L'après Libre Journal - Retour à la liste
L'après Libre Journal
Eclaircissements sur les Illuminati
II - Le monde discourtois et la réaction chrétienne
par Nicolas Bonnal

:: Premier Volet

Maintenant, qui sont les Illuminati ? Ils sont des trois ordres duméziliens, sacerdotal, temporel, matériel, mais dans le désordre : le politico-économique ; le scientifique et technologique ; le médiatique et culturel.

Je crois qu’on pourrait donner leur nom et leur adresse ! Il s’agit d’une grande partie des élites occidentales, de celles qui se rencontrent (Trilatérale ou Bilderberg, le Siècle en France) et se reconnaissent dans un projet collectif ; la mondialisation, l’immigration obligatoire, l’homogénéisation, la sous-culture célébrée, la vie artificielle, l’adoption homo, etc. Tout cela se passe sans douleur et sans consultation, grâce à la démocratie. Jamais un vrai roi n’aurait osé ce qu’on nous impose à notre insu et notre su. On aura compris que les partis politiques relèvent tous des Illuminati, qu’il n’y a rien à en espérer, comme l’a montré la manif du 13 janvier. Les familles se sont retrouvées toutes seules face au Monstre à venir, au bébé en vente libre, celui qu’on jettera sans l’eau du bain qu’on gardera pour les crèmes de jeunesse. Les politiques justes (j’en connais) n’agiront plus qu’à titre personnel. Le parti, c’est la Bête.

Les grands cinéastes ou certains écrivains sont des Illuminati. Je vais évoquer un jour l’exemple de Kubrick, cinéaste le plus prestigieux au monde, mystérieusement mort à la sortie d’Eyes Wide Shut. Je peux aussi évoquer une peintre inconnue que je connais et qui recycle tout le Barnum Illuminati sans le savoir. Si grande est la force d’imprégnation de l’égrégore des frères médiatiques : les poupées, l’oeil qui voit tout, la pyramide, les couleurs, la reine Marie-Antoinette muée en martyre people pour amateurs pervers...

***

Robert Reich a parlé des manipulateurs de symboles, des altérateurs informatiques et médiatiques de la réalité. Il y a une origine mathématique, astronomique et physicienne aux Illuminati (Bacon, Newton, Bailly, Dupuy, etc.). Ces sont les fils des anges maudits qui dévastent la terre et enseignent aux hommes les savoirs corrompus dans la Genèse ou le livre d’Enoch, météo y compris. On peut rajouter les altérateurs économiques (Friedman et ceux qui nous ont fait le coup de la destruction créatrice en transplantant nos usines en Chine), les créateurs cosmétiques et médiatiques comme le photographe Nick Knight (Lady Gaga est sa My Fair Lady, et il est bien sûr chevalier de l’empire britannique) et bien sûr une partie des politiques, surtout les leaders et les commissaires européens (je pense à trois sinistres en particulier, Sutherland, Brittan, Mandelson ; il y a aussi Barroso, "le boueux", d’extraction maoïste, comme souvent en France). Il y a les cliques mondialistes, les antichrétiens, mais il y aussi beaucoup de non-européens ou non-américains maintenant. Le monde Illuminati est un monde de païens et de mécréants et c’est pourquoi il se développe si facilement et si rapidement dans cet orient, extrême ou bien moyen, que les idiots du village traditionnel nous ont fait croire si spirituel, alors que l’homme n’y est qu’un initié ou une chose. Consultez les listes des milliardaires hindous, écoutez leurs interviews pédantes et vous serez édifiés sur les promesses de l’Inde soixante ans après le pantin Gandhi. Quant au PC chinois... combien de sacs Vuitton à l’horizon ? La Chine doit toute sa nouvelle richesse aux commandements Illuminati qui ont décidé pour d’obscures raisons de rayer l’Europe et l’Amérique blanches de la carte. Seule l’Allemagne aura industrieusement résisté.

Vous relativiserez aussi le minable de nos leaders d’opinion et de politique. C’est l’effet DSK avec sa bonne. Dans l’illuminisme tout n’est pas rose. Ce monde vieillit, croupit, il n’est pas créateur, il dévore la planète et les civilisations, il prolétarise et gâche les jeunesses, il n’a pas grand-chose à proposer, ce qui est le propre du diable. Tout le monde s’y emmerde ou fait semblant de s’y amuser, mais en "raquant un max". Son absence de vie sera la suite de la mort de notre culture chrétienne agonisante. C’est au sens strict un monde de morts-vivants où tout est cher pour pas grand-chose. Plus rien n’y est vivant ou authentique, sauf en des endroits ignorés plus que préservés. Comparez la vie d’une cité médiévale à celle des banlieues ou de n’importe quelle city moderne et vous verrez. Le monde moderne est un monde décevant disait Bernanos qui avait essuyé deux guerres mondiales pour rien ou presque. Mais c’est le monde où malheureusement nous devons vivre. C’est aussi un monde de la paranoïa avec ses zones militaires, ses terrains interdits, ses parcs nationaux et ses banlieues protégées ou dévastées. C’est un espace exsangue et bien vampirisé.

