Le Libre Journal de la France Courtoise - n° 104 du 11 septembre 1996 - p. 23
Chers frères
Les gros mecs

Corinthe ! La ville était neuve. César l’avait reconstruite en 44. Il l’élut capitale de la province romaine de Grèce. Ses deux ports, l’un sur la mer Egée, l’autre sur l’Adriatique, faisaient d’elle une cité grouillante d’activité. Un demi-million d’habitants, dont deux-tiers d’esclaves, hommes et femmes de toutes races, matelots, débardeurs, commerçants, loueurs de bateaux, fonctionnaires se côtoyaient étroitement, profitaient du luxe et de la débauche.

Les Corinthiens n’étaient pas aussi raffinés que les Athéniens ! Apollon, Hermes, Poséidon, Athéna-Chalinitis, Hercule, Vénus-Fortuna, avaient leurs temples, les petits philosophes leurs écoles, Aphrodite et ses prostituées le plus beau sanctuaire de la ville ! A tous les coins de rue, les religions à mystères de l’orient séduisaient les indécis. Vingt mille juifs vivaient autour de leurs synagogues. Mêlés à ce monde, les chrétiens nouvellement convertis n’étaient pas de meilleure extraction ils étaient, comme leurs concitoyens, des gros mecs et des grosses bonnes femmes. « Il n’y a parmi vous, écrit saint Paul, ni beaucoup de sages, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de gens de bonne famille » (1,26). « Vous êtes encore charnels » (3,3). « On n’entend parler que d’inconduite parmi vous, telle qu’il n’en existe pas même chez les païens ! » (5,1). L’Apôtre se plaint de leurs divisions (déjà !) ; il les exhorte à quitter leur ancienne conduite : « Fuyez la fornication » (6,13.18). « Ne formez pas d’attelages disparates avec les païens » (2 Co 6,14). Et pourtant ! A ces gens mal dégrossis, saint Paul adresse les paroles les plus sublimes, leur révélant ce qu’ils sont réellement devenus par le baptême : « Vous avez été comblés de toutes les richesses de la science » (1,5). « Vous êtes le temple de Dieu » (3,16). « Vous jugerez les anges ! » (6,3). « Vous avez été sanctifiés » (6,3). A eux, les dockers et les lavandières, il expose les exigences du mariage catholique, l’idéal du célibat, le mystère de l’Eucharistie, le dogme de la Résurrection !

Les épîtres aux Corinthiens sont les plus actuelles parce que les Corinthiens nous ressemblent étrangement, parce que Dieu ne désespère jamais de nous !

Abbé Guy-Marie
Sommaire - Haut de page