Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 20 du 26 novembre 1993 - p. 3
Editorial
Islamisme et immigration

Des lecteurs ont exprimé leur désaccord avec les éditoriaux consacrés ici à « l’affaire des foulards islamiques".

Ayant voulu ce journal non pour plaire, mais pour exprimer librement et en conscience, fut-ce contre l’opinion majoritaire, ce que je crois ; je redis que le haro lancé par Pasqua-Gaubert et leur clique médiatique contre les islamistes ne vise qu’à couvrir les manigances anti-nationales de la police de la pensée et à détourner l’attention du problème primordial de l’immigration vers le problème secondaire de l’islamisme.

Pour déjouer cette manoeuvre, imposons silence à nos passions et prêtons l’oreille non pas à nos sentiments ou à nos ressentiments mais à notre intelligence et à notre discernement. La menace la plus terrible qui pèse sur notre pays est celle de l’immigration-invasion. Prétendre qu’elle serait plus redoutable pour la tradition et la civilisation française si l’immigré est islamiste plutôt que fétichiste, israélite, bouddhiste ou athée est une sottise et un mensonge.

Sont-ce les islamistes qui saccagent notre jeunesse avec la sous-culture "verlan-rap-tag-Lang" ?

Sont-ce les islamistes qui menacent notre sécurité avec les gangs ethniques, la drogue et les banlieues-ghettos ?

Sont-ce les islamistes qui insultent notre intelligence en asservissant la presse, en faisant régner mensonge et désinformation, en souillant nos petits écrans d’abjecte pornographie ? Sont-ce les islamistes qui excitent la haine franco-française, insultent les catholiques, et assimilent le nationalisme au nazisme ?

Sont-ce les islamistes qui fournissent des milliers d’électeurs supplétifs à la gauche cosmopolite et laïcarde ?

Quand Pasqua aura expulsé le dernier islamiste, quand il aura arraché le dernier tchador, en aurons-nous fini avec l’immigration, le chômage, la misère, la délinquance, la drogue, le sida, la surpopulation carcérale et hospitalière, la ghettoïsation suburbaine, la dictature intellectuelle, la colonisation culturelle, l’affaissement spirituel et moral de notre pays ? Le plus dangereux est-il le "jeune" qui bafoue à chaque instant notre droit ou l’imam qui proclame les lois de Dieu plus importantes que celles de l’Etat ?

Qui d’entre nous ne partage, d’ailleurs, cette conviction ?

La loi Veil vaudrait-elle plus que le décret divin "tu ne tueras point" ?

N’y a-t-il d’urgent, pour l’ordre public, que la persécution médiatique, politicienne et policière d’une poignée de barbus et de gamines en tchador ?

La vérité est simple et terrible : l’Islam fait peur aux Français, parce que les Français ne sont plus catholiques.

Forts dans notre foi, nous ne redoutons rien des autres croyants.

Mais Pasqua n’est pas Bernard l’Hermite et sa croisade n’est que "postiche" de batteur d’estrade.

Acceptons donc, en attendant mieux, cette évidence de bon sens :

Ce n’est pas en persécutant l’Islam en France que l’on règlera le problème de l’immigration.

C’est en réglant le problème de l’immigration que l’on écartera la menace islamique.

Serge de Beketch
Sommaire - Haut de page