Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 394 du 10 décembre 2006

- n° 394 -
10 décembre 2006

Les staliniens devront s'arracher de leur propre cercueil, avant de déterrer Pinochet pour le "juger" !
Lire p. 3

Royal, la tache qui rit.
Conseils de notre expert financier.
Reportages au Liban, à Ceylan, en Autriche...
Anne Brassié défend la langue au Coûteaux.
Et Brigneau se gausse du Jauressik Park.

 
Sommaire
Parlons franc
Viva il Duce ! Arriba el General Pinochet !
La donneuse de cartes
Le féminisme ésotérique de Ségolène Royal
Bon sens interdit
Surtout, surtout, "ne pas obérer l’avenir" des jeunes criminels
Le journal de campagne (électorale) de François Brigneau
21 - Après Jauressik Park, c’est la fête à Sarkö
Avec des complices au Vatican
Les médias traitent le pape de Turc à Maure
Revue de presse
Echos
C’est pas du français que vous me causez, c’est de la peine...

:: Lire

Encore une provocation foireuse
Ce pauvre Forcari l’affiche mal !
Les Gets
En Savoie, la neige est votre trésor !
Le conseil de notre expert indépendant
Hypothèque rechargeable et crédit viager
Le journal des dames
Mémoires d’enfance
Reportage à Ceylan
"De l’or et de l’argent, de l’ivoire, des singes et des paons"
Retour aux ours
Hörbiger impérial fait ses adieux à Siegolaine
Quelques idées simples sur l’orient compliqué
Une nouvelle guerre libano-libanaise ?
C’est à lire
L’esclave parlera la langue du maître
Chers frères
La messe et les jeunes
La décade du Marquis
De Monaco à Vienne
L’humeur de Patrick Gofman
Télé-thons : cris d’or frais
Théâtre
Trois pièces chaudes
Bon bec
"La Table Russe"
Lettres de chez nous
C’est pas du français que vous me causez, c’est de la peine...

Présidée par Philippe de Saint Robert et composée de Hervé Bourges, ancien PDG de TF1 et ancien président du Conseil supérieur de l’audiovisuel, d’Anne Cublier, de Paul-Marie Coûteaux, de Claude Duneton, d’Yves Frémion, de Michel Girardin, d’Alain Gourdon, et de Dominique Noguez, l’Académie de la Carpette anglaise a attribué son prix 2006 d’indignité civique.

Ce prix distingue un membre des "élites françaises" qui s’est signalé par sa collaboration à l’occupation du territoire de la parole et de l’écrit par le pidgin anglo-américain au détriment de la langue française.

Au premier tour de scrutin et à la majorité absolue c’est le Conseil constitutionnel qui l’a emporté pour ses manquements à l’article 2 de la Constitution qui dispose que « la langue de la République est le français ».

Le Conseil constitutionnel a en effet :

- déclaré conforme à la Constitution le protocole de Londres sur les brevets européens donnant valeur juridique aux langues anglaise et allemande en France.

- Censuré la loi interdisant les langues étrangères dans la communication publicitaire.

- Autorisé la publication par la Commission des Opérations de Bourse de seuls résumés en français des textes étrangers faisant appel public à l’épargne.

Le prix spécial du jury à titre étranger a d’autre part été attribué à Ernest-Antoine Seillière, président de l’union des industries de la Communauté européenne, pour son discours en anglais devant le Conseil européen de Bruxelles en mars 2006.

:: Lire

Retrouvez le Libre Journal de Serge de Beketch sur Radio Beketch,
avec Victoria, J.-P. Rondeau, F. Roboth, Le Marquis et Gofman.

Haut de page