Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 378 du 18 mai 2006

- n° 378 -
18 mai 2006

Y'a t'ès t'ès bon !

Enfin ! François Brigneau revient pour la campagne (présidentielle).
Le scandale "Da Vinci Code" n'est qu'un ridicule téléfilm soporifique.
Le grand copain antisémite de "l'antiraciste" Pierre Perret.
Prisons françaises : des repaires de voyous islamistes antifrançais.
Abbé François Marie Paul : L'Eglise et le judaïsme.

 
Sommaire
Parlons franc
Pourquoi je ne crois pas à l’union des patriotes
Le Libre Journal fait économiser un billet de cinéma à ses lecteurs
"Da Vinci Code" : 45 ans après, Belphégor en pire
Mosquée en Alsace
Patrick Binder relaxé du chef de "provocation à la haine"
La terre ne ment pas
L’agriculture biologique (1)
Journal de campagne (électorale)
I. Clearstream : Chirac déconsidère le système électoral
Racisme anti-Français
Le cauchemar d’un Français en prison
Revue de presse
Pierre Perret vend sa soupe mais oublie le sel...
Les drôles de fréquentations du commis-voyageur du métissage
Monsieur de Villiers et moi
L’ombre d’un doute
Les réveils de Papy Grognon
Greffe et éthique médicale
Reins chinois cachères
Le journal des dames
Presque tout ce que j’aime
Le Mandore Express
Delhi-Jodhpur-Delhi
Errance
Montée en enfer, du Pérou à la Bolivie
Entretien courtois avec Laurent Glauzy
La race des géants, elle a bien existé !

:: Lire

Livres
C’est à lire
Tant qu’à mourir à vingt ans...
Chers frères
L’Eglise et le judaïsme (1)
Mots croisés
La décade du Marquis
La Royal contre la Marine ?
L’humeur de Patrick Gofman
La vérité contre la "Pravda"
Opéra
"Adriana Mater"
Bon Bec
Nappes et macarons
Lettres de chez nous
Quel bide !

L’ahurissant nanard qu’ont révélé les premières projections publiques du très attendu Da Vinci Code pourrait bien se solder par un des grands flops de l’histoire du cinéma. Le premier jou, en tous cas, au Grand Rex de Paris, la salle était très divisée : une moitié était vide. Un tiers de l’autre moitié dormait, un autre tiers avait foutu le camp avant la fin de la première demi-heure de projection et un troisième tiers ricanait (pour les mieux disposés) ou râlait ferme. A la sortie, les avis recueillis par une jeune reporter d’une radio périphérique se résumaient en cinq lettres.

Mon curé chez les mafieux

Il faut dire que dans la série des "n’importe quoi", on a rarement fait mieux. On voit, par exemple, un policier Français membre de l’Opus Dei (insigne en forme de... croix celtique à la boutonnière) donner des ordres, à Londres. A des bobbies britanniques. On y volt un moine se balader à poil en se donnant des coups de fouet à longueur de film. On y voit des évêques décider d’une série d’assassinats en jouant au billard comme des parrains de la mafia avant de s’entre-flinguer à coups de pistolet. Et ce n’est pas un film de Mel Brooks...

Histoire de culte

Bien entendu, le réalisateur n’a pas manqué d’introduire la séquence cochonne de rigueur. Il a même fait très fort puisqu’elle montre une fillette de dix ans découvrant son grand père en train de célébrer un rituel à la "déesse Marie Madeleine" en chevauchant une dame très déshabillée sous les yeux d’adeptes du prieuré de Sion vêtus de coules de moines et au visage caché par des masques vénitiens. Encore un film de culte, en somme...

:: Lire

Retrouvez le Libre Journal de Serge de Beketch sur Radio Beketch,
avec Victoria, J.-P. Rondeau, F. Roboth, Le Marquis et Gofman.

Haut de page