L'après Libre Journal - Retour à la liste
L'après Libre Journal
Après l’Apocalypse
La France réveillée et le retour du drapeau français
par Nicolas Bonnal

C’est déjà l’heure de nous réveiller du
sommeil, car maintenant le salut est plus
près de nous que lorsque nous avons cru.

Rom, 13, 11

Un journaliste célèbre pour son passé gauchiste, son souci du jour et ses importants revenus s’est montré inquiet de la trop importante présence de blancs dans les manifestations contre le "mariage pour tous". Il en devenait vert de peur, ayant perdu l’habitude. Cela me donna à penser et je fouillais dans mes souvenirs parisiens qui s’estompent.

***

C’était en 2006, pendant la coupe du monde de football. Je marchais avenue Foch quand je croisai un petit groupe de joyeux lurons d’une quinzaine d’années, de petits Français donc qui fêtaient joyeusement la finale de leur équipe. Ils croisent à leur tour un couple, un de ces couples d’incomparables vieux bourgeois du seizième arrondissement, en voie de disparition maintenant dans cette capitale vendue aux quatre coins du monde. La digne vieille dame ne s’en laissa pas conter par ce qu’elle estimait être une débauche de patriotisme mal placé et dit aux petits jeunes : - Encourager l’équipe de France... pour ce qu’il y a de Blancs dans cette équipe !

Et l’un des deux gamins, guilleret comme jamais et joyeusement cynique : - Madame, on a dit allez les bleus ! On n’a pas dit allez les blancs !

Si cela se trouve ces deux gamins pleins d’esprit si français font aujourd’hui partie des cohortes de raflés de la police mondialiste qui agit aux ordres. Les CRS, cette corporation toujours à l’honneur, qui préfère frapper des mères ou se faire humilier par la racaille que désobéir aux ordres, ne sont d’ailleurs plus dans les slogans des SS mais des collabos, ce qui prouve bien que l’on est en France et que les victimes sont françaises cette fois.

***

C’est Tocqueville qui l’écrit à propos de l’Ancien Régime : rien n’est plus insupportable au tyran qui s’approche que ce qui survit de l’ancienne société. C’est ce qui explique l’extermination du christianisme en 1792-94, c’est ce qui explique le génocide ukrainien aussi, car on se supporte pas que ce qu’on pensait avoir détruit, la classe paysanne slave par exemple, ait pu encore survivre à la "moudernité". En France c’est la Vendée, Lyon, Toulon qui firent les frais de cette même vue de l’esprit. La république est entrée dans nos cerveaux à coups de mitrailles, cette continuation de la philosophie par d’autres moyens.

***

Rue de Rennes j’ai pu voir grâce aux images du Salon Beige des drapeaux français, mais d’un balcon. Pendant la rafle froide des mamans, deux jeunes filles belles et bien habillées comme toutes les jeunes filles qui sont allées protester contre la loi de remplacement de l’humanité (et pas seulement du peuple français) agitèrent de leur balcon bourgeois et bien français deux beaux drapeaux bien français. D’où venaient ces drapeaux ? Ne sont-ils pas interdits ? C’est en tout cas le retour de Marianne, d’un peuple parisien qui proteste et qui revendique ses racines, sa jeunesse et son génie (j’en ai assez du mot identité, qui pue l’UMP). Je n’ai pas su si les CRS sont montés pour tabasser ces jeunes femmes et les coffrer au nom de la liberté pour trois couples sur dix mille d’acheter des Google babies au marché mondial de l’offre et de la demande. Mais comme disent les politiques les plus malins, c’est secondaire à côté de la question du social... Il n’y aura décidément jamais un parti pour en sauver un autre.


J’ai vu aussi une scène superbe. Un groupe de jeunes chrétiens, presque tous euphoriques, d’une beauté médiévale, qui enfermés dans un camp de déconcentration (j’ai le droit de parler comme ça ?) pour on ne sait combien de temps, et qui ne gaspillaient ni leur temps, ni de leur talent (ils chantaient Santiano de Hugues Aufray, chanson d’ailleurs très populaire parmi nos amis russes !) et ils faisaient de l’exercice comme un bon commando. Assis au sol, ils laissaient passer sur leur tête un ou une de leurs camarades, prouvant par là leur coordination, leur résistance, leur esprit de corps. Le système n’en a pas encore terminé avec eux. Ils peuvent veiller tout la nuit, ils chantent comme des anges, et ils jouent même de la cornemuse. Si en plus ils se reproduisent comme des... latins, la police du pré catalan et des Bilderbergs va se faire des cheveux blancs.

