Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 352 du 9 juin 2005

- n° 352 -
9 juin 2005

Cruchot, un destin...

Ce qui s'est dit au procès du "Libre Journal".
Gofman passe les zomos à la machine à laver.
Révélation : Churchill a fait "suicider" Himmler.
Ce que les Algériens pensent de leurs "amis juifs".
François Brigneau croque Villemuseau de Galopin.

 
Sommaire
Parlons franc
Et c’est avec ça qu’ils vont sauver la France ?

La politique est l’art du possible, disait Gambetta. Mais l’art sous Gambetta, c’était en peinture Millet, Monet, Manet ; en musique Gounod, Saint-Saëns, Offenbach ; en sculpture David d’Angers, Carpeaux, Rodin, Brancusi ; en littérature Hugo, Balzac, les Dumas, Daudet, Gautier, Flaubert, Maupassant, Mistral, Verne, les Goncourt ; au théâtre Labiche, Courteline, Feydeau ; en poésie Verlaine, Rimbaud, et cent autres, mille autres.

Aujourd’hui, l’art c’est en peinture Bacon, Reyman, Morandi, Klein ; en musique Boulez ou Xenakis ; en sculpture Tinguely ou Arman ; en littérature Begbeider ou Virginie Despentes.

L’art politique a donc, comme les autres, dégénéré pour devenir un art d’impuissants.

Dimanche, j’y songeais en causant avec quelques-uns des milliers d’auditeurs venus rencontrer, à la fête de Radio Courtoisie, près de cinq cents auteurs, essayistes, historiens, avocats, romanciers, dessinateurs, qui présentaient leurs oeuvres. Parmi ces auteurs, de nombreux médecins.

Et je pensais à Douste-Blazy.

Curieuse idée, dira-t-on, en un dimanche d’amitié et de bonheur intellectuel que d’occuper son esprit avec l’homme (?) à tête d’allumette !

:: Lire la suite

Ils veulent censurer "Le Libre Journal"
20 000 € à payer aux francs-macs et aux communistes pour avoir parlé d’invasion ?

« François Mitterrand aurait déclaré qu’en matière d’immigration, le seuil de tolérance serait dépassé, le prévenu l’affirme mais il ne donne aucune preuve, aucune référence, aucune date. »

Même les trois magistrats de la XVIIe chambre du Tribunal correctionnel de Paris où le Libre Journal répondait le 2 juin du délit de "diffamation raciale" ont réprimé un sourire quand la représentante du ministère public a confirmé de façon aussi probante le très jeune âge que ne parvenait pas à démentir son air sévère.

A l’évidence, cette avenante demoiselle était une fillette en nattes quand, le 10 décembre 1989, en réaction à la victoire électorale de Stirbois à Dreux, le Président de la république déclara : « Le seuil de tolérance a été atteint dès les années 70 où il y avait déjà 4,1 à 4,2 millions d’étrangers (...) Autant que possible, il ne faut pas dépasser ce chiffre, mais on s’y tient depuis des années et des années. »

Nul reproche ne peut donc être adressé à l’accusatrice publique.

Il n’en va pas de même du procureur général qui aurait pu avoir la courtoisie de mander, contre un journaliste sexagénaire, une personne pour qui l’histoire ne commence pas avec l’invention du portable.

Le propos Mitterrandien fut en effet rapporté par Le Monde (12 décembre 1989), Le Nouvel Observateur (14 décembre 1989), Libération (22 janvier 1990). La sociologue Véronique de Rudder en publia une exégèse, et il fut commenté jusqu’en Roumanie ; aujourd’hui encore, il est cité, attesté, référencé et commenté sur près de trois cents sites Internet.

:: Lire la suite

Inerrance du créationnisme
Les chutes du Niagara et les datations bibliques

:: Lire

Chaste Villepin

Dédié à Villepin, cet aphorisme de Joseph de Maistre : « Si quelque cabinet paraît à telle ou telle époque plus juste qu’un autre, c’est que des circonstances connues ou inconnues l’empêchent d’agir. Il est juste comme l’eunuque est chaste. »

Chirac fuit

Chirac était attendu à la Coupe de France. Au dernier moment, il a préféré filer en Allemagne sous prétexte d’un dîner en tête-à-tête avec Schroeder. Motif : les RG avaient annoncé qu’une formidable bronca était préparée pour accueillir le président de la république le plus impopulaire de France depuis Giscard le jour de sa déculottée par Mitterrand.

Chirac reste

« C’est une affaire de décence élémentaire à l’égard des électeurs. En cas de non, ce n’est pas au peuple de partir. C’est à moi de m’en aller »

Ca c’est signé Junker, Premier ministre luxembourgeois et président en exercice de l’union européenne.

Chirac, lui, consulte les dictionnaires pour savoir ce que sIgnifie ce mot bizarre : "décence".

Villepin persiste

« Les mondes de l’Islam et de l’Occident s’entremêlent. Les cinq millions de musulmans de France nous le montrent : la dimension islamique fait partie intégrante de l’Europe (...) Les musulmans européens, authentiques passeurs de culture, représentent une chance que nos sociétés doivent saisir pour se projeter dans l’avenir.

(...) Oui, l’islam a toute sa place en Europe, d’ores et déjà et davantage encore à l’avenir. »

C’est signé Villepin. Incurable.

:: Lire la suite

Retrouvez le Libre Journal de Serge de Beketch sur Radio Beketch,
avec Victoria, J.-P. Rondeau, F. Roboth, Le Marquis et Gofman.

Haut de page