L'après Libre Journal - Retour à la liste
L'après Libre Journal
Les charges de la brigade Kascher
Horbiger et la nuit des longs coteaux
par Nicholas-Kurt Heil

Les animaux se sont retirés dans leur montagnes pour leurs pâtures, ratures et leurs littérature ; on nous a cependant envoyé trois chroniques déjantées d’Horbiger et les siens. Les travaux de copie ont été supervisés par Saul pleureur et Phileas Frog.

Troisième charge.

***

Pendant que Marine la peine patine dans la cacherout, nous sommes en Bourgogne chez un ami biné. Les sages se nourrissent de coquilles d’escargots infiltrés, les devins goûtent le bon vin et l’on célèbre la nuit des longs coteaux comme chaque année, même si pour Coco charnel tous les chemins ne mènent pas à Röhm. Déjà végétaryenne, il lui faudra se résigner aux boissons dites gazeuses - sans offense !

C’est les vacances donc et Horbiger cherche un endroit écarté où d’être homme d’honneur on ait la liberté. Il commence à rédiger l’excellent guide vert des chemises brunes, qui recense tous les endroits chers aux idéalistes germaniques ; il est entouré de nos animaux préférés, maréchal Grommelle (qui en pince pour la générale Chatonne ; on reparlera plus loin de cette affaire people à poil et à fourrure), l’ara Petacci, Ravi Jacob bien sûr, Steven Spitzberg. Maréchal Grommelle, au grand (van) Damme des ennemis du genre inhumain, a fait virer momentanément le lémur des lamentations dont les stridences nocturnes ou bien diurnes l’empêchaient de dormir. Le renard du dessert continue de grommeler contre la civilisation des loisirs et sa race futile.

Mais les autres animaux qui ont bien bu continuent de s’exercer pour un festival qui n’aura rien de Kahn. Abjurant lady caca, les animaux redécouvrent on le sait la chanson française.

Le pingouin Steven Spitzberg a bien retravaillé les paroles de Bernard Lavilliers, écoutez et répétez en choeur :

- C’est en hommage aux camarades néonazis malais !

- Léo Malet nazi ? Pardon, Léo nazi Malet ?

- On écoute !

- De n’importe quel pays de n’importe quel couleur...

- De n’importe quel pays, de n’importe quelle couleur...

- Le nazisme est un cri qui vient de l’intérieur !

- Le nazisme est un cri qui vient de l’intérieur !!!

- Bravo, excellent !

- Steven Spitzberg, tu es vraiment le mâle français !

Arrive maréchal Grommelle qui reprend pour le détourner en le changeant Debord un vieux tube suif (le blues du businessman) :

- J’aurais voulu être un fasciste...

- Et pas un artiste ? Même pas un petit chanteur sépharade à la David et Jonathan ?

- Silence, ravi !

- Pour pouvoir être un anartiste... Et pouvoir faire mon numéro...

- Très bon, très bon !

- ... A Rotterdam ou à Dachau !

- Quel mauvais goût, retirez ça tout de suite maréchal Grommelle !

- Tous les goûts sont dans la nature. Mais tous les dégoûts sont dans la mienne. Heil.

- C’est un scandale ! trois jours dans la cage à latins !

- Et pourquoi pas la chambre à base ?

Le protestataire est bien évidemment ravi Jacob qui est un peu isolé dans cette assistance spongieuse et délictueuse. D’ailleurs les autres animaux ne lui laissent pas le temps de réagir plus longtemps :

- Ravi Jacob, arrête de faire ton Saul pleureur !

- Quel lémur des lamentations ! on va l’abattre encore !

- Esaü larmoyant, tu es une vraie muraille de chouine !

- Va déchanter ailleurs, ravi ! Ce n’est pas ton tour de biner au champ des partisans !

- Ok, ok... je m’en vais voir orbi. En attendant, décrochez-moi ces gousses d’Heil... Qui déshonorent mon portail !

- Pouf, pouf ! More de rire !

- Qui a dit que la France était condamnée à maure ?

- Je vous laisse, ingrates bêtes immondes. On verra quand vous passerez à l’équarrissage.

- Le compas et l’équarrissage on connaît, crapule ! c’est la peau lisse de la pensée !

- Quelle Valls-agitation !

- C’est qui Valls ?

- Un petit brun qui voit la vie en rose et qui nous veut du mal. Il vient du pré catalan.

Ravi Jacob laisse les animaux jouer aux maux croisés assis (et non nazis) et il retourne voir Horbiger très préoccupé par son guide vert-de-gris.

- Alors, Mein fou rire ? votre itinéraire pour cet été ?

- Le 22 juin, on partirait en Russie...

- Où barba te rossera !

- Mais je pensais aussi faire un crochu (pardon pour ton nez), un crochet vers Peenemünde, Bamberg, Nuremberg...

