L'après Libre Journal - [1] [...] [111] [112] [113] [114] [115] [116] [117] [118] [119] [120] [...] [126]
L'après Libre Journal
L’humeur de Patrick Gofman
Viandes avariées

« ALERTE A LA VIANDE AVARIEE ». Titre énorme du Parisien (25 mars), juste au-dessus d’une photo du quantième mariage de l’ex-Première dame de France, Cécilia. Une femme qui pète dans la soie en n’ayant jamais travaillé que la bidoche des hommes, vous appelez ça comment, vous ? Moi aussi.

La nommée Carla Bruni y Tedeschi y Sarközy y tutti quanti, quant à elle, semble s’être donné à tâche d’illustrer le proverbe "Les jeunes putains font les vieilles bigotes". L’actuelle Première dame de France apparaît simultanément bâchée comme une pute pour l’enterrement de sa grand-mère, à Buckingham Palace, et complètement à poil dans les journaux britanniques.

***

La concubine du ministre des Affaires étrangères, Ockrent, DG de France Monde en vertu de sa compétence et de son indépendance, seulement contestées par des misogynes, ne sera pas DG de TV5 Monde. Nos partenaires suisses, belges et québécois ne veulent pas de la voix de son maître à la télé francophone. Sexisme, sûrement...

***

J’ai montré in "Hillary démasquée" quelle menteuse pathologique est la mère Clinton. Elle a à coeur de le confirmer en racontant qu’elle a naguère (1996) débarqué en Bosnie sous une grêle de balles. Vantardise aussitôt démentie par la télé CBS, images à l’appui. Toutes ces dames devraient prendre garde à moins ridiculiser le féminisme, idéologie officielle du mondialisme.

Patrick Gofman

Texte paru sur Novopress
1er avril 2008 - lien permanent
Le monde est un grand cinéma
Marion Cotillard, les stars et le complot du 11 septembre

L’actrice française Marion Cotillard, récent vainqueur des oscars à Hollywood (au cours d’une cérémonie très peu suivie par le public), vient de déclarer qu’elle pensait que les attentats du 11 septembre étaient le fruit d’un complot. Elle l’a déclaré sur Première à Thierry Ardisson, lequel, il y a six ans, avait déjà donné la parole à Thierry Meyssan, lui permettant de faire de L’effroyable imposture un best-seller français et même international.

Pour Meyssan, le 11 septembre est le fruit d’une conspiration ourdie par le lobby militaro-industriel américain, ainsi que par l’extrême droite sioniste (les neo-cons) du parti républicain.

Dans le monde du show-bizz, Marion Cotillard est loin d’être la seule de son avis. L’acteur Charlie Sheen a lui aussi mis en doute l’existence du complot d’Al Qaida, s’étonnant des capacités par trop extraordinaires des pilotes terroristes ("pilotes" dont toute l’expérience se résumait à quelques dizaines d’heures sur simulateur de vol...). Il a été soutenu par un autre acteur, James Brolin, qui jouait des rôles dans Hotel et dans la série militaire Sarasota. Et l’un des plus grands cinéastes vivants, David Lynch, a lui aussi remis en cause, analyse de l’image à l’appui, la thèse de l’écrasement de l’avion contre le Pentagone.

:: Lire la suite

1er avril 2008 - lien permanent
Bouddhisme
Un effet de mode ?

On pourrait penser de prime abord que le bouddhisme en France est un phénomène de mode tiré par quelque personnalité du show-biz et dont la pratique permet d’afficher une certaine spiritualité - ce qui fait bien - tout en étant à distance du christianisme qui, dans un monde superficiel d’orgueil et de vanité, est perçu comme la dernière des ringardises.

L’apparition du bouddhisme en France date des années trente. C’est en 1924 qu’Alexandra David-Neel parviendra à Lhassa avec un jeune tibétain qui lui servait- de guide et d’interprète, Aphur Yongden - qu’elle adoptera par la suite.

Pour la première fois un occidental pénétrait à Lhassa... et en plus c’était une femme ! L’affaire eu un ressentiment énorme. Toutes les sociétés géographiques du monde saluèrent le succès de cette exploratrice qui fut couverte d’honneurs et de gloire. Alexandra David-Neel, grande orientaliste et grande voyageuse, avait alors la cinquantaine.

De retour en France après avoir poursuivi une longue initiation bouddhique au terme de laquelle Yongden fut nommé rinpoché, elle s’établit dans la région de Digne où elle s’installa dans une villa baptisée Samten-Dzong. C’est là, alors que j’étais très jeune, que j’eus l’occasion de la rencontrer... C’était une très vielle dame - elle mourut à plus de cent ans - qui vivait avec une disciple qui lui servait de gouvernante et de secrétaire.

La mort de son fils adoptif en 1955 l’avait laissée très affectée.

Un premier petit centre bouddhique fut installé près de sa maison.

