L'après Libre Journal - Retour à la liste
L'après Libre Journal
Printemps français
La rage socialiste et la colère héroïque du ventre français
par Nicolas Bonnal

Donnez-moi une livre de chair

William S.

Comme je le disais récemment, il ne faut pas compter sur le social, sur le sozial, comme disait Céline, pour motiver les foules. Les peuples se font tondre partout et ils ne réagissent plus. La dette publique fabriquée par les Shylock de Chypre et de Bruxelles, de Wall Street et d’ailleurs hypnotise le public mais ne l’éclaire pas. Le fait que Christine Lagarde (JMLP se demandait si elle est Française, peut-on savoir ?), dont le français n’est pas sa langue de travail (ce qui explique qu’elle s’exprime aussi mal dans sa langue maternelle à l’Assemblée) passe pour un grand ministre après avoir augmenté notre dette de 500 milliards et fait réduire la part de la France de 6 à 3,6 % de la production industrielle mondiale (en cinq ans !) devrait nous éclairer à ce propos. Et dans le cas de Lagarde comme dans celui des socialistes en guerre un peu partout dans le tiers-monde, surtout ici, il n’y a pas que l’incompétence qui soit en cause. Il y a aussi une mauvaise volonté mondialiste évidente, une volonté de mal faire et de nuire à son peuple, ce qui est la garantie d’un pouvoir moderne, libéré, libérateur, etc. Nous verrons lorsque l’euro s’écroulera et qu’on aura la satisfaction de voir les forces vives, pardon, les capitaux se réfugier comme par enchantement à Wall Street et que nous devrons nous battre dans la rue pour avoir du dollar, pourtant une monnaie aussi zombie que le président post-historique des Etats-Unis aux abois...

La caste mondialisée assise sur ses jets privés et ses femmes de ménage, ses tableaux de maître et ses villas aux îles Moustique, en veut à nos libertés et à notre argent, ce qui va souvent avec. C’est dommage mais c’est comme ça, lisez l’Evangile : « Celui-ci est l’héritier ; venez, tuons-le, et possédons son héritage. » (Matt.,21,38)

***

Le social se tait mais la vie bouge encore et les têtards frétillent, malgré le clonage et les technobiologies, le transhumain, le recyclage des génomes et la fabrique à la chaîne MTV des monstres idiots-visuels. On a donc un million et demi de personnes qui viennent s’agiter joyeusement pour la vie dans la rue et la police socialiste, aux ordres comme toujours, asperge de gaz les femmes et les enfants d’abord, se sent menacée, voit poindre un six février 36, pardon 34, au-dessous. Aux ordres du Bilderbergs dont il est un familier, l’actuel ministre de l’Intérieur n’hésitera pas. Sous le petit-bourgeois et rond-de-cuir tout heureux de bouffer à la table de Rockefeller sommeillera toujours le bourreau républicain en quête de vendéens à écharper.

J’ai fait référence à la livre de chair d’une pièce célèbre, qui permet justement de jouer à la fois, grâce à sa polysémie, sur l’obsession abortive de l’époque et le besoin effarant de la dette (du péché, donc, debout) pour terroriser les populations et le maintenir sous l’éteignoir. Car au final quand on nous prend trop d’argent, c’est toujours de la chair et du sang. Ici non plus Léon Bloy ne s’était pas trompé : l’argent c’est le sang du pauvre. Et on plumera le pauvre et le moyen bien plus que Depardieu ou bien Arnault, de cela on peut être assuré. On a bien vite tourné, et ce n’est pas un hasard, l’épisode malencontreux des 75 %. Et les petits épargnants transformés en oligarques à partir de cent mille euros à Chypre ne seront pas épargnés. La nouvelle garde stalinienne d’un mondialisme démonique et pandémique criera partout au koulak. Et l’on nous ruinera pour sauver leur euro.

***

Tant que les gens se croiront coupables, on les tiendra : c’est l’unique truc que la société techno-libertaire et néo-satanique a pu retirer de la religion, cette idée de la culpabilité invisible, immatérielle, omniprésente. On a tort de fumer, de boire et de manger, on a tort d’avoir un passé, un présent, un futur, on est raciste, on est sexiste, on est bon pour la "cage aux phobes" et les poubelles de l’histoire, etc.

