L'après Libre Journal - Retour à la liste
L'après Libre Journal
Relecture post-Apocalyptique
1920 : Chesterton et l’ordre mondial américain
par Nicolas Bonnal

Le scandale fatigant de la NSA et du fuyard Snowden nous éclairent un peu plus sur l’omniprésence de Big Brother et la verve indécente de l’oeil dans la tombe qui regarde Caïn. Dans le monde néolibéral on nous confirme tous les jours que nous travaillons moins bien et coûtons plus cher que les robots qui nous remplaceront, mais que nous sommes pourtant bons à être gardés comme des vaches avec notre code-barres tatoué au front. A quand l’abattoir pour en finir avec tous les fauteurs de la dette immonde ?

Il est évident aujourd’hui que toutes les vraies menaces contre nos libertés et les productions intellectuelles néo-totalitaires viennent d’Amérique et du monde anglo-saxon. Elles ont été sciemment pensées et préparées depuis des siècles. Il n’est pas jusqu’à l’islam saoudien et qatari de nos banlieues qui ne soit l’héritier du preux Lawrence ou une promotion du grand business planétaire. Et nous nous battrons jusqu’au dernier soldat français pour exterminer avec Hollande ou Sarkozy les régimes laïcs de tout le monde arabe et installer en même temps les Frères musulmans à la maison.

***

En 1920 Chesterton visite l’Amérique et voit déjà y poindre tous nos désastres : le crépuscule des libertés, le contrôle de notre santé, la dictature humanitaire et féministe, la tartuferie paritairement correcte, le contrôle technoscientifique. On ne craint pas encore l’antisémite ou l’intégriste, on craint alors le communiste (pourtant installé à Moscou par l’argent des banques US) ou le buveur d’alcool. Et on le contrôle, parce que dans le paradis des libertés dont se moquent alors d’autres génies comme Kafka ("Amerika") ou Céline (le "Voyage"), on ne lésine jamais sur les moyens. On est des problèmes solveurs, dirait Audiard.

Avant nos fouilles humiliantes et immondes dans les aéroports, Chesterton décrit le passage aux douanes de la nouvelle inquisition ; je laisse tel quel son anglais si limpide. Ce francophile écrivait vraiment pour ce qui restait d’esprit français à son époque :

« It would be easy enough to suggest that in this America has introduced a quite abnormal spirit of inquisition; an interference with liberty unknown among all the ancient despotisms and aristocracies. »

Chesterton préfère d’ailleurs la douane - et la police - jordanienne à la douane américaine. L’islam d’avant les fous alliés de l’oncle Sam et de John Bull était plus cool.

Vient la grande phrase digne du génie de la formule de l’auteur du "Nommé Jeudi" : les libertés que nous perdons sont les libertés personnelles. L’homme n’est plus libre de son corps ou de sa santé avec l’arrivée de la prohibition ; il n’est plus maître de sa vie quotidienne.

« But to-day personal liberties are the first liberties we lose. It is not a question of drawing the line in the right place, but of beginning at the wrong end. What are the rights of man, if they do not include the normal right to regulate his own health, in relation to the normal risks of diet and daily life? »

Chesterton annonce bien le capitalisme postmoderne qui contrôle nos libertés par des entreprises privées (notre ami libertarien Bill Bonner choqué par sa vielle mère molestée lors d’un contrôle de sécurité a très bien dénoncé le rôle méphitique de la boîte Booz Allen Hamilton) :

« To say that a man has a right to a vote, but not a right to a voice about the choice of his dinner, is like saying that he has a right to his hat but not a right to his head. »

Les libéraux tartufes comme Hayek ou Friedman ne voulaient pas nous dire que rien n’empêche une entreprise de se mettre au service du servage : il suffit de la payer pour cela. On privatise le fascisme comme la taule ou l’électricité, c’est aussi simple que cela.

