Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 3 du 11 mai 1993 - p. 3
Editorial
Le débat va descendre dans la rue

Le Libre Journal l’annonçait dans son dernier numéro : la lutte contre l’immigration clandestine et la délinquance étrangère sera le dossier le plus sensible qu’aura à traiter le gouvernement Balladur.

Les socialistes mobilisent en tout cas à tour de bras groupuscules et officines contre le projet Pasqua, pourtant minimaliste puisqu’il ne vise qu’à imposer aux étrangers le respect de la loi française, sans songer un seul instant à reprendre le principe, pourtant établi par le Front populaire (ce qui devrait séduire Charles Pasqua), de la préférence nationale.

A vrai dire, au moment où ce débat va s’ouvrir à l’Assemblée, tous les ingrédients sont réunis pour la préparation d’un cocktail explosif : situation économique désespérée, terrorisme médiatique assimilant le patriotisme au racisme, refus des jeunes immigrés de faire allégeance, sous quelque forme que ce soit, au drapeau, effondrement total des valeurs et des principes fondateurs de l’esprit national, manque d’imagination et de détermination du gouvernement, paralysie des organes de défense de l’ordre public.

Sous ce chaudron de sorcière, les socialistes sont résolus à allumer le feu d’enfer de la contestation violente.

Adil jazouli, sociologue des banlieues à risques, ne cache d’ailleurs pas ses craintes de voir les jeunes immigrés entrer en rébellion contre un système qu’ils ne craignent ni ne respectent.

Les Renseignements généraux, eux, multiplient les rapports alarmants après l’opération "Bande à Bonnot" menée au métro Jules-Joffrin (voir le Libre Journal n°2), un nouveau degré a été franchi dans l’escalade avec la mise à feu, samedi 8 mai, d’un engin explosif à proximité du domicile de Charles Pasqua. Un tract a été retrouvé annonçant une prochaine récidive « avec cette fois de nombreuses victimes ».

Le message est clair. En même temps que la "droite" revient aux affaires, le terrorisme est de retour dans l’actualité qu’il avait quittée à la suite d’un accord de non agression entre Action directe et le pouvoir socialiste...

Le débat sur l’immigration va descendre dans la rue.

Serge de Beketch
Sommaire - Haut de page