Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 319 du 4 avril 2004 - pp. 4 à 6, 12, 18 et 19
Remaniement ou...

Pas de doute : ce gouvernement est bien un gouvernement Chirac.

La preuve, il a été annoncé par un triple mensonge.

Il devait être "plus serré, plus jeune, plus féminin". Au final, il compte cinq ministres de plus que le précédent, il est plus vieux en moyenne de trois ans et il compte une femme de moins.

Sacré Chichi ! Il ment par plaisir ou pour ne pas perdre la main d’ici sa comparution en Haute Cour ?

... remanipulation ?

En plus, le choix des ministres a été confié à Juppé. C’est-à-dire que c’est un politicien inéligible par décision de Justice qui a nommé les ministres français, y compris le Garde des Sceaux Perben que tout le monde donnait partant et qui a gardé son poste.

En échange de quoi ?

Petits cadeaux

La vérité, c’est que ce n’est pas un gouvernement. C’est une distribution de prébendes. Chirac qui ne doute pas qu’il devra virer Raffarin après les européennes et donc recomposer un gouvernement a profité de l’occasion pour acquitter quelques dettes criardes, rendre quelques services et obliger quelques copains-coquins.

Un exemple

A soixante ans, le député Henri Cuq vient de toucher son bulletin de pension en or. Le portefeuille des Relations avec le parlement lui permettra d’achever sans se fouler un parcours professionnel commencé comme flic des RG en 1968 avec une retraite de ministre qui pèse tout de même plus lourd que celle de policier. Chirac lui devait bien ça : il était directeur des RG de Corrèze...

Pensionnée

Autre cadeau : la Famille à la vieille copine Marie-José Roig qui vient pourtant de prendre une humiliante fessée. Mais c’est une des groupies de Chirac et l’engagement formel qu’elle avait pris récemment de ne jamais abandonner sa mairie d’Avignon a volé en éclats quand s’est profilé l’alléchante proposition de s’assurer, dans trois mois, un traitement de ministre pour un an plus la retraite y afférente.

Domaine réservé

Les considérations communautaires ont joué aussi, comme d’habitude. Ainsi, avec la désignation de Renaud Donnedieu de Vabres la Culture se confirme comme le domaine réservé des homos. Le député chiraquien d’Indre-et-Loire, condamné à 18 000 euros d’amende, pour avoir tripatouillé de l’argent sale dérivé des fonds secrets au bénéfice du Parti républicain, est en outre le type même du politicien docile : en 1999, il défilait sur ordre contre le Pacs avec les homophobes, ce qui conduisit ses petits copain à faire son "outing" à sa place.

Panique

Remarquable aussi l’espèce de panique qui s’est emparé de Juppé et Raffarin à mesure que s’approchait l’échéance fixée par Chirac : avant "le 20h" mardi. L’improvisation manifeste apparaît quand on voit Dutreil passer des PME-PMI à la Fonction publique, Nicolas Forissier, qui avait informé ses amis de sa nomination au Trésor et qui, in extremis, s’est retrouvé secrétaire d’Etat à l’Agriculture ou, plus cocasse encore, Nicole Guedj prendre le secrétariat d’Etat aux Victimes de la délinquance un mois après son entrée au secrétariat d’Etat aux Prisons.

Bayrou pas fou

Ce qui a rendu si long le travail d’accouchement de ce "gouvernement Potemkine" selon le mot de Le Pen, c’est que de nombreux politiciens sollicités ont refusé d’y participer en raison justement, de son caractère très très provisoire. C’est d’ailleurs pour cette raison que Bayrou a joué les pères nobles. En réalité, il sait qu’après les européennes, Chirac ne pourra pas ne pas faire appel à lui et il espère être, à ce moment, en position d’exiger un poste politique avec l’assurance que cela durera.

Sarko pas sot

Si Sarkozy, en revanche, a accepté le "bâton de poulailler" de Bercy, c’est par un savant calcul de joueur d’échecs. Chirac espère qu’il se brûlera les ailes à ce poste en période de grave crise économique. Mais Sarko compte qu’en trois mois, le Président et Juppé n’auront pas le temps de le caraméliser et qu’au prochain remaniement, il aura enfin Matignon pour préparer la présidentielle de 2007.

Tactique

On peut donc s’attendre à une situation très tendue à Bercy entre le ministre d’Etat et la mafia des inspecteurs des Finances dont ni lui ni son chef de cabinet ne sont issus.

La tactique de Sarko devrait être de prendre de front cette camarilla pour se tailler la réputation d’un adepte déterminé de l’initiative privée face au totalitarisme des ronds-de-cuir, ce qui renforcera sa popularité dans les classes moyennes.

Canon à Lille

Les Lillois ont eu la primeur d’une innovation des islamistes en matière de manifestations contre l’interdiction du voile. Les slogans se hurlent à présent en canon. Les hommes crient, par exemple :

- Justice en Palestine sinon...

Et les petites femmes bâchées répondent :

- Ça va péter !