Profitez de la guerre, il y aura bientôt la paix, disait-on à Berlin au printemps 45. Il faut se préparer à de terribles et provoqués chocs financiers, à des harcèlements démographiques peut-être je crois à des débuts de massacres. On ne nous laissera pas vivre et vieillir tranquillement bien longtemps (même si on aura recouvert la terre d’immobilier hideux et ruineux) ; il y a trop de dette immonde, cette matérialisation de nos péchés. On veut aussi accélérer le transhumain et la liquidation de l’ancienne génération à coup de fascisme techno et de nouvel ordre mondial. Internet qui est un moyen d’information est aussi, est surtout un moyen de distraction ou de dispersion. Les gens croient avoir agi alors qu’ils n’ont rien fait. Mais l’Ennemi depuis 230 ans ou plus, si l’on remonte à Bacon et à sa "Nouvelle Atlantis", a ceci de bien qu’il fait toujours la même chose. L’argent, la dette, la science, le chaos politique (voyez l’Angleterre de Hogarth et Swift), l’enlaidissement de tout, surtout de l’art, des paysages et de la culture. Sans oublier le désordre dans la santé, dans les esprits, dans les familles, notion bientôt obsolète, et le non-sens dans les nations qui n’ont plus droit à leur identité ou plutôt à leur réalité. Le virtuel tue le réel. Les ONG et les OGM sont notre Armageddon.

***

Certes le monde Illuminati n’est pas viable ; il n’est pas le monde de la cité de Dieu. Nous le supportons parce qu’il n’est pas seulement médiocre, il est aussi mauvais, et presque inefficace. Il est un chaos de gourmandise et de haine qui nécessite toujours plus de guerre, de bouffe et de conquête. Il est intempérant, donc une cité fragile, souvent divisée contre elle-même. Lorsqu’on fait la guerre aux musulmans partout alors qu’on leur obéit au Qatar et qu’on leur laisse imposer leurs règles partout dans les pays postchrétiens, on est un Illuminati. Mais on est surtout un damné imbécile. Il est vrai qu’avec la théorie du chaos comme ligne de conduite... la science moderne attend son Aristophane.

Car la laideur des créations, la monstruosité de leur espace et du paysage actuel, l’ineptie des politiques, la maladresse du verbe et des méthodes, la lenteur des projets (Voltaire a publié "le Mondain" si mal lu il y a trois siècles tout de même), la tricherie des chiffres (200 trillions de dette planétaire, de l’efficacité ?), les déboires démographiques, tout cela montre que ce monde mauvais est aussi un monde maladroit. On le détruit alors, on le remplace par de l’amusement informatique et virtuel. Voyez comment on transforme l’Afrique animale en grand parc d’attractions, parce qu’on n’a pas voulu empêcher la destruction des chimpanzés, nos chers ancêtres ! On est mauvais à la fois sur le plan moral et intellectuel, on n’a pas envoyé l’homme dans les étoiles, on n’a pas triplé la durée de vie de la jeunesse, on n’a su que déclencher des guerres mondiales, créer des embouteillages et des régimes alimentaires, dessiner d’effrayants plateaux de télévision. Le monde des Illuminati est aussi nul que celui du diable hors du jardin d’Eden. Mais c’est ainsi. Il est quand même très laid, il est quand même une insulte à notre intelligence, il est quand même chargé de dérober notre âme. S’il a évolué en cent ans c’est ainsi : il a ignoré les massacres quantitatifs de population, notre ordre Illuminati, parce qu’il a considéré que l’autre méthode pastorale était la meilleure. Comme disait Serge de Beketch à qui je dédis ce texte, si l’on veut tondre le troupeau, il faut le maintenir en vie. Avec de temps en temps un petit sacrifice : un accident d’avions, une prise d’otages, un cataclysme doux...

La poésie moderne « voulait laisser l’initiative aux mots », elle a tué la poésie. La société moderne voulait laisser l’initiative au plan et au programme, elle a tué la société. Le travail moderne voulait laisser l’initiative aux robots, il a tué le travail. La politique moderne voulait laisser l’initiative au citoyen, elle a tué les libertés. Le monde Illuminati ne rend pas très optimiste. Il voulait du nouveau, il fait toujours la même chose. Mais bientôt nous en sortirons. Si seulement nous voulions couper la télé, renoncer à la bagnole, et sortir l’argent (que nous pouvons !) de leurs banques pour cultiver notre jardin...