Tant que les Français ne comprendront pas que la dette n’est pas liée à leur santé, à leur âge, à leur vie quotidienne, à leurs excès en somme (vous nous coûtez trop cher, vous êtes de trop sur cette terre, heureusement que l’immigré remboursera vos dettes, d’ailleurs laissez-lui votre place) mais aux banques qui l’ont fabriquée ex nihilo à partir de la loi Pompidou de 74 et de la crise de 2007 (Michel Rocard l’a avoué en ricanant dans une interview incroyable), ils ne se révolteront pas. Mais pour la famille c’est différent.

La France s’est fâchée avec la famille après la Révolution, et la famille est revenue après la Libération. Un beau symbole ! La famille c’est l’exception française en quelque sorte, avec les indices de fécondité les meilleurs d’Europe, les bébés anti-déprime de la presse féminine et les photos devant le château familial loué pour l’occasion à la belle saison. Ici le cirque monstrueux des médias qui repose aussi sur la criminalisation de tout contrevenant ne marche pas. Les journalistes qui ont fait élire le pouvoir en place avec les islamistes et les minorités raciales et sexuelles qui s’éclatent comme disait Philippe Muray avant de mourir, pourront hurler après la France moisie ringarde vieillie etc., ils ne pourront pas empêcher une marée humaine venue des entrailles du pays de se révolter. Le ventre a son héroïsme a dit Victor Hugo. Ce n’est pas la première fois que les femmes montent sur les barricades, on dit même que c’est un symbole médiéval, la révolte des femmes.

***

Les socialistes doivent encore durer cinq ans. Cela va être long. Cela va être très, très long ! S’en rendent-ils compte seulement ? Plus personne ne veut d’eux, cela va être long, pire encore qu’en 81-82 et on a vu comme ils ont fini en 2002. Leur nullité prend des proportions eschatologiques. Leur rage va se muer en dépression, répression, en provocations (attendez-y vous), en tyrannie médiatique et autres, même si la volonté du peuple gronde. Quand ils utiliseront contre les Français une partie de la police conditionnée et lessivée, et notre armée privatisée et chargée des sales boulots de l’OTAN et des "agences", nous pourrons leur rappeler cette phrase d’un film célèbre : nous ne sommes pas des indiens, vous ne pouvez pas tous nous tuer. Et il nous faudra alors sortir de l’abysse de la BCE de Goldman taxes, et de notre réserve, fédérale, ou pas.

On verra : ils finiront peut-être par réveiller l’Histoire, à force de vilenies, les socialistes et leurs commanditaires. Face à la rage écumante de l’élite la colère du peuple gronde.

Le ventre aussi a son héroïsme

Victor Hugo

28 mars 2013 - lien permanent

Serge de Beketch : 'Mémoires Inachevés', présentés par Nicolas Bonnal et Danièle de Beketch

Publicité !

par Serge de Beketch et Patrick Gofman, lors de l'émission du 11 avril 2007 sur Radio Courtoisie. (0:38)


Archives du Libre Journal de Serge de Beketch en ligne

Archives du Libre Journal de Serge de Beketch à télécharger

Nicolas Bonnal : 'Les voyages de Horbiger, ou les Maîtres Carrés'

Patrick Gofman : 'Dictionnaire des Emmerdeuses'

Nicolas Bonnal : 'Mal à Droite - lettre ouverte à la vieille race blanche'

Laurent Blancy : 'Atlas de géopolitique révisé'

Patrick Gofman : 'Vengeances de Femmes'

François Brigneau : 'Faut toutes les buter'

Jean-Paul Chayrigues de Olmetta : 'Almanach du Marquis 2009'

Laurent Glauzy : 'Extraterrestres - Les messagers du New Age'

Retrouvez le Libre Journal de Serge de Beketch sur Radio Beketch,
avec Victoria, J.-P. Rondeau, F. Roboth, Le Marquis et Gofman.

Retour à la liste - Haut de page