Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 331 du 2 octobre 2004 - p. 13
Résistance
par Loïc Le Ribault
A présent, je vais tout dire

Embrassez toute carrière qu’il vous plaira, celle de fonctionnaire, de balayeur des rues ou de garçon de café : toutes sont bonnes.

Mais ne choisissez pas la carrière scientifique. Car si vous n’avez pas une constitution physique herculéenne, vous sombrerez dans la lutte, et votre écrasement sera d’autant plus fort que vous aurez fait une découverte remarquable. (...) Il faut épouser la science comme on entre en religion, c’est-à-dire renoncer d’avance à la vie, au mariage, à la famille, de manière que l’on puisse rester seul à subir le martyre auquel on s’expose.

(Georges Lakhovky, in La cabale histoire d’une découverte)

Les trois mois d’isolement absolu que vient de m’offrir l’Etat français ont eu un effet très bénéfique : l’opportunité de réfléchir à mon passé et de préparer l’avenir avec sérénité.

Car que se serait-il passé si on ne m’avait pas jeté dans des culs de basse-fosse en 1996 puis en 2003 ? C’est simple : je serais resté un collaborateur de la pire espèce.

Comprenez-moi : jusqu’en 1991, je ne me suis guère posé de questions sur notre civilisation occidentale. D’abord, ce fut l’invention de l’exoscopie en 1970, qui ne dérangea personne.

Puis, de 1973 à 1981, un poste tranquille d’ingénieur sans responsabilité dans une grande compagnie pétrolière.

Ensuite le C.A.R.M.E. qui, au début, se consacra exclusivement à des applications industrielles dont tout le monde se moquait éperdument. En 1985 vint le temps de la rénovation de la police scientifique. Pris jour et nuit par des affaires criminelles plus urgentes les unes que les autres, couvert d’honneur, de gloire et de décorations, trimbalé de stages en conférences et de séminaires en interviews, d’autopsies en exhumations et de cadavres en squelettes, je n’avais réellement plus une minute pour penser aux choses importantes. Bien payé, vacciné, électeur, je remplissais même mes déclarations d’impôts. J’étais un citoyen modèle, un veau, sage comme une image. Le monde ne tournait pas rond, mais j’étais au milieu, bien au chaud. Jamais, à cette époque, je ne me posai la moindre question sur les réels problèmes d’une civilisation dont je n’avais pas encore compris qu’elle était en voie de décomposition avancée.

En 1991 vint enfin le temps des revers de fortune. Etait-ce parce que ma puissance, comme le prétendit le ministère de l’Intérieur, devenait "insupportable" ? Etait-ce parce que je connaissais trop de secrets d’Etat ? Etait-ce parce que j’étais trop indépendant ?

En tout cas, je fus laminé, broyé, aplati, ruiné et finalement emprisonné une première fois en 1996. Contraint à l’exil pendant huit années, devenu un fugitif, certain d’être arrêté un jour, j’étais devenu une sorte d’affaire d’Etat. L’incompréhensible mandat d’arrêt international qu’on me fit l’honneur de lancer contre moi en août 2003 en est la preuve, et je suis certain que c’est la mobilisation de milliers de supporters et la couverture médiatique de ma caricature de procès qui m’évita un "suicide" programmé de longue date.

J’estime avoir désormais le devoir de tout mettre en oeuvre pour faire connaître les dessous de mon "affaire" (qui est loin d’être unique...), essayer de faire bouger l’ordre établi, secouer les administrations, dénoncer les cancers du système, et surtout faire en sorte d’aider des découvreurs non orthodoxes à faire connaître et développer leurs inventions.

Ce sont les principales raisons du lancement de mon site Internet personnel.

On y trouvera notamment :

- L’histoire VRAIE de la rénovation de la police scientifique française, et des exemples de l’état lamentable dans lequel elle est retombée.

- Quelques affaires d’Etat, telles que Boulin (les preuves que la victime a été attachée et sauvagement battue avant d’être assassinée), Stavisky (les preuves photographiques de l’assassinat), Chanal (avec le rapport intégral de surexpertise), la Maison des Têtes (les falsifications des preuves et des témoignages par les experts d’Etat), la Jonque, Seznec, Grégory, Ceausescu, etc.

- L’invitation à une balade sur un grain de sable à bord d’un microscope électronique à balayage.

L’annonce de la création d’un groupe de travail (pour l’instant informel) pour aider les découvreurs non orthodoxes. Parce qu’il y en a marre des savants maudits et des chercheurs exclus ! Ce groupe (composé de chimistes, physiciens, biologistes, médecins, informaticiens) aura pour tâche d’évaluer le sérieux des projets qui lui seront soumis ou la réalité des découvertes qui lui seront présentées. Le groupe suivra et épaulera ensuite le(s) découvreur(s) pour la réalisation et le développement de son(ses) invention(s).

- Une rubrique où j’ai regroupé tous les sujets qui m’énervent, parce que - comme pour vous, sans doute - il ne se passe guère de jour sans qu’un article de journal ou une émission de télévision ou de radio ne me mette en rage.

Toutes les suggestions de lecteurs pour améliorer un monde qui marche sur la tête seront les bienvenues. Les références d’associations, d’organisations ou de sociétés amies. Enfin, ceux qui veulent correspondre avec moi pourront m’adresser des messages. Mais qu’ils ne s’attendent pas à recevoir des réponses dans l’heure qui suit... Je répondrai, c’est promis, mais à mon rythme.


Loïc Le Ribault est l’inventeur du silicium G5. On peut lui écrire à LLRG5 ltd, c% Ross Post office. Castelbar. County Mayo. Rep. d’Irlande.
A lire : Pierre Lance - Savants maudits, chercheurs exclus - Editions Trédaniel
A voir : Jean-Yves Billen et Pantxo Arretz - Mandat d’arrêt contre un chercheur (Satya Productions).
Sommaire - Haut de page