- Non, pas Nuremberg, trop bombardé.

- Oui, le petit chat est mort (celui sublime filmé par Leni Riefenstahl au début de la Volonté d’impuissance, pardon de puissance, et dont la descendante, la générale Chatonne, suscite en maréchal Grommelle un je-ne-sais-quoi de picotement lombaire). On peut aussi se rendre à Heidelberg, à Wewelsburg...

- C’est quoi Wewelsburg ?

- Un endroit où Heinrich hume l’air !

- Est-ce, est-ce...

- Oui, Mandeville ? SS quoi ?

- Est-ce, est-ce un château politiquement incorrect ?

Never mind, Horbiger. Et ensuite ?

- Bien, au Deutsche muséum de Munich, puis dans l’Erzgebirge et au Walhalla !

- Walhalla Akbar ! je vous suis Mein fou rire ! Entre nous le coran passe à cent pour cent ! et ensuite, hors d’Heimat, je veux dire hors d’Allemagne ?

- Et bien en Patagonie, à Bariloche par exemple ! j’ai aussi un faible pour la péninsule de Valdez (nos U-Boot y débarquèrent Tonton en 45), les Torres del Paine et comme tu le sais - cher et spirituel chinchilla - pour le salar d’Uyuni...

- Horbiger ! Horbiger !

- Oui, les enfants ?

C’est un des animaux qui joue aux maux croisés nazis. Ils perdent toujours quand on les bombarde de questions.

- Comment s’appelle le maréchal qui a épousé une secrétaire olé, olé en 36 ?

- Von Blomberg !

- Von Bloomberg ?

- Mais non bourrique à poil, Von Blomberg !

- Merci, orbi...

- Ah, et pendant que j’y suis, le nom de l’écrivain canadien qui a si bien décrit le génocide des prisonniers de guerre Alamans ?

- Bacque, les enfants. Mais pas comme Jean-Sébastien.

- De toute façon l’opinion publique n’en aryen à foutre.

- Toujours gai, hein, maréchal Grommelle !

- Moi je suis un crâne de piaf, fait l’ara Petacci, alors je ne regrette aryen !

- Merci l’ara.

Horbiger attristé par ces questions tragi-comiques à tonalité érotico-exterminatrice rêve de destinations hauturières-oniriques et nationales-surréalistes. Mais le monde est petit. Toujours hâtif et quick-reacting, ravi Jacob lui glisse d’autres destinations heideggériennes à tendance idéalistes-schillérienne.

- On pourra aller en Suisse, à Sion...

- Et pourquoi ?

- Comme tu sais, je conspire à Sion... et on pourrait aller aussi au bord de la mer.

- Au bord de l’amer ? tu sais, depuis que la Marine patine dans la cacherout... que veux-tu faire sans bateau ivre ?

- Un radeau du docteur Mabuse ?

- Pas même, mon ami !

- Je comprends... moi j’adore la guerre sous-marine... eh, les copains, faites passer le mot : elle patine dans la cacherout !

- Surtout à Strasbourg !

- Quelle tristesse, Horbiger ? mais alors où aller ?

- En Mongolie ?

- Et pourquoi pas ? mais pourquoi donc ?

- C’est le pays d’Attila, ou à peu près.

- Et ?

- C’est surtout celui où les rebeus ne repoussent pas.

- Où l’herbe ne... ?

- Mandeville !!!

- Excellent, excellent, Horbiger, tu nous as sorti le meilleur de la journée !

- Et je vous donne ma bénédiction Orbi et gourbi !

7 août 2013 - lien permanent

Serge de Beketch : 'Mémoires Inachevés', présentés par Nicolas Bonnal et Danièle de Beketch

Publicité !

par Serge de Beketch et Patrick Gofman, lors de l'émission du 11 avril 2007 sur Radio Courtoisie. (0:38)


Archives du Libre Journal de Serge de Beketch en ligne

Archives du Libre Journal de Serge de Beketch à télécharger

Nicolas Bonnal : 'Les voyages de Horbiger, ou les Maîtres Carrés'

Patrick Gofman : 'Dictionnaire des Emmerdeuses'

Nicolas Bonnal : 'Mal à Droite - lettre ouverte à la vieille race blanche'

Laurent Blancy : 'Atlas de géopolitique révisé'

Patrick Gofman : 'Vengeances de Femmes'

François Brigneau : 'Faut toutes les buter'

Jean-Paul Chayrigues de Olmetta : 'Almanach du Marquis 2009'

Laurent Glauzy : 'Extraterrestres - Les messagers du New Age'

Retrouvez le Libre Journal de Serge de Beketch sur Radio Beketch,
avec Victoria, J.-P. Rondeau, F. Roboth, Le Marquis et Gofman.

Retour à la liste - Haut de page