Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 19 du 18 novembre 1993 - p. 3
Editorial
Sans papiers et sans tchador

S’il fallait une preuve que notre société marche sur la tête, elle serait fournie par le rapprochement des affaires de Saint-Ouen et de Nantua qui montre quelle confusion le choc entre idéologie immigrationniste et fanatisme laïcard peut induire.

A Saint-Ouen, un proviseur informe ses élèves étrangers qu’ils ne seront plus accueillis dans l’établissement sans carte de séjour.

Le MRAP s’indigne, la LICRA proteste, Gaubert fronce les sourcils, Pasqua obtempère aussitôt en s’opposant à ce qu’il appelle une « initiative personnelle malheureuse ». Le recteur dénonce la « bévue », « l’excès de zèle » et la « maladresse » d’un fonctionnaire qui, l’imbécile, croyait concourir à l’exécution des lois.

La décision est annulée. Si la Chancellerie obéit au MRAP et à la LICRA, le proviseur sera poursuivi conformément à la loi Gayssot.

A Nantua, des professeurs du Collège Xavier-Bichat font grève contre la présence de quatre élèves musulmanes coiffées du foulard traditionnel qui « porte atteinte aux valeurs de la République ».

Le proviseur interdit l’accès du collège aux jeunes filles.

Le MRAP et la LICRA se taisent en dépit du caractère évidemment discriminatoire de cette mesure. Gaubert ne bronche pas, Pasqua s’écrase. Les enseignants ne seront pas poursuivis au titre de la loi Gayssot.

Conclusion : les contribuables français sont contraints de financer les études d’immigrés clandestins mais les musulmans français ou immigrés réguliers n’ont pas le droit d’habiller leurs enfants conformément à leurs usages pour les envoyer en classe.

Dilemme : que se passerait-il si les musulmanes françaises gardaient leur foulard et fichaient à la poubelle leurs papiers d’identité et se faisaient passer pour des immigrées en situation irrégulière ?

On les protégerait comme immigrées clandestines ou on les virerait comme islamistes ?

La question est, comme on dit, « soumise à l’étude des loges »...

Serge de Beketch
Sommaire - Haut de page