L'après Libre Journal - Retour à la liste
L'après Libre Journal
Echo d’outre-tombe
Le beau et l’utile : architecture et jardins

Vexilla Regis, 13 octobre 2001

La question de l’urbanisme et de l’architecture officielle n’est pas dans la beauté.

La beauté est un critère essentiellement fugace et passager ; la plupart des acteurs de cinéma, par exemple, que l’on trouvait beaux au début du siècle sont grotesques aujourd’hui.

Par définition un monument nouveau est toujours jugé laid par la majorité et quand il est ancien, à part l’obligatoire opinion générale, rien ne prouve qu’il soit beau.

Le Taj Mahal, par exemple, qui est "une des sept merveilles du monde" est à mes yeux une énorme pâtisserie crémeuse alors que la cathédrale de Chartres - que certains considèrent comme un tas de vielles pierres mal ajustées - m’apparaît comme un sommet de l’art religieux occidental.

Je suppose que les vieux égyptiens, en voyant construire les premières pyramides, devaient dire : "qu’est ce que c’est vilain ces trucs modernes. Ca ne ressemble a rien ; d’ailleurs on voit bien que les jeunes travaillent de moins en moins. De notre temps, les murs étaient droits et les étages des maisons avaient la même surface que le rez-de-chaussée. Non mais je vous demande un peu à quoi ça ressemble ces escaliers sur toutes les façades. On voit bien que c’est pas eux qui balaient les marches..." Eh ! Pépé, tu nous fatigue avec tes radotages !

L’urbanisme est une machine à canaliser et à harmoniser les énergies. Energie cosmique, énergie tellurique, énergie vitale. Les Romains - et bien avant eux les Chinois - le savaient qui construisaient leurs villes sur un plan carré avec deux axes (le cardo et le decimanus) se coupant à angle droit au centre de la cité dont le lieu était choisi par les augures en fonction des courants telluriques.

Il est donc hors de propos de dire : "ce monument est beau ou laid" ; la question est de savoir si "ce monument est à sa place ou pas" ; s’il "a la forme utile à cet endroit ou pas".

A propos de Versailles : savez-vous pourquoi les façades côté jardin sont en pierre et les façades côté ville en briques ? Parce que la pierre appartient comme les jardins à l’ordre naturel voulu par Dieu alors que la brique, faite de main d’homme, appartient comme la ville à l’ordre artificiel inventé par l’Homme. Le Palais du Roi Soleil se tient à la frontière, à la lisière, au point de rencontre entre ces deux royaumes : le royaume de Dieu dont le Roi est le Lieutenant et le royaume des Hommes dont le Roi est le père.

En architecture comme ailleurs, le beau est utile, vrai, et bon. Il a un sens. Le laid se reconnaît à ce qu’il est insensé. Chacun peut juger le Sacré-Coeur comme il l’entend. Le fait est que le Sacré-Coeur est là et qu’il protège Paris. On peut trouver que l’Arche de la Défense est un beau monument ou le contraire. Le fait est que sa déviation axiale par rapport au decimanus parisien qui, de toute antiquité, est orienté sur le Mont Saint-Michel est un véritable crime dans l’ordre de la circulation des énergies. Toute la Défense est dans ce cas, d’ailleurs.

Il est un signe qui juge de la validité de la Royauté par opposition au caractère insensé de la république. C’est que toutes les figures royales regardent, dans Paris, vers le levant, le matin, le pays de la Vie, alors que toutes les figures de la république regardent vers le couchant, le royaume des morts. Vérifiez, c’est frappant.

Bon j’arrête parce qu’on en aurait pour la nuit.

Serge de Beketch
(monomaniaque)
***

[Serge ajouta le lendemain, suite à diverses interventions :]

Il est paru un livre qui traite de ces questions d’une façon admirable : Versailles, des jardins vers ailleurs de Vincent Beurtheret (éditions AMDG - 4, rue Salomon Reinach - 78 100 Saint-Germain-en-Laye).

Vous pouvez également vous procurer une vidéo cassette extraordinaire de Paul Barbanegra et Jean Phaure, chez Kronos France Films et dont le titre est quelque chose comme "Versailles, temple du soleil" (je l’ai prêtée à un ami qui, à la surprise générale, ne me l’a pas rendue).

Au Roi (et vite !)

S de B
4 février 2008 - lien permanent

Serge de Beketch : 'Mémoires Inachevés', présentés par Nicolas Bonnal et Danièle de Beketch

Publicité !

par Serge de Beketch et Patrick Gofman, lors de l'émission du 11 avril 2007 sur Radio Courtoisie. (0:38)


Archives du Libre Journal de Serge de Beketch en ligne

Archives du Libre Journal de Serge de Beketch à télécharger

Nicolas Bonnal : 'Les voyages de Horbiger, ou les Maîtres Carrés'

Patrick Gofman : 'Dictionnaire des Emmerdeuses'

Nicolas Bonnal : 'Mal à Droite - lettre ouverte à la vieille race blanche'

Laurent Blancy : 'Atlas de géopolitique révisé'

Patrick Gofman : 'Vengeances de Femmes'

François Brigneau : 'Faut toutes les buter'

Jean-Paul Chayrigues de Olmetta : 'Almanach du Marquis 2009'

Laurent Glauzy : 'Extraterrestres - Les messagers du New Age'

Retrouvez le Libre Journal de Serge de Beketch sur Radio Beketch,
avec Victoria, J.-P. Rondeau, F. Roboth, Le Marquis et Gofman.

Retour à la liste - Haut de page