***

Rien n’est plus beau qu’un peuple endormi et même souillé qui retrouve sa foi en lui et sa conscience de soi. Dans cet asile psychiatrique de l’Europe et de la mondialisation, c’est comme si un fou reprenait conscience. C’est aussi ce que dit Stendhal au début de la "Chartreuse". Relisons ces lignes géniales qui décrivent le réveil de l’Italie à l’entrée des troupes de Bonaparte :

« Un peuple tout entier s’aperçut que tout ce qu’il avait respecté jusque-là était souverainement ridicule et quelquefois odieux. Le départ du dernier régiment marqua la chute des idées anciennes : exposer sa vie devint à la mode ; on vit que pour être heureux après des siècles de sensations affadissantes, il fallait aimer la patrie d’un amour réel et chercher les actions héroïques. »

Au lieu d’ailleurs d’affronter les CRS - c’est-à-dire de se faire charger par eux après quelques provocations concertées - sur la Concorde, certains athlètes feront mieux de faire leur entrée à l’Automobile Club de France si voisin : c’est que se réunit le club le Siècle, d’extraction socialiste et libérale, ou chrétienne-démocrate, ou post-gaulliste (c’est tout un) qui a vendu la France aux plus offrants. C’est la crème de la modernité progressiste, profitez-en.

***

C’est ici que le bât blesse pour la république et son mondialisme de laboratoire et de pacotille : c’est elle qui a vieilli et recourt au matraqueur et au savant fou en quête d’actionnaire pour renouveler son électorat et tuer l’ancienne France qui n’a jamais été si jeune et si dynamique (car c’est la France de Mai 68 qui grisonne, ce n’est pas la nôtre). On voit que les femmes aiment les barricades, que les jeunes échappent à la poigne caparaçonnée de la maréchaussée aux abois, on voit que les enfants éveillés et chrétiens raisonnent mieux que les journalistes arrogants qu’on leur a envoyés pour qu’ils dénoncent leurs parents. C’est d’ailleurs écrit dans l’Evangile qu’un enfant peut être éveillé par l’Esprit, et pas seulement gavé par la télé et par les sucreries (il y a autant d’enfants obèses que de chômeurs adultes dans le sud de l’Europe) :

« Et tous ceux qui l’entendaient s’étonnaient de son intelligence et de ses réponses. »

On voit, on a vu en tout cas que nos frères et nos soeurs Français dans la rue sont prêts à souffrir pour leur idéal. Ce qui se passe en France c’est autre chose que le non à Wall Street. Ce qui se passe en France en ce moment c’est le retour de l’exception française et d’une certaine idée de la France. Je reprends une vieille image : c’est le retour de Jeanne d’Arc et le départ de Lara Croft.

On a compris aussi qu’il ne reste qu’une arme aux socialistes pour terminer leur mandat : utiliser les rebelles syriens. Ils les ont déjà armés, et pour le même propos : la liquidation des chrétiens. Ils les utiliseront contre nous avec autant d’inconscience et de bonne conscience que contre les Syriens. On verra.

« Et tous ceux qui l’entendaient s’étonnaient de son intelligence et de ses réponses. »

30 mai 2013 - lien permanent

Serge de Beketch : 'Mémoires Inachevés', présentés par Nicolas Bonnal et Danièle de Beketch

Publicité !

par Serge de Beketch et Patrick Gofman, lors de l'émission du 11 avril 2007 sur Radio Courtoisie. (0:38)


Archives du Libre Journal de Serge de Beketch en ligne

Archives du Libre Journal de Serge de Beketch à télécharger

Nicolas Bonnal : 'Les voyages de Horbiger, ou les Maîtres Carrés'

Patrick Gofman : 'Dictionnaire des Emmerdeuses'

Nicolas Bonnal : 'Mal à Droite - lettre ouverte à la vieille race blanche'

Laurent Blancy : 'Atlas de géopolitique révisé'

Patrick Gofman : 'Vengeances de Femmes'

François Brigneau : 'Faut toutes les buter'

Jean-Paul Chayrigues de Olmetta : 'Almanach du Marquis 2009'

Laurent Glauzy : 'Extraterrestres - Les messagers du New Age'

Retrouvez le Libre Journal de Serge de Beketch sur Radio Beketch,
avec Victoria, J.-P. Rondeau, F. Roboth, Le Marquis et Gofman.

Retour à la liste - Haut de page