L'après Libre Journal - Retour à la liste
L'après Libre Journal
Après l’Apocalypse
Pourquoi les experts sont une menace et se paient notre tête (suite)
par Nicolas Bonnal

Le faux sans réplique a achevé de
faire disparaître l’opinion publique,
qui d’abord s’était trouvée incapable
de se faire entendre ; puis, très vite
par la suite, de seulement se former.

C’est du Debord et c’était avant l’omniprésence du mensonge en réseau.

Il y a évidement des professionnels dans ce monde. En général ils sont sur le terrain. Et puis il y a les experts. En général ils passent à la télé. C’est comme la maçonnerie opérative et spéculative. Malheureusement les premiers sont aux ordres, les deuxièmes les donnent. C’est comme sur les chantiers. On se souvient d’Hans Blix et de ceux qui passaient à la télé.

On ne dira pas ici qu’ils se trompent tout le temps : ce serait leur faire trop d’honneur ou leur trouver une positivité quelconque ; prendre leur contre-pied serait alors utile. Or un expert n’a pas plus de chances de se tromper que le singe qui lance ses fléchettes contre un mur avec le nom des actions cotées en bourse. On se méfiera toutefois des experts "qui concordent". Là, ils approuvent la BCE, ici la FED, ici encore la banque du Japon. Alors attention. Leur masse cette fois joue en leur défaveur.

***

J’ai récemment évoqué les menaces que font peser les experts et leur incompétence à peu près universelle et hélas omniprésente. Comme je n’en suis pas un, d’expert, je suis allé vérifier mes sources livresques qui provenaient d’un très bon petit reportage canadien prenant en compte des données françaises en matière de vin notamment (j’y tiens parce que c’est un des pires scandales qui soient, c’est au niveau de Pollock ou de Damien Hirst : on ne reconnaît pas les vins, seulement les étiquettes). Je recommande donc le livre de David Freedman donc s’appelle "Wrong (tort) ; pourquoi les experts continuent de nous tromper". Heureusement qu’il reste des héritiers de Joseph, en quelque sorte :

« Et Joseph leur dit : Quelle action avez-vous faite ? Ne savez-vous pas qu’un homme tel que moi sait deviner ? »

Freedman rappelle que 50 % des chiffres donnés dans les journaux sont faux, que toutes - oui, toutes - les études économiques sont fausses, que les médecins se trompent à hauteur de 90 %. J’avais connu une doctoresse qui prétendait que les McDonald’s étaient bons pour la santé, que des études (payées bien sûr par la boîte) le démontraient ! Freedman ajoute presque épuisé que « des études ont montré » que l’obésité est finalement bonne pour la santé et que l’exercice est mauvais. « Des études ont montré » : et pour cause, il suffit de les payer.

***

Ce que Freedman ne dit pas, et c’est dommage, c’est que les experts en islamisme, en géopolitique, en nationalisme, en totalitarisme ou bien en terrorisme se trompent aussi. Mais il n’y a qu’eux qui ont le droit de parler à la télé, donc on ne les contredira pas. Comme me disait Serge de Beketch qui en tant que polymathe et journaliste avait beaucoup réfléchi sur ces questions, le débat sur l’avortement opposera les partisans de l’avortement aux experts en ceux qui sont contre ! Idem pour les bombardements de l’Irak, pour le maintien suicidaire de l’euro, pour l’immigration (l’immigré est toujours un bien, il va financer nos retraites, le métis est plus beau, l’islam c’est amour fou, etc.) et tout ce qu’on voudra. Dans le domaine économique j’ai rappelé que les experts Elie et Daniel Cohen, Piketty et compagnie, omniprésents à la télé, avaient signé une lettre dans Le Monde pour l’élection de Hollande, futur grand maître es-efficacité. On leur présentera la note en 2017.

Freedman oublie donc les experts mal intentionnés, les experts bien orientés si j’ose dire. Pensez ensuite à la résistance au mariage pas très gai. Les experts ont d’un coup décrété qu’elle est allée... trop loin. On va donc consulter les experts en extrême droite (nos experts ne sont pas des partisans du conspirationnisme mais ils voient la bête immonde toujours partout !) pour essayer de criminaliser les manifestants gazés du mois dernier (il faut dire comment ? On demande à un expert ?). Les gentilles familles apprendront grâce au fatigant guignol Karl Zéro et au Figaro (le canard boiteux de la bourgeoisie lobotomisée) qu’elles sont les nouvelles armées de chemises brunes rêvant d’en terminer avec la république. Vladimir Volkoff avait déjà expliqué comment l’on avait criminalisé les Serbes avant de ravager leur pays et de leur voler le Kosovo. Les vieilles recettes marchent toujours ! Attention au bébé la prochaine fois.

