Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 344 du 5 mars 2005

- n° 344 -
5 mars 2005

Le 1er mars, à Lyon, un millier de défenseurs de la liberté d'expression sont venus soutenir Bruno Gollnisch, lors de sa comparution devant une commission de discipline universitaire qui prétend juger les propos d'un élu.

Devoir de mémoire : les copies des bons Beurs.
Nous révélons le nom de "notre" papabile.
Quand Mendès fait dans le négationnisme.
Augusto von Pickendorf : nouveaux sortilèges malais.
Brigneau : comment le Front Popu a investi le Maréchal.

 
Sommaire
Parlons franc
Tels des singes se battant pour une banane dans les cales d’un cargo en plein ouragan

« J’ai mandé au directeur de notre sécurité extérieure d’agir afin que les services de notre République puissent agir pour que nous puissions faire en sorte que notre République agisse dans une seule direction sous une seule autorité sans aucune diplomatie secrète. »

Cet invraisemblable charabia, c’est la réaction, balbutiée par Raffarin, devant une Assemblée nationale atterrée, à la diffusion d’une vidéo envoyée par les ravisseurs de la journaliste de Libération Florence Aubenas.

:: Lire la suite

Fariboles et calembredaines
Délinquance en baisse, insécurité en hausse !

En ce début d’année 2005, il est urgent d’annoncer au ministre de l’Intérieur Dominique de Villepin qu’il a changé de ministère. Finie, la diplomatie de couloir. Finie, la langue de bois. Finis les effets d’annonce, les bons mots, les approximations, les incantations. A moins que l’électeur de base ne se contente de se faire caresser dans le sens du poil (combien de temps encore ces chatouillis maintiendront-ils les partis institutionnels au pouvoir, on peut se le demander), le dernier scoop du Ministère de l’Intérieur risque d’en choquer plus d’un.

L’annonce récente des derniers chiffres de la délinquance révèle que les faits délictueux seraient en baisse. Cela surprendra le Français moyen qui subit quotidiennement cette délinquance.

Cela n’étonnera pas quiconque a un peu l’habitude de la communication des locataires successifs de la Place Beauvau. Miraculeusement, l’arrivée d’un nouveau ministre de l’Intérieur coïncide presque toujours avec une baisse générale de la délinquance. Une sorte de grâce ministérielle, en quelque sorte, quoique parfois plus subtile. Ainsi, lors de l’arrivée de la gauche plurielle, on s’arrangea pour masquer la réalité (une augmentation globale et spectaculaire des délits violents) derrière une hausse factice de la délinquance en col blanc. La délinquance en survêtement de marque, chaîne en or et casquette à l’envers, quant à elle, se portait fort bien.

:: Lire la suite

Autres nouvelles
Haï, haï, haï, un Mendès négationniste !

Pas moyen de rester bêtement un français blanc catholique !

Sommés en soixante-huit d’être "tous juifs allemands" nous devenions après la tragédie du WTC "tous américains" selon Colombani (du Monde) et voilà que Tristan Mendès-France nous décrète "tous juifs noirs" dans un article de Libé où il expose « un moyen très simple de clouer le bec à tous les Dieudonné qui essaient de mettre en concurrence les porteurs de mémoires des génocides et autres crimes contre l’humanité ».

:: Lire la suite

Autres nouvelles
Tabou or not tabou ? C’est la question

Il y a des signes évidents du réveil des peuples européens vis-à-vis du problème de l’immigration même si ce réveil est lent.

Aux Pays-Bas, on se souvient de l’assassinat du leader de l’opposition, Pym Fortuyn, la veille d’une élection. Devant un tel fait il est impossible d’imaginer que le pouvoir n’était pas au courant de ce qui allait se passer. Or maintenant le pays prend un virage restrictif. Le Danemark aussi se réveille soudainement. Des dispositions très en retrait y ont été prises contre le regroupement familial et le droit d’asile. Les demandes d’asile acceptées sont passées entre 2001 et 2004 de 6 000 à 600. Le regroupement familial est passé de 10 000 à 3800.

:: Lire la suite

Famille a fric aine

Qui sont les "crackeurs" ? demande Le Monde dans un papier hallucinant sur le monde de la drogue à Paris. Réponse : « plus de 2 000 dont près de 700 sont sans attaches, sans papiers et sans ressources ». La police ayant fait évacuer un squat, une "victime" de l’expulsion s’indigne : « Avec mes amis, nous vivions en communauté, comme une vraie famille africaine, l’Etat n’avait pas le droit de la briser. » Briser une "vraie famille africaine" qui vit du trafic de drogue en plein Paris... Salauds de flics, ça ne respecte rien.

Moussa admet

Des Sénégalais sont installés dans un ancien local d’EDF. "Max, 45 ans, qui n’a plus de permis de séjour car il est allé neuf fois en prison pour des affaires de drogue" regrette le squat : "les choses ont empiré". Moussa, lui, "admet que les autorités puissent fermer les squats sauvages". Trop aimable.

Moussa reproche

Et pourtant Moussa n’est pas content des autorités. "Il leur reproche de n’avoir rien prévu pour les remplacer". Incroyable impéritie des "autorités" ! Rien pour loger des immigrés illégaux délinquants. On les traite comme de vulgaires clochards français.

Moussa conseille

Pas rancunier, Moussa y va d’un conseil : « Dans d’autres pays d’Europe, l’Etat fournit aux drogués des lieux où ils peuvent être tranquilles et consommer à leur gré, gratuitement. Tout le monde est gagnant, et il y a moins de nuisances pour les habitants. Nous vivons à l’heure de l’Europe, la France doit imiter les pays plus avancés. » Conseil pour conseil, on lui recommande de ne pas s’attarder plus longtemps dans notre pays d’arriérés.

:: Lire la suite

Retrouvez le Libre Journal de Serge de Beketch sur Radio Beketch,
avec Victoria, J.-P. Rondeau, F. Roboth, Le Marquis et Gofman.

Haut de page