***

« Car notre lutte n’est pas contre le sang et la chair, mais contre les principautés, contre les autorités, contre les dominateurs de ces ténèbres, contre la [puissance] spirituelle de méchanceté qui est dans les lieux célestes. »

Ep.,6,12.

L’homme moderne serait un Turc disait Tocqueville. Il n’y a pas plus soumis à l’ordre Illuminati que les Turcs, les Chinois, les Hindous, les bons païens, les tout ce qu’on veut.

Les seuls à avoir résisté au monde moderne ont été les chrétiens. Il n’y en a pas eu d’autres, et c’est dommage. Ceux qui voulaient le réformer ou le révolutionner comme Marx ou Rousseau étaient encore plus Illuminati que les autres ; finalement plus dangereux. Seuls les chrétiens ont été à la hauteur de l’enjeu, même si tout le monde, ésotéristes compris, est aujourd’hui ligué pour se moquer du christianisme et lancer des éclairs sur ses dômes si chers ou des commandos de filles nues sous ses nefs, en attendant mieux (la prochaine révolution sera le retour à la case départ avec l’échafaud et le nouveau dialogue des carmélites).

***

Dans l’économie de marché on doit pouvoir acheter une baraque aux Seychelles, une femme à temps indéterminé, un enfant, sa mère porteuse, et bien sûr un juge ou bien un politique. C’est pourquoi les grandes cibles des Illuminati ont bien sûr toujours été le christianisme et les églises chrétiennes. Ce n’est pas un hasard puisqu’il n’y a aucune morale dans le monde chinois, japonais, indien, et même le monde musulman du Golfe. Voyez de près : ce n’est que polygamie, cannibalisme autorisé (vérifiez), avortement béni, pédophilie avérée, polythéisme idiot, fétichisme et superstitions, adoration de la richesse ou culte même du transhumain et des performances sexuelles. Presque tous les ésotérismes ont été créés ou encadrés par les services secrets en "occident". Le christianisme depuis le Christ et depuis saint Paul s’oppose à tout ce mouvement matériel, il doit donc être détruit. Il n’y a donc rien de paranoïaque à s’opposer aux Illuminati quand on se dit chrétien. Ramené à un acquiescement tremblant d’une réalité montante subversive (la terre se remplit effectivement de démons), le christianisme contemporain n’est souvent qu’un christianisme d’acteurs et de menteurs. Les vrais chrétiens, ceux qu’on insulte et qu’on menace, savent eux où ils en sont dans ce monde-ci. Mais l’Ennemi sait maintenant qu’il n’y a pas que des vierges folles, même si les vierges sages doivent apprendre à redoubler d’énergie et s’armer en conséquence. Ce qui nous manque un peu, c’est que nous sommes trop doux, et c’est pour ça que les Illuminati envoient les bacchantes profaner nos églises. Nous devrions nous rappeler du courage physique de Jésus lorsqu’il tresse sa corde pour frapper les changeurs.

Si je devais reprendre une phrase de Nietzsche, c’est bien son invitation à devenir dur. Mais elle est déjà dans Saint Paul !

« C’est pourquoi prenez l’armure complète de Dieu, afin que, au mauvais jour, vous puissiez résister, et, après avoir tout surmonté, tenir ferme. Prenez aussi le casque du salut, et l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu. »

Ep.,6,16.

1er mars 2013 - lien permanent

Serge de Beketch : 'Mémoires Inachevés', présentés par Nicolas Bonnal et Danièle de Beketch

Publicité !

par Serge de Beketch et Patrick Gofman, lors de l'émission du 11 avril 2007 sur Radio Courtoisie. (0:38)


Archives du Libre Journal de Serge de Beketch en ligne

Archives du Libre Journal de Serge de Beketch à télécharger

Nicolas Bonnal : 'Les voyages de Horbiger, ou les Maîtres Carrés'

Patrick Gofman : 'Dictionnaire des Emmerdeuses'

Nicolas Bonnal : 'Mal à Droite - lettre ouverte à la vieille race blanche'

Laurent Blancy : 'Atlas de géopolitique révisé'

Patrick Gofman : 'Vengeances de Femmes'

François Brigneau : 'Faut toutes les buter'

Jean-Paul Chayrigues de Olmetta : 'Almanach du Marquis 2009'

Laurent Glauzy : 'Extraterrestres - Les messagers du New Age'

Retrouvez le Libre Journal de Serge de Beketch sur Radio Beketch,
avec Victoria, J.-P. Rondeau, F. Roboth, Le Marquis et Gofman.

Retour à la liste - Haut de page