Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 347 du 7 avril 2005

- n° 347 -
7 avril 2005

Jean-Paul II. 1920-2005. Requiescat in pace

Après Jean-Paul II, ce qui reste à faire, par l'abbé Guy-Marie.
Les scandales du "Charity Business", par Patrick Gofman.
"Pourquoi les Français doivent voter NON", par Jacques Chirac.
"Pourquoi je voterai NON", par François Brigneau.

 
Sommaire
Requiescat in pace
Jean-Paul II a rejoint les martyrs du Goulag, semence de chrétiens

Face à Celui qui juge pour toujours, c’est avec le Rosaire de Fatima que Jean-Paul II est parti. Celui qui avait brandi la croix des douleurs au jour de son installation a donné lui-même la leçon de la souffrance, de sa valeur unique de rédemption.

Pour sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, il suffit d’accepter sa mort pour entrer comme un Bon Larron, directement au Paradis. Il avait été révélé à sainte Catherine de Sienne qu’aucun pape ne serait damné. Elle ne manquait pas d’exemples fort coupables à ses yeux et Dieu avait tenu à lui rappeler un peu de respect !

:: Lire la suite

Chers frères
Prions et réfléchissons

Nous ne prendrons part, ni vous ni moi, à la désignation directe du successeur de saint Pierre, mais nous disposons d’un suffrage décisif, celui de la prière, portée par une conscience purifiée dans le sacrement de pénitence.

Les commentaires du riche pontificat de Jean-Paul II ne manquent pas. Ils nous font entrer dans une belle réflexion sur l’Eglise. Il est inévitable que la presse ne considère celle-ci que dans sa dimension institutionnelle (humaine). Nous la connaissons aussi, et plus profondément, comme un mystère de foi ; elle est le corps mystique de Jésus ressuscité ; elle est, selon l’heureuse formule de Bossuet, « Jésus répandu et communiqué ». Cela appelle de notre part une sainteté personnelle qui nous fera observer une certaine réserve dans nos propos, tant sur le pontificat de Jean-Paul II que sur le choix du prochain pape. Accueillons déjà celui-ci dans un esprit de foi et de charité.

:: Lire la suite

C’est à lire
Chirac aura tout trahi, à commencer par lui-même

Le Libre Journal publie cette décade (p. 24) le fameux mais bien oublié "appel de Cochin" qui mesure le cynisme avec lequel le Chirac d’aujourd’hui prend le contre-pied du Chirac d’hier.

Ce n’est qu’une des innombrables palinodies de cette girouette dont l’ancien conseiller à Matignon pour les affaires religieuses, Bernard Billaud, disciple du philosophe chrétien Jean Guitton, publie chez Bernard de Fallois une sorte de biographie en abîme.

Un livre terrible par l’innocente cruauté avec laquelle il révèle l’absence de rigueur, de suite dans les idées, de simple sens moral d’un homme dont le "principe agissant" semble se résumer à « être élu pour s’enrichir, réélu pour se couvrir. »

:: Lire la suite

L’humeur de Patrick Gofman
Altérophilie : record battu

Un mois après les violences racistes du 8 mars, l’embarras des "antiracistes" est encore palpable. Mettez-vous à leur place un instant (pas plus). Il y a bien longtemps qu’ils sont subventionnés pour dénoncer un racisme blanc imaginaire. « La France est le pays le moins raciste du monde », déclarait à France-Soir le chanteur Jean-Jacques Goldman, un ancien trotskiste, alors qu’on le priait de jeter sa pierre contre le congrès du Front national à Strasbourg. Et voilà qu’à force de crier au loup, il sort du bois, le racisme. Et voilà qu’il cogne sur des fillettes blanches antiracistes, à dix gros allocataires contre une contribuable, lattée à terre, dépouillée, terrorisée, ensanglantée... Les agresseurs, les victimes, les témoins, et même les journaleux, tout le monde est d’accord : c’est du racisme antiblanc.

:: Lire la suite

Pourquoi nous disons NON !
Appel de Jacques Chirac à tous les Français

:: Lire

Le minimum...

En "hommage au pape" la France "fille aînée de l’Eglise" s’est borné à mettre en berne le drapeau de la république laïque avortueuse et mortifère.

Cuba, l’une des dernière dictatures communiste du monde a décrété trois jours de deuil national.

... c’est encore trop !

Encore ces drapeaux en berne, politesse élémentaire au décès d’un chef d’Etat ami, sont-ils de trop pour les laïcards fondamentalistes. Mélenchon, ex-trosko-lambertiste engraissé au Sénat, a jugé cette décision « inopportune dans un pays comme la France où la laïcité ne peut être découpée en petits morceaux ». Le Vert Contassot qui fait caca d’oie avec le rose Delanoë a condamné cet « abus de pouvoir » de Chirac. La secte krivinesque des adorateurs de Bronstein s’est insurgée contre « le culte de la personnalité » autour de Jean-Paul II. Et bien sûr, Bayrou, l’âne rouge, a joint ses braiments en proclamant qu’il n’aurait « certainement pas fait mettre les drapeaux en berne ».

Tant qu’on a la sainteté...

Dans l’énorme fatras de sottises insanes que la mort du pape a inspirées aux crétins de la sous-culture journalistique (dimanche soir, au "2Oh" sur TF1, le "Salve Regina" entonné place Saint-Pierre par les fidèles était signalé comme le "De Profundis"), la palme revient sans conteste à France Info où la pintade de service a annoncé samedi en fin de soirée : « Soeur Emmanuelle, béatifiée par le pape, a dit son chagrin et son affection... »

Gaillot obsédé

Gaillot évêque n’a pas manqué l’occasion de régler un compte posthume avec le pape qui l’avait chassé d’Evreux pour l’expédier dans le diocèse virtuel de Parthénia. Et de reprocher à Jean-Paul II son refus de l’ordination des femmes, du mariage des prêtres, du préservatif, de l’homosexualité, etc. Il a besoin d’une bonne douche froide, ce monomaniaque.

:: Lire la suite

Retrouvez le Libre Journal de Serge de Beketch sur Radio Beketch,
avec Victoria, J.-P. Rondeau, F. Roboth, Le Marquis et Gofman.

Haut de page