Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 395 du 20 décembre 2006 - pp. 4 à 6, 14 et 15
Bertrand Delanausée

Eclat de rire général chez les lecteurs du trimestriel municipal A Paris publié par la mairie et donc introduit par un éditorial signé Delanausée. Les lecteurs ont découvert avec une surprise bientôt transformée en franche hilarité le titre du poulet Tata Bertrand : « Quoi de plus précieux pour une ville comme la nôtre, que de voir s’établir des relations fécondes entre les générations... »

"Fécondes", qu’il dit le bougre ! A sa place on changerait de nègre : ou il est idiot ou il se fout du monde.

Noël : "Out !"

Les arbres de Noël installés dans l’aéroport international de Seattle (USA) ont été enlevés, en raison de la plainte d’un rabbin qui demandait qu’une menorah géante soit également exposée durant la période des fêtes de Noël.

Après consultation de ses avocats, la direction de l’aéroport a estimé qu’en ajoutant une menorah, elle se verrait sans doute demander ensuite d’installer des symboles des autres religions et cultures occidentales. La saison des vacances est la plus chargée, et la porte-parole a expliqué que les personnels n’avaient pas le temps de jouer aux anthropologues culturels.

Dommage, pour une fois qu’un rabbin voulait célébrer la naissance du Christ...

Pédophilie hallal

Les médias britanniques censurent une affaire abominable de viol collectif.

Selon la police de Blackpool, la petite Charlene Downes, 14 ans, a été enlevée, violée, prostituée et finalement assassinée par deux musulmans dont un "travailleur social" (!) qui, pour faire disparaître le corps, l’ont dépecé et vendu sous forme de kebab. Seule l’édition du Manchester du gratuit Metro a rompu le silence sur cet effroyable crime raciste.

Chez eux chez nous

Sarközy a signé le décret de naturalisation de Chahrazad, qui avait été brûlée gravement par son amoureux pakistanais, et a fait embaucher la jeune fille au ministère de l’Intérieur.

Son expérience sera utile aux victimes. On brûle beaucoup dans les territoires occupés.

Son frère, qui n’a pas été brûlé, a cependant gagné une carte d’identité et un boulot à la préfecture de Seine-Saint-Denis.

Les familles des électrocutés du transformateur EDF de Clichy-sous-Bois (93) attendent la même chose et leur intégration dans les divers services du même ministère.

Quant aux victimes des rodéos nocturnes, on va sans doute leur trouver un salaire au ministère des Transports.

Oui, chef, bien chef !

L’American Jewish Comittee (AJC) a été chargé par Sarközy d’entraîner la police française à Paris, à combattre les "crimes haineux" sous la direction de Paul Goldenberg, expert pour le compte de l’American Law Enforcement et de l’AJC. Le rabbin Andrew Baker, directeur des affaires internationales au sein de l’AJC, a félicité la France pour ce projet et le parlement allemand a commandé au même Goldenberg un programme sur "Les bonnes pratiques pour combattre l’antisémitisme". Le plus simple serait que la France devienne carrément une colonie. On pourrait même faire étendre le Mur à nos frais.

Dieu (pas) donné

A la suite de son passage aux BBR, l’humoriste Dieudonné avait adressé au siège du FN plusieurs invitations à son spectacle. Or, peu de permanents se sont déplacés au Zénith. Motif avancé par certains mauvais esprits : C’est Louis Alliot, secrétaire général du parti et chef de file de la tendance "génération Marine" qui aurait fait confisquer les dites invitations avant leur distribution dans les coursives du Paquebot au motif que « Le FN c’est pas la FNAC ! ».

Pure invention, bien sûr...

La vérité c’est que l’opération n’avait pas le nihil obstat du CRIF.

La vérité si je mens

Edité par la mairie de Paris, la brochure sur l’insertion intitulée "aider les jeunes en difficultés" propose en huit pages, douze photos montrant vingt-six personnes.

Six européens et vingt afro-maghrébins. Une image en grandeur réelle de Paris Delanausée, en somme...

Allo, Marie-Chantâle ?

Autre idée de la mairie révélée par le Perroquet libéré : installer sur le pont du Garigliano une fausse cabine téléphonique en forme de pétales. C’est, nous dit-on, une oeuvre d’art signée Sophie Calle et réalisée par Franck Gehry.