***

Dans le monde postmoderne l’important est l’incohérence, source de désensibilisation. Ce même expert en démocratie qui voudra détruire la Libye ou le Venezuela au nom de la liberté fera l’éloge du Qatar et de l’Arabie saoudite au nom de cette même démocratie. Le non-sens fait partie du nouvel ordre impérial, comme l’avait écrit Cooper, un conseiller de Blair, dans le Guardian. Et que ça saute ! On attend en tout cas la future bombe qui mettra un frein à la vente des cocottes-minutes et les commentaires en boucle et danse de Saint-Guy des experts sur le prochain Merah (terroriste ou agent secret ?). Debord, toujours :

« Et la dissolution de la logique permet des enquêtes et des procès qui décollent verticalement dans le déraisonnable, et qui sont fréquemment faussés dès l’origine par d’extravagantes autopsies, que pratiquent de singuliers experts. »

Je tiens à souligner une petite erreur de notre commentateur : les experts, dit Freedman, sont là pour semer la confusion et nous empêcher de prendre des décisions. C’est malheureusement faux, car certains lancent des guerres à trois trillions en écoutant des experts qu’on nomme ensuite à la banque mondiale, où un scandale sexuel les fait démissionner (je pense à Wolfowitz, pas à DSK bien sûr...) ! Et je ne parle pas de la Libye ou de la politique de l’abysse, pardon, de la BCE !

***

Un élément est toutefois fascinant dans le livre de Freedman, et il va faire plaisir aux bons chrétiens et à notre amie Brigitte Bardot ; la recherche médicale appuyée sur les animaux est une arnaque. Nous sommes habitués depuis des lustres à torturer des millions (ou des milliards ?) d’animaux en laboratoire pour faire progresser la médecine et nous l’appliquer à nous ensuite, dignes rejetons des singes et de Darwin.

Et bien voici ce que dit Freedman : « the majority of animal research does not translate well to human beings... we know we’re really different than mice (souris) and we’re even really different than apes (les amis de Tarzan !). »

Ai-je besoin de traduire ? A-t-on besoin d’un expert pour traduire (comme disait Gustave Le Bon, apprenez l’anglais tout seul !) ?

David Freedman précise donc que les savants adorent nous rappeler que nous partageons 99 % de nos gènes avec les chimpanzés, les mouches ou les grains de riz (en attendant moins). Or les données dont il dispose montre que ces recherches et leurs trouvailles s’appliquent mal à nous et à notre organisme ! Nous sommes plus compliqués que les singes et les souris, mais c’est tant pis pour notre santé, car l’important est de satisfaire le lobby pharmaceutique et l’humanisme darwiniste.

Il n’est pas simple d’y échapper, car nous sommes tout le temps submergés : « Newspapers, magazines, TV and the Internet oblige us by constantly reporting the stuff », écrit encore Freedman - que je félicite, qu’il mérite son nom ! - et donc le seul moyen d’y échapper est d’éviter les journaux, la télé, les magazines. Tenez-le vous pour dit. Il reste assez de sites intéressants comme ça sur Internet. Notamment <archive.org> et l’Osservatore Romano !

***

Pensez encore bien sûr à la farce du réchauffement climatique : il est pris en charge par des avocats proches de Blair, par des stars briefées, par des milliardaires (essentiellement des gros actionnaires d’eBay et des boîtes Internet), et il est une vérité imposée par des études tronquées (Freedman en parle aussi : « they are manipulating the data »...) et enfin répandu par les médias paresseux ou aux ordres ; et les mêmes qui organisent la prospection en Asie centrale ou la dévastation de la Syrie pour le futur gazoduc qatari, vont nous demander plus tard de payer plus de taxes pour polluer moins. Les mêmes sagouins ineptes continueront de recommander l’utilisation des fertilisants qui servent aussi d’explosifs en Norvège et Boston, et ont rempli le golfe du Mexique d’un océan de méduses.

Les experts sont nos méduses de la pensée.

« Et Joseph leur dit : Quelle action avez-vous faite ? Ne savez-vous pas qu’un homme tel que moi sait deviner ? »

23 avril 2013 - lien permanent

Serge de Beketch : 'Mémoires Inachevés', présentés par Nicolas Bonnal et Danièle de Beketch

Publicité !

par Serge de Beketch et Patrick Gofman, lors de l'émission du 11 avril 2007 sur Radio Courtoisie. (0:38)


Archives du Libre Journal de Serge de Beketch en ligne

Archives du Libre Journal de Serge de Beketch à télécharger

Nicolas Bonnal : 'Les voyages de Horbiger, ou les Maîtres Carrés'

Patrick Gofman : 'Dictionnaire des Emmerdeuses'

Nicolas Bonnal : 'Mal à Droite - lettre ouverte à la vieille race blanche'

Laurent Blancy : 'Atlas de géopolitique révisé'

Patrick Gofman : 'Vengeances de Femmes'

François Brigneau : 'Faut toutes les buter'

Jean-Paul Chayrigues de Olmetta : 'Almanach du Marquis 2009'

Laurent Glauzy : 'Extraterrestres - Les messagers du New Age'

Retrouvez le Libre Journal de Serge de Beketch sur Radio Beketch,
avec Victoria, J.-P. Rondeau, F. Roboth, Le Marquis et Gofman.

Retour à la liste - Haut de page