Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 416 du 22 octobre 2007 - p. 18
La première fois

Serge, c’était l’amitié. Je l’ai rencontré pour la première fois en 1980, frais émoulu du Centre de formation des journalistes et encore à l’Institut d’études politiques de Paris. A Minute, où je suis entré quatre ans plus tard, cela détonait, la totalité des journalistes qui y travaillaient s’étant formés sur le tas. Mais mes attaches nationalistes, sans doute plus affirmées que celles de nombre, renversèrent les a priori. Dès la première fois, Serge me témoigna de son amitié. Arrivé pour parler journalisme, la conversation dériva très vite sur les lutins, les trolls et le petit peuple de la forêt. Ce que les Anglais appellent "féerie". C’était bien avant "Le Seigneur des anneaux" mais, avec moi, Serge avait trouvé un interlocuteur solide, m’étant longtemps intéressé à toutes sortes de choses inutiles. Tout y passa, Tolkien, les soucoupes volantes, Charles Fort, les fantômes et la parapsychologie, Planète, "Le Matin des magiciens". Il embraya alors sur Jacques Bergier son ami. Une amitié unique qui devait sidérer Louis Pauwels (qui rafla toute la notoriété) puisque, le jour de l’enterrement de pauvre qu’eut Bergier, c’était Serge qui tenait le bras de sa veuve, une étonnante femme (qui, par ailleurs, militait à l’extrême gauche). A la fin, deux ou trois heures plus tard, je quittai son bureau de l’avenue Marceau. Sur le trottoir, je me rendis compte que nous n’avions parlé ni travail, ni politique alors que l’époque était bouillonnante. Un comble. Mais Serge était comme ça, attentif à tout et surtout à tout ce qui n’intéresse pas les gens sérieux et les tristes sires. Cultivé comme pas un dans des domaines à mille lieues de ceux qui lui permettaient de gagner son salaire. Depuis lors, Serge m’est toujours apparu comme un personnage d’épopée, une espèce de Gimlin intrépide, l’épée toujours en avant. Aujourd’hui, il a rejoint les verts pâturages de la Comtée, où nous, ses amis, le retrouverons tous un jour.

Emmanuel Ratier
Sommaire - Haut de page