Coût pour les contribuables parisiens : deux cent soixante-dix mille euros.

Pour ce prix, on espère que les SDF ne confondront pas avec une pissotière.

Scandale

Découverte sur Internet : l’introuvable "Les Décombres" de Lucien Rebatet en version téléchargeable gratuite. Pour en savoir plus sur ce scandale, s’adresser à <librejournal@noos.fr>.

Euthanazie

Les recherches du Téléthon visent à légaliser un "eugénisme démocratique" dénoncé par le Pr Testard comme une fausse alternative à l’eugénisme totalitaire pratiqué par les dictatures. C’est ce que le Pr Bernard Debré appelle un eugénisme familial de confort dans son livre significativement intitulé "La Revanche du Serpent", titre qui se comprend mieux si l’on se souvient de Genèse 3:15 : « Je mettrai l’hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance ». On ne saurait mieux dire que les manipulations génétiques et le massacre des embryons sont inspirés par la haine de celui dont "La progéniture de la femme a écrasé la tête du serpent".

Lobby de mort

Une partie des fonds récoltés par l’AFM paie l’hébergement du Pr Peschanski, auteur des premières recherches françaises sur l’embryon. 1,5 million d’euros sont consacrés à ces recherches. 4 millions financent les actions "de revendication" (lobbying) en vue de légaliser le clonage humain que ne cesse de réclamer le même Peschanski.

100 % de tués

Selon l’Agence de Biomédecine 100 % des 23 myopathies de Duchenne diagnostiquées en France en 2003 se sont traduites par l’avortement !

Douste-Blabla

Six mois après le vote de la nouvelle loi sur la bioéthique, le gouvernement français a signé le décret autorisant l’importation de cellules souches embryonnaires pour la recherche. Il s’agit « d’un dispositif transitoire », avait promis Douste, alors ministre de la Santé, en attendant la loi qui autorisera l’utilisation des embryons "surnuméraires". Mais ne lui dites pas qu’il est nazi, il se croit libéral.

Don à la carte ?

Jean-Christophe Parisot, diacre et myopathe, et défenseur du Téléthon, a offert à l’AFM une porte de sortie : pourquoi ne pas proposer au donateur de choisir le type de projet qu’il veut financer ? La solution a été aussitôt écartée par l’AFM. Si on se met à demander l’avis des donateurs, où va-t-on ?

Un vieux mensonge

Depuis des années, chaque Téléthon exibe les fameux "bébéthons" supposés avoir été sauvés par le DPI (Diagnostic Pré Implantatoire). La réalité est à l’exact opposé : ces bébés sont des rescapés de l’holocauste des embryons que permet de pratiquer le DPI au prix d’une sélection éliminant les frères et soeurs malades des enfants en bonne santé. En somme, les enfants guéris que l’on montre pour inciter le gogo à payer n’ont jamais été malades. Les mendiants du Moyen Age utilisaient déjà ce vieux truc de faux infirme...

Mgr Barbarin, déjà...

Contrairement à ce qu’a affirmé la présidente de l’AFM, l’Eglise s’était déjà exprimée notamment par la voix du cardinal Philippe Barbarin, lors des débats bioéthiques de 2004. L’archevêque de Lyon avait qualifié de "transgression sans précédent" l’autorisation d’expérimenter sur les embryons "surnuméraires".

Vérité interdite

"On a en général demandé aux directeurs de ne pas faire de vagues", les directeurs régionaux du ministère de la Santé l’ont avoué aux députés de la mission d’évaluation et de contrôle de la Sécurité sociale au sujet de la réforme de la tarification à l’activité votée depuis 2003. Le Syndicat des Cliniques spécialisées ayant eu l’audace d’affirmer : "Se faire soigner dans une clinique, c’est améliorer les comptes de la Sécu", la Fédération Hospitalière de France présidée par le député PS Claude Evin exige la censure immédiate de cette campagne.

Délit de vérité ? Les mêmes qui se prétendaient partisans d’une réforme de la tarification à l’activité ne veulent plus entendre parler de comparaison de tarifs entre les hôpitaux publics et les cliniques privées. Peut-être parce qu’ils la savent par trop défavorable à leur camp ?

Sommaire - Haut de page