aussi, à réviser d’urgence.

Sommaire - Haut de page