Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 22 du 18 décembre 1993 - p. 22
Un jour
Noël

C’est aux héroïques époques de la primitive Eglise qu’assemblés à Rome les docteurs de la Vraie Foi proclamèrent que Jésus-Sauveur était né un 25 décembre ; mais la chrétienté ne fêta pour la première fois officiellement la Noël qu’en 138. La Noël, du latin "natalis dies" - jour de naissance - ou de l’araméen "Emmanuel" - Dieu avec nous -, inspira nombre de contes naïfs et touchants à nos pieux aïeux. Remémorons-en un du XIIIe siècle...

Intitulé « Merveilles qui advinrent en la Saincte Nuit », il débute dans l’étable de Bethléem.

« Marie dit à Joseph : "Doux ami, levez-vous. Le Sauveur me fait comprendre qu’il naîtra un peu avant le jour. Beau doux frère, pour chauffer les langes, voulez-vous quérir du feu à la ville ?" Joseph obtempère, hâtif... A la porte de Bethléem, le bon charpentier voit une forge, et, très humble, il y pénètre. "Vieillard croûlant, gronda le maréchal-ferrant, que me veux-tu ?" "Ami, j’accomplis la quête du feu pour ma dame qui en a grand besoin". "Ah ! ah ! ah ! quel air me chantes-tu ? Tourne les talons ou je te réchaufferai de bois vert !" Joseph, le coeur gros, va s’en aller quand la miséricordieuse épouse du mauvais Vulcain intervient : "Ne peux-tu donner des braises à ce pauvre homme ?" "Qu’il en soit selon ton désir, ma femme. Attends, l’homme. Je me ravise. Je te baillerai un autre jour la bastonnade, et ce soir, je te donnerai autant de vives braises que tu pourras en recevoir dans ton giron." Et le forgeron jeta une pelletée rouge de charbon sur Joseph, lequel reçut le feu comme si c’eût été un panier de poires, et sans avoir la robe gâtée. Des quelques tisons chus au sol, la neige, qui tombait drue, fera des églantiers, créant ainsi... la couleur rose ! »

Ne voilà-t-il point une jolie histoire à raconter aux tout-petits lorsque, après la Messe de Minuit, les bambins savoureront la bûche de Noël ? Bûche qu’on appelle "souque" en Normandie, "mouchon" en Saintonge, "coque" en Berry et "tronche" en Franche-Comté...

Jean Silve de Ventavon
Sommaire - Haut de page