Ça a commencé une semaine après la tuerie de Madrid...

"Super-mamie" d’Avignon...

La première journée du procès des deux assassins arabes de la super-mamie d’Avignon a apporté une révélation stupéfiante et terrifiante : dans le territoire occupé où se trouve le repaire de Jamel Boumajan et de son complice Naïm, tous leurs congénères savaient qu’ils étaient les assassins de la vieille dame.

Pas un n’a parlé.

... assassinée et...

Cette incroyable complicité silencieuse de toute une mechta donne la mesure de "l’intégration". Certains policiers expliquent en privé que cette omerta a été observée parce que la vieille dame passait pour avoir des sympathies lepénistes.

Apparemment ça pourrait valoir des circonstances atténuantes aux deux rats, qui se sont en fait auto-dénoncés par vantardise.

... torturée par deux rats...

Un "animateur de quartier" venu signaler à la police les histoires bizarres qui couraient la cité (y compris des détails jamais publiés dans la presse comme le viol perpétré avec un micro de magnétophone) a découvert que les rodomontades des rats l’avaient précédé. Les policiers savaient que Boumajan torturait la vieille dame pendant que Naïm (16 ans) cherchait ses économies.

... pas violents

Aujourd’hui, devant le tribunal, cet animateur, Jérôme Lecha, visiblement terrifié, regrette sa visite aux flics, oublie les détails de l’affaire, refuse de répéter le portrait qu’il avait tracé de Boumajan, « caïd agressif et dominateur » mais plaint son complice, « un garçon discret, fragile, voleur mais pas violent ».

Pauvre Naïm, on espère qu’il n’aura pas été traumatisé par l’incident...

"On est bête à Nanterre"...

Daucourt évêque de Nanterre invite ses ouailles à se « rapprocher de tous nos frères chrétiens » en cette année ou coïncident les Pâques catholique et orthodoxe.

Un fidèle l’interroge sur les tradis. Réponse : « Il est hors de question de leur accorder quoi que ce soit tant qu’ils n’auront pas demandé pardon pour toutes leurs insultes, et même quand ce sera le cas, il faudra sans doute des mois et probablement plus d’un an avant qu’une solution puisse être trouvée. Voilà, je n’ai rien d’autre à dire. »

Et joyeuses Pâques !

... car le Pape y est sans pouvoir

Et comme ce fidèle s’étonnait d’un tel propos si peu conforme au désir de réconciliation maintes fois manifesté par Jean-Paul II, un des sous-fifres de Daucourt a sèchement tranché : « Le Pape n’a pas de pouvoir de juridiction à Nanterre, c’est au père Daucourt de faire ce qu’il veut... »

Ni Dieu ni maître, en somme.

La quoi ? La vie ?

L’Eglise catholique colombienne a célébré le 25 mars, jour de l’Annonciation, une journée annuelle de défense de la vie.

L’Eglise qui-est-en-France, elle, ne fait rien. Trop occupés à traquer l’antisémite et le raciste, les évêques n’ont jamais osé condamner le génocide franco-français. Il est vrai que comme ce cadeau est signé Simone Veil, en dire le moindre mal serait prendre le risque de réveiller les vieux démons...

Gibson agressé

Dans une rue de New York, un gang de fanatiques juifs a agressé Mel Gibson, auteur de "La Passion du Christ", et James Caviezel, qui interprète le rôle de Jésus dans ce film. Après avoir insulté les deux hommes, les fanatiques ont vidé sur eux un seau rempli de sang d’agneau et se sont enfuis.

On ne saurait mieux exprimer symboliquement combien Gibson a eu raison de faire ce film.

Immigrés enrichissants

Les immigrés qui arrivent dans les Hauts-de-Seine se voient proposer un "contrat d’accueil et d’intégration" qui, en échange d’un permis de séjour et de travail, demande aux 110 000 étrangers entrés chaque année en France de façon régulière de s’engager à apprendre le français et à suivre une journée (UNE !) de "formation civique".

C’est ce que Fillon avait appelé « la clef de voûte de la refondation de l’intégration dans le cadre de l’Etat républicain au pays de l’égalité ».

14 % des arrivants refusent de signer.

Big Brother est né

Les laboratoires Microsoft Research ont mi au point un appareil photo numérique miniaturisé capable de prendre automatiquement jusqu’à 2 000 photos. Porté en pendentif ou adapté sur un pare-brise de voiture, il permettra d’avoir en permanence un preuve visuelle de l’activité du détenteur dans les heures qui précédent.

Le radar, c’est Dieu

Pour avoir, dans un quotidien, mis en doute la validité des contrôles par radar automatique, le Pr Jean-Gustave Padioleau, de l’université Dauphine, directeur d’une étude à propos de "L’individualisme collectif des automobilistes français" dans le cadre du Predit, programme public de recherche sur les transports terrestres, a été vidé illico, et les crédits ont été supprimés par Rémy Heitz, directeur de la Sécudté routière.

La prochaine fois, c’est le bûcher direct.

Sommaire - Haut de page