L'après Libre Journal - Retour à la liste
L'après Libre Journal
C’est à relire
Bossuet, Job et Sophocle face au génie incomplet de l’homme
par Nicolas Bonnal

Trois génies, trois grands hommes, s’expriment à des siècles de distance sur le génie incomplet de l’homme, sa vocation imparfaite. Le Grec, le Juif et le Français. Les thèmes et les expressions sont si proches que l’on pourrait penser qu’ils se sont plagiés, inspirés les uns des autres. Mais je n’insisterai pas, n’ayant pas grâce à Dieu de cours de littérature comparée à assumer, surtout en ces domaines devenus bien hauts pour nous et notre temps ; je préfère les donner, les redonner plutôt à lire. Il y a le Livre de Job, l’Antigone de Sophocle et le "Sermon sur la Mort" de Bossuet.

***

Je cite Job d’abord, qui voit les exploits techniques de l’homme incomplet mais surtout recherche la sagesse dans le monde (chapitre 28) :

« 3 [L’homme] met fin aux ténèbres et explore jusqu’à l’extrémité de tout, la pierre d’obscurité et de l’ombre de la mort.

4 On creuse un puits loin de ceux qui séjournent [sur la terre] ; oubliés du pied [de l’homme], ils sont suspendus, balancés loin des humains.

5 La terre,... d’elle sort le pain ; et au-dessous, elle est bouleversée comme par le feu.

6 Ses pierres sont le lieu du saphir, et la poussière d’or s’y trouve.

7 C’est un sentier que l’oiseau de proie ne connaît pas, et que l’oeil du vautour n’a pas aperçu ;

8 La bête fauve ne l’a pas foulé, le lion ne l’a pas traversé.

[L’homme] porte sa main sur le roc dur, il renverse les montagnes depuis la racine ;

10 Il creuse des canaux dans les rochers ; et son oeil voit tout ce qui est précieux ;

11 Il enserre les fleuves pour qu’ils ne suintent pas ; et il produit à la lumière les choses cachées.

12 Mais la sagesse, où la trouvera-t-on ? Et où est le lieu de l’intelligence ? »

***

Le choeur de Thèbes ensuite, qui célèbre l’homme au moment de dénoncer le crime d’Antigone ; c’est cette page incomparable de Sophocle qui perçoit presque le péché originel :

« Beaucoup de choses sont admirables, mais rien n’est plus admirable que l’homme. Il est porté par le Notos orageux à travers la sombre mer, au milieu de flots qui grondent autour de lui ; il dompte, d’année en année, sous les socs tranchants, la plus puissante des Déesses, Gaia, immortelle et infatigable, et il la retourne à l’aide du cheval.

L’homme, plein d’adresse, enveloppe, dans ses filets faits de cordes, la race des légers oiseaux et les bêtes sauvages et la génération marine de la mer ; et il asservit par ses ruses la bête farouche des montagnes ; et il met sous le joug le cheval chevelu et l’infatigable taureau montagnard, et il les contraint de courber le cou.

Il s’est donné la parole et la pensée rapide et les lois des cités, et il a mis ses demeures à l’abri des gelées et des pluies fâcheuses. Ingénieux en tout, il ne manque jamais de prévoyance en ce qui concerne l’avenir. Il n’y a que le Hadès auquel il ne puisse échapper, mais il a trouvé des remèdes aux maladies dangereuses.

Plus intelligent en inventions diverses qu’on ne peut l’espérer, il fait tantôt le bien, tantôt le mal, violant les lois de la patrie et le droit sacré des Dieux. »

***

Et Bossuet enfin, le plus proche de nous devenu en un siècle de progrès et d’émancipation le plus lointain de loin. Il va manier les mêmes outils, les mêmes tropes et images que les deux grands Anciens :

« L’homme a presque changé la face du monde : il a su dompter par l’esprit les animaux, qui le surmontaient par la force ; il a su discipliner leur humeur brutale et contraindre leur liberté indocile. Il a même fléchi par adresse les créatures inanimées : la terre n’a-t-elle pas été forcée par son industrie à lui donner des aliments plus convenables, les plantes à corriger en sa faveur leur aigreur sauvage, les venins même à se tourner en remèdes pour l’amour de lui ?

Il serait superflu de vous raconter comme il sait ménager les éléments, après tant de sortes de miracles qu’il fait faire tous les jours aux plus intraitables, je veux dire au feu et à l’eau, ces deux grands ennemis, qui s’accordent néanmoins à nous servir dans des opérations si utiles et si nécessaires. Quoi plus ? Il est monté jusqu’aux cieux : pour marcher plus sûrement, il a appris aux astres à le guider dans ses voyages : pour mesurer plus également sa vie, il a obligé le soleil à rendre compte, pour ainsi dire, de tous ses pas. »

Bossuet voit dans cette force humaine non des raisons désespérées mais des raisons d’espérer ; et nous explique pourquoi :

« N’en doutons pas, chrétiens : quoique nous soyons relégués dans cette dernière partie de l’univers, qui est le théâtre des changements et l’empire de la mort ; bien plus, quoiqu’elle nous soit inhérente et que nous la portions dans notre sein ; toutefois, au milieu de cette matière et à travers l’obscurité de nos connaissances qui vient des préjugés de nos sens, si nous savons rentrer en nous-mêmes, nous y trouverons quelque principe qui montre bien par une certaine vigueur son origine céleste, et qui n’appréhende pas la corruption. »

***

Trois gradations sublimes pour nous mener logiquement à l’espérance chrétienne.

12 août 2013 - lien permanent

Serge de Beketch : 'Mémoires Inachevés', présentés par Nicolas Bonnal et Danièle de Beketch

Publicité !

par Serge de Beketch et Patrick Gofman, lors de l'émission du 11 avril 2007 sur Radio Courtoisie. (0:38)


Archives du Libre Journal de Serge de Beketch en ligne

Archives du Libre Journal de Serge de Beketch à télécharger

Nicolas Bonnal : 'Les voyages de Horbiger, ou les Maîtres Carrés'

Patrick Gofman : 'Dictionnaire des Emmerdeuses'

Nicolas Bonnal : 'Mal à Droite - lettre ouverte à la vieille race blanche'

Laurent Blancy : 'Atlas de géopolitique révisé'

Patrick Gofman : 'Vengeances de Femmes'

François Brigneau : 'Faut toutes les buter'

Jean-Paul Chayrigues de Olmetta : 'Almanach du Marquis 2009'

Laurent Glauzy : 'Extraterrestres - Les messagers du New Age'

Retrouvez le Libre Journal de Serge de Beketch sur Radio Beketch,
avec Victoria, J.-P. Rondeau, F. Roboth, Le Marquis et Gofman.

Retour à la liste - Haut de page