Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 349 du 28 avril 2005

- n° 349 -
28 avril 2005

Jeanne : celle qui a dit non !

NON ! à l'Europe fédérale, par Jean-Marie Le Pen.
NON ! en cinq lettres, par Serge de Beketch.
NON ! à la dictature oligarchique, par A. Merlin-Chazelas.
NON ! au reniement des racines chrétiennes, par l'abbé de Tanoüarn.
NON ! à la conspiration "heimatlos", par François Brigneau.

 
Sommaire
Parlons franc
Non ! En cinq lettres...

Au son d’un piano déchaîné, le comique apparaît en habit et haut de forme, teint rose et moustache cirée. Il s’avance, portant beau... pose le pied sur une peau de banane, part en pirouette, et se retrouve les fesses dans une flaque de boue. Il se relève en titubant, chapeau ouvert en boîte de conserve, pantalon déchiré, redingote arrachée, lorgnon brisé sur un nez en patate et, braquant sur la caméra un regard vitreux, il époussette délicatement son revers pendant qu’apparaît un panneau où on lit :

- Bien, où en étions-nous ?

C’est ce genre de slapstick, ces fameux numéros de clowns cinématographiques des beaux jours du muet qu’évoque la prestation de Raffarin dans l’affaire du Lundi de Pentecôte.

:: Lire la suite

Entretien courtois avec l’Abbé de Tanouärn
"Notre centre culturel Saint-Paul se veut l’ambassade de la culture chrétienne dans un pays menacé par le reniement de ses racines"

:: Lire

Inerrance biblique
Uranus : un casse-tête pour les "scientifiques" évolutionnistes

:: Lire

Chers frères
Dans la foi

« Qui vous accueille m’accueille, et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé » (Mt 10). Voilà la disposition spirituelle que nous devons avoir après l’élection de Benoît XVI. Nous avons encore en mémoire les paroles qu’il prononça lors des obsèques de Jean-Paul II, lui appliquant les mots de Jésus à Pierre : « Suis-moi ». Si cette dernière parole de Jésus ressuscité adressée à son apôtre a illustré la vie sacerdotale, puis épiscopale de Karol Wojtila devenu Jean-Paul II, elle doit être bien présente au coeur de Joseph Ratzinger, devenu Benoît XVI depuis quelques jours.

:: Lire la suite

732

Le visage n’est plus
De ma France éternelle
Pendant des siècles
De mêmes linéaments
Où des Latins, des Celtes
Et des Francs se mêlent
Elle restait femme, sans âge,
Indéfiniment.

Femme brune, femme blonde
D’amour pâmée
Patrie sainte des arts, des armes et des lois
Dans chaque vent contraire
Sans cesse sublimée
Toujours prête à faire
D’un gentil Dauphin
Un Roi !

Une bourrasque folle
L’a échevelée
Sa voix n’est plus que celle
D’une fugitive
Sa face est transformée
En ruine mutilée

Il n’est plus ici
Ame chrétienne qui vive
Dans Sa nuit sénile que déchire l’aurore
L’ombre des minarets
A décidé sa mort.

Guy Rolland

:: Lire

Retrouvez le Libre Journal de Serge de Beketch sur Radio Beketch,
avec Victoria, J.-P. Rondeau, F. Roboth, Le Marquis et Gofman.

Haut de page