Ce totalitarisme de tous les instants annonce bien sûr l’Etat mondial cher à H.G. Welles et au socialisme fabien. Il s’appuie aussi sur la technique (pensez au "Panopticon" du pathologique anglais Bentham, vieux de deux siècles déjà) : contemporain du film le Golem de Wegener, Chesterton voit venir notre destruction aux bons soins des machines :

« He tells us that our national dignities and differences must be melted into the huge mould of a World State, or else (and I think these are almost his own words) we shall be destroyed by the instruments and machinery we have ourselves made. »

L’Etat mondial et son ordre nouveau, Chesterton les voit bien sûr émerger en Amérique avec sa fabrication du citoyen mathématique universel (voir le fameux "Babbitt") :

« Now it is not too much to say that Mr. Wells finds his model in America. The World State is to be the United States of the World... The pattern of the World State is to be found in the New World. »

Le mot pattern est toujours difficile à traduire : on lit le dessein, le dessin, le modèle ; il vient pourtant de notre bon vieux mot patron. Le patron - restons français - de l’ordre mondial se produit via l’américanisation de la planète et par la télévision, les médias et l’homogénéisation de toute la consommation. Les vieilles nations seront détruites et une seule nation toute neuve naîtra partout, sans détermination dirait Peillon.

« The idea of making a new nation literally out of any old nation that comes along. In a word, what is unique is not America but what is called Americanization. »

Le nouvel ordre homogène n’a pas trop besoin de violences militaires (encore que l’impérialisme messianique et humanitaire dénoncé une génération avant Chesterton par le britannique Hobson soit toujours en guerre) parce qu’il est d’inspiration féminine et féministe. Avant que Madonna ou Jolie ne se mêlent d’humanitaire, Chesterton pressent que le totalitarisme des temps nouveaux sera basé sur de bons sentiments, le politiquement correct de nos chers vieux médias. Philippe Muray reprendra la formule : l’ordre nouveau globalisé est une banale nursery où l’on nous casse les pieds et tape sur les doigts.

« And as there can be no laws or liberties in a nursery, the extension of feminism means that there shall be no more laws or liberties in a state than there are in a nursery. The woman does not really regard men as citizens but as children. She may, if she is a humanitarian, love all mankind; but she does not respect it. Still less does she respect its votes. »

Il a bien raison ; la démocratie féministe ne respecte jamais nos votes.

On parle beaucoup de l’ignoble théorie du genre à cause de laquelle des parents martyrs vont en prison en Allemagne et ailleurs. C’est la sauce scientifique, de cette science aux ordres d’essence baconienne qui ne cesse de nous trahir et de nous détruire, qui est ici le plus insupportable. Chesterton encore :

« Now a man must be very blind nowadays not to see that there is a danger of a sort of amateur science or pseudo-science being made the excuse for every trick of tyranny and interference. »

Nous vivons sous le règne de pseudosciences (d’autres exemples ?), et le mot interférence est bien choisi : le système actuel cherche à interférer tout le temps dans nos vies ; tout devient la corvée. Lui échapper devient le sport de tous les héros mais cela limite malheureusement notre liberté à sa seule dimension négative. C’est d’ailleurs ce que disait Heidegger au journal Spiegel en 1966. Le grand esprit allemand ajoutait que la cybernétique avait déjà remplacé la philosophie en occident.

Une conclusion optimiste pour oublier un temps le parc d’attractions sous surveillance ? « L’idée chrétienne est l’avenir du monde » (Chateaubriand).

Et je ne blague même pas.

19 juillet 2013 - lien permanent

Serge de Beketch : 'Mémoires Inachevés', présentés par Nicolas Bonnal et Danièle de Beketch

Publicité !

par Serge de Beketch et Patrick Gofman, lors de l'émission du 11 avril 2007 sur Radio Courtoisie. (0:38)


Archives du Libre Journal de Serge de Beketch en ligne

Archives du Libre Journal de Serge de Beketch à télécharger

Nicolas Bonnal : 'Les voyages de Horbiger, ou les Maîtres Carrés'

Patrick Gofman : 'Dictionnaire des Emmerdeuses'

Nicolas Bonnal : 'Mal à Droite - lettre ouverte à la vieille race blanche'

Laurent Blancy : 'Atlas de géopolitique révisé'

Patrick Gofman : 'Vengeances de Femmes'

François Brigneau : 'Faut toutes les buter'

Jean-Paul Chayrigues de Olmetta : 'Almanach du Marquis 2009'

Laurent Glauzy : 'Extraterrestres - Les messagers du New Age'

Retrouvez le Libre Journal de Serge de Beketch sur Radio Beketch,
avec Victoria, J.-P. Rondeau, F. Roboth, Le Marquis et Gofman.

Retour à la liste - Haut de page