Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 8 du 4 juillet 1993 - p. 23
Chers frères
J’ai soif

D’après Antoine de Saint-Exupéry, à qui je vais faire dire ce qu’il n’a pas voulu dire :

« "Ce qui embellit le désert, dit le Petit Prince, c’est qu’il cache un puits quelque part..."

Et, marchant, je découvris un puits au lever du jour. Le puits que nous avions atteint ne ressemblait  pas aux puits sahariens. Les puits sahariens sont de simples trous creusés dans le sable. Celui-ci ressemblait à un puits de village.

"C’est étrange, dis-je au Petit Prince, tout est prêt : la poulie, le seau, la corde..."

Il rit, toucha la corde, fit jouer la poulie. Et la poulie gémit comme gémit une vieille girouette quand le vent a longtemps dormi.

Lentement, je hissai le seau jusqu’à la margelle. Je l’y installai bien d’aplomb. Dans mes oreilles durait le champ de la poulie et, dans l’eau qui tremblait encore, je voyais trembler le soleil.

Et là, chose encore plus étrange, le puits se mit à parler :

"J’ai soif !"

"Comment ? dit le Petit Prince, toi, le puits, tu me dis : j’ai soif ? Mais c’est moi qui ai soif !"

"J’ai soif de ta soif, repris le puits. De quoi le puits peut-il avoir soif sinon de la soif des voyageurs ?" »

A la femme de Samarie, Jésus avait demandé : « Donne-moi à boire ». Le puits, c’est le Christ. L’eau, c’est l’Esprit-Saint. Le voyageur, c’est toi, c’est moi. Le désert, c’est ta vie, c’est ma ville que je traverse chaque jour. Jésus a soif de ta soif d’absolu, de Dieu. Jésus a soif de ton amour.

« L’eau que je lui donnerai deviendra en lui source d’eau jaillissant en vie éternelle. »

Et l’étoile qui guide le voyageur dans le désert, c’est qui ?

Abbé Guy-Marie
Sommaire - Haut de page