Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 317 du 13 mars 2004

- n° 317 -
13 mars 2004

Madeleine Delbrêl, la sainte des rues (page 23)

Perben-la-Honte protège le tueur gauchiste et livre l'ancien légionnaire.
La grogne des chercheurs cache un chantage corporatiste.
Nicolas Bonnal nous écrit de Bolivie.
Au procès des entarteurs du curé co-allah-bo de Saint-Denis.
François Brigneau visite la campagne et la trouve bien déserte.

 
Sommaire
Parlons franc
Ce qu’ils appellent une "petite ville paisible"

La "petite ville ardéchoise paisible du Teil". C’est là, la presse s’en est étonnée, que Cédric, quinze ans, a été massacré de quatorze coups de poignard-commando par deux "jeunes" en qui il avait identifié les voleurs de la voiture paternelle (contrairement à celui de la victime les prénoms des assassins sont secrets...).

Quelques jours plus tard les obsèques de Cédric se déroulaient dans une salle municipale « en raison de la destruction par un incendie criminel de l’église du Teil ».

Une petite ville paisible, dans la France de 2004, c’est donc une ville ou des "jeunes" égorgent et brûlent les églises.

On comprend pourquoi Sarko le Terrible n’a pas jugé utile de se déranger au Teil.

:: Lire la suite

Notes sans grande portée
Journal de François Brigneau

PLUS DE CANDIDATS QUE D’ELECTEURS

Le civisme n’est plus ce qu’il était. Plus la République est mise à toutes les sauces, moins nombreux sont ceux qui la pratiquent. Les Grands Ancêtres doivent se retourner dans leurs tombes en grinçant des chicots. A une dizaine de jours d’élections-charnières, déterminantes pour la suite de la législature et du quinquennat, le peuple souverain s’en tape. Ou feint de s’en taper. Ce qui revient au même. « En politique n’existe que ce qui paraît exister. » Air connu.

L’électeur moyen est aux abonnés absents. Il me revient qu’un peu partout c’est l’indifférence et le ronron petit patapon de l’abstention-opposition qui prévalent. Les métinges n’attirent plus le client. Seuls les acharnés archiconvaincus y assistent, et encore à cause des programmes de la télévision, ringards je ne te dis pas. Des fellations, encore des fellations, toujours des fellations, on n’en peut plus. On ne sait plus où donner de la tête... Les à-demi convaincus, et qui gagneraient à l’être totalement, prennent le large, les sournois, en sifflotant « Je vous ai compris ». Je le vérifie dans mon secteur, hélas !...

:: Lire la suite

"La Passion"
Cachez ce sang que je ne saurais voir...

Le coup de l’antisémitisme sentant un peu le ranci, la police de l’a-pensée a trouvé un autre argument contre "La Passion" de MeI Gibson : la violence. Ah, ça, la violence, les journalistes n’aiment pas. Le sang, les coups, les cris des victimes, les hurlements des bourreaux, la souffrance, la mort. Hou ! Quelle horreur. « C’est l’Evangile selon le marquis de Sade » commente élégamment un journaliste juif américain. « C’est "gore" ! » répètent ses confrères.

Même les journaux cathos ne savaient pas que la Passion de Notre Seigneur avait été une abomination. Un peu sévères les chefs du Sanhédrin, un peu emportés les Romains, d’accord. Mais ça n’était quand même pas le massacre des bébés phoques. Et puis voilà Gibson avec ses images. Alors là, ça ne va pas du tout. Vous vous rendez compte, on finirait par croire que les nazis n’étaient pas les seuls à faire souffrir et à tuer et qu’il y aurait d’autres victimes dans l’Histoire et dans le monde que les Juifs.

:: Lire la suite

Procès des entarteurs du curé co-allah-bo
Saint-Denis outragé, Saint-Denis martyrisé, Saint-Denis libéré !

Le procureur avait requis 12 mois avec sursis, c’est finalement quatre mois qui seront retenus contre Hervé Lalin, pour avoir "entarté" le curé de la basilique Saint-Denis ; tandis que ses joyeux complices, Marc Maregiano-Koenig et Rémi Margueritte écopent respectivement de deux et trois mois avec sursis. La mousse à raser doit donc être dorénavant classée comme "arme". Mais les amateurs pourront se replier sur la crème Chantilly.

En septembre 2002, ledit curé avait ouvert les portes de la nécropole royale à plusieurs centaines d’immigrés clandestins qui, à peine débarqués, bénéficiaient de la complicité de ces collabos d’un nouveau genre. La charité chrétienne est une chose, mais la trahison de l’intérêt national en est une autre. De fait, Bernard Berger, le curé collabo, s’était rendu responsable de la plus cinglante injure symbolique faite au peuple français depuis le bombardement de la cathédrale de Reims par les Allemands en 1914.

:: Lire la suite

"La Passion" en France

C’est Berlusconi qui, à la demande du Vatican, a soufflé à son ami Tarak ben Ammzar l’idée de distribuer le film de Gibson "La Passion" en France malgré l’opposition du lobby juif.

Le film sortira le 31 mars dans six cents salles.

Du sang

Contrairement à ce qui a été annoncé, la phrase « Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants ! » (St Jean, 18,35) n’a pas été supprimée. Elle est toujours prononcée en araméen. Gibson s’est borné à faire disparaître, dans la version anglaise, la ligne de sous-titre qui en donnait la traduction.

Pat Buchanan dit

Commentaire de Buchanan à propos de la polémique autour de "La Passion" : « Avantage colatéral de tout ce bruit, c’est que les millions de gens qui vont voir le film comprennent que l’accusation d’antisémitisme est une arme qui ne sert qu’à effrayer, à imposer silence, à intimider, à ostraciser et à anathémiser ceux qu’elle vise. »

La Comtesse censurée ?

Va-t-on censurer voire interdire la Comtesse de Ségur ? Dans sa célèbre "Bible d’une Grand-mère" (Ed. DMM 1991) on lit en effet : « Pilate (...) se fit apporter de l’eau, et se lavant les mains en présence de la foule : "Je suis innocent, dit-il, du sang de ce juste ! C’est vous qui en répondrez !" "Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants !", s’écria d’une voix ce peuple furieux qui avait été jusque-là le Peuple de Dieu, et qui, depuis ce jour où il devint assassin de son Dieu fut maudit comme Caïn, et condamné comme lui à errer sur la Terre, méprisé et haï par toutes les nations et dans tous les siècles. »

:: Lire la suite

Retrouvez le Libre Journal de Serge de Beketch sur Radio Beketch,
avec Victoria, J.-P. Rondeau, F. Roboth, Le Marquis et Gofman.

Haut de page