Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 327 du 8 juillet 2004 - pp. 4 à 6, 18
Provocation

Comme par hasard, une série de profanations a atteint des lieux de culte musulmans en France à la veille de l’appel au refus de la loi sur le voile lancé par L’UOIF, organisation proche de la secte islamiste des Frères musulmans.

Bizarrement, ces tags représentaient des croix gammées et des signes nazis.

On ne leur apprend pas aux jeunes scolarisés qu’il existait des unités musulmanes dans la SS Hitlérienne ?

On détourne

En fait cette provocation totalement idiote donne au MRAP une occasion de détourner l’attention des vrais débats comme l’antisémitisme de peau qui anime les gangs arabo-musulmans ou les appels insurrectionnels des organisations islamistes de France à refuser la loi sur les signess extérieurs d’appartenance religieuse.

Deux affaires dans lesquelles il est tout de même difficile de mouiller la droite nationale.

Bon courage !

Comme le Libre Journal l’avait prévu, en effet, les organisations islamiques légitimées de manière irresponsable par Sarkozy ont invité leurs affidés à considérer la loi comme nulle. A la rentrée, les profs vont donc devoir interdire l’accès des établissements scolaires à des centaines de beurettes en burkha accompagnées de leurs grands frères.

On va rigoler !

Chez eux chez nous ?

A Lyon, devant des centaines d’imams réunis en congrès, le président du Conseil régional du Culte musulman organisateur de la fronde des voilées a proclamé carrément : « nous sommes en France chez nous, car le mythe du retour au pays ne fonctionne plus. »

Le moment pourrait bien ne pas tarder où, à force, quelqu’un va détromper ce monsieur.

A coup de pied au culte si besoin est.

L’Université xénophobe ?

Les Bulletins Officiels de l’Education Nationale, n° 4 et 21 recensent les "Décisions des sections disciplinaires" pour actes de violence, fraudes et tentatives de fraude multiples ("antisèches", faux certificats de titres et diplômes, usage du téléphone, substitution de personnes pour passer un examen, etc.). 85,83 % des fraudeurs sanctionnés sont d’origine extra-européenne - ce qui, on en conviendra (même s’il n’existe, et pour cause, aucune statistique en ce domaine), est probablement très supérieur au pourcentage de non-européens candidats au baccalauréat ou fréquentant nos universités.

On se perd en conjectures sur le sens de cette statistique.

On ’efait la déco’ation Bwana ?

L’un des premiers soucis de Villepin en arrivant Place Beauvau a été de changer le décor du bureau ministériel. Sur les murs, des barbouillages tachistes ont remplacé les scènes de batailles et sur les guéridons, des "objets d’art premier" (drouille africanoïde, masques et statuettes) ont pris la place de la collection d’armes anciennes que Sarkozy avait fait exposer.

Encore un peu et le marquis viendra travailler en boubou et babouches.

Tatie l’increvable

Michael Howard, chef du Parti conservateur Anglais a confié au "Guardian" (3 juillet) que sa tante, qui vit aujourd’hui avec lui dans le Pays de Galles, a "survécu à la chambre à gaz".

Selon M. Howard, "quand elle était à Auschwitz elle s’est retrouvée trois fois (!!!) dans une chambre à gaz et, pour diverses raisons - dont une pénurie de gaz - elle en est sortie afin de pouvoir raconter."

Après tout, le vaillant petit tailleur des frères Grimm avait bien tué sept géants...

Que fait la police ?

Directeur départemental (92) de la sécurité publique, Jean Chabrol a trouvé le remède radical à l’impunité dont bénéficient les antisémites : imposer aux flics une « session de formation et d’information » animée par le philosophe Alain Finkielkraut, l’avocat Serge Klarsfeld et l’historienne Béatrice Philippe.

Une centaine de fonctionnaires ont assisté à la chose sur ordre du préfet des Hauts-de-Seine Michel Delpuech.

Ça manquait.

Scooter cachère

A l’origine de cette initiative, un vol de scooter comme il s’en produit des centaines chaque jour dans toute la France. Mais ce scooter-là appartenait à un fils de rabbin.

C’était donc un vol antisémite, crime affreux, contrairement aux vols de scooters goyim, qui sont de simples infractions.

Et les zomos alors ?

Les professeurs improvisés se sont vu en outre commander « une sorte de vade-mecum pour les officiers de prévention qui interviennent régulièrement dans les écoles et les collèges sur le civisme, le racisme, l’antisémitisme. »

On remarque que, pour le coup, personne n’a pensé à introduire (si l’on ose écrire) l’homophobie dans le vade-mecum. Ça serait pas de l’exclusion, par hasard ?

A côté et dessus...

En tous cas, le président du Conseil des communautés juives est très content. « Cette matinée très importante montre que les représentants des juifs du département et l’Etat travaillent ensemble », a-t-il révélé aux spectateurs, qui n’avaient pas remarqué, ajoutant : « La République est assise à côté de la communauté juive. »

Quant aux Goyim, c’est dessus que la république s’assoit.

On peut ?

Dans la circulaire 2004-084 (BOEN n° 21 du 27.05.04, pp. 1043 sq.) d’application de la Loi 2004-228 du 15.03.04 (JO du 17 mars 2004) sur le « port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics », on peut lire : « Si certains sujets appellent de la prudence dans la manière de les aborder, il convient d’être ferme sur le principe selon lequel aucune question n’est exclue a priori du questionnement scientifique et pédagogique. »

C’est le professeur Faurisson qui va être content d’apprendre ça...

Des nouvelles du préfet ethnique

Miraculeusement rescapé de trois tentatives d’attentat au pistolet à amorces (dis donc Villepin, ça vient ces arrestations de terroristes racistes d’extrême droite que Chirac, Raffarin, Perben et compagnie promettaient à grands cris ?) Aïssa Dermouche continue à méduser ses administrés par l’originalité de ses activités préfectorales. Le Jura agricole et rural annonce « des déplacements prochains du préfet Aïssa Dermouche sur des exploitations du département. »

Quand on pense qu’on a failli le perdre !

Déjà vu ?

Sony travaille à la mise au point d’un robot humanoïde baptisé Qrio qui, grâce à une grille de 250 ordinateurs reliés par un réseau sans fil haut débit sera capable de penser par lui-même et de faire preuve d’initiative face aux situations rencontrées en adoptant un comportement plus naturel, notamment dans les relations avec des êtres humains.

Restera ensuite à lui conseiller de ne pas obéir à l’interdiction de son créateur de brancher lui-même ses batteries sur l’alimentation électrique sous peine d’être chassé du labo...

Sommaire - Haut de page