:: Lire la suite

31 mars 2008 - lien permanent
Un jour
Paul Morand

Le 13 mars 1888 naissait Paul Morand. Cent huit ans plus tard et vingt ans après la mort de l’écrivain, Marcel Schneider donnait l’autre mardi une causerie sur "Henri de Régnier et Paul Morand à Venise". Le second ayant été, en littérature, le parrain du troisième, qui fut l’ami du premier.

L’affaire se passa au Cercle Montherlant, fondé par Jacques de Ricaumont, présidé par S.A.R Mgr le comte de Clermont et animé avec ferveur et courtoisie par Emmanuel Fortin-Bôcher. Spirituel, disert et insolent de jeunesse, l’auteur de La Fin du carnaval peignit avec humour une Venise surprenante, regardée comme une femme. Tantôt pieuse, tantôt ribaude, tantôt rieuse, tantôt en larmes mais toujours belle.

:: Lire la suite

31 mars 2008 - lien permanent
Mes biens chers frères
Les stigmates

Quand, après sa Résurrection, Jésus se présente à Thomas, ses mains, ses pieds et son côté portent encore la marque des clous et de la lance. Ce sont les stigmates. Le Ressuscité est bien le Crucifié. Il n’est pas mort de maladie, ni par accident, ni par imprudence. Ce n’est pas de lui-même qu’il est mort mais de la main des pécheurs.

Le désir de voir pour croire, chez Thomas, n’est pas simple curiosité. Thomas n’est pas un homme superficiel. Il pose une exigence, éveillé, plus haut dans le récit, par le Christ lui-même : voir les marques des clous et de la lance, voir les stigmates pour croire.

Ces marques sont le souvenir permanent de la Passion dans le corps du Christ ressuscité. Etonnante unité : crucifié, il était déjà glorieux, et ressuscité, il porte encore les traces de son supplice.

:: Lire la suite

30 mars 2008 - lien permanent
Emeutes et répression au Tibet
Benoît XVI et le bouddhisme

Le quotidien italien La Stampa écrivait, dans son édition du 17 mars 2008 : « Le pape se tait à propos du Tibet. Habituellement prompt à dénoncer les violences où qu’elles aient lieu, le Vatican demeure silencieux au sujet des émeutes au Tibet et de la violente répression des autorités chinoises. »

A la différence de certains de ses prédécesseurs, SS Benoît XVI est extrêmement attentif à la progression du bouddhisme (y compris en Europe) car, par opposition aux autres religions orientales, le bouddhisme est à la fois prosélyte et l’expression d’une "religion sans dieu" dont la perfectibilité de l’individu au fil de réincarnations est l’élément central.

Le pape est conscient que le monde extrême oriental, en pleine mutation, est susceptible de bouleverser l’équilibre des conceptions ésotériques et mystiques du monde occidental et capable de menacer la conception même de Dieu.

Le bouddhisme est pour lui un danger infiniment plus grand que les "chipotages" théologiques, politiques et historiques, même parfois sanglants, qui ont marqué et marquent encore, depuis quinze siècles, le monde monothéiste occidental et sa "trilogie" religieuse : judaïsme, christianisme, islam.

C’est à ses yeux, la remise en cause de la déicité et de l’unicité déique monothéiste que le bouddhisme illustre et répand maintenant jusqu’en Europe. En outre - quel paradoxe - cette remise en cause est le fait d’un monde religieux bimillénaire !

C’est pour cette conception de fond de l’existence de Dieu qu’il entend lutter aux côtés des juifs et des musulmans. Alliance factuelle dangereuse certes, le Vatican en a conclu d’autres ! Mais entre deux maux... il faut choisir le moindre !

Du point de vue politique, plus encore que la nécessaire protection des chrétiens de Chine, c’est la lutte contre l’extension de l’influence bouddhique pratiquée par le gouvernement chinois qui intéresse le Vatican.

Même au prix de la culture tibétaine...

On a déjà vu cela dans l’histoire de la papauté... qui, par exemple, n’a pas hésité à laisser détruire par les ibériques toutes les cultures des Amériques.

Saint-Plaix
29 mars 2008 - lien permanent
Radio Courtoisie
Chronique économique

Après être revenu brièvement sur la crise économique internationale, Jean-Pierre Rondeau, président de "Mégara Finance", met en garde contre une crise immobilière à venir.



Extrait du "Libre Journal de Gérard Marin" du 19 mars 2008. (14:17)
29 mars 2008 - lien permanent
Un scandale bien français
L’affaire Arthus-Bertrand en Argentine

Je vis à Puerto Iguazu, en Argentine, aux portes du Brésil et du Paraguay. J’y ai loué une maison pour écrire et publier en espagnol et en anglais un recueil de contes et de fables intitulé "Rencontre avec les animaux des cataractes". J’ai fait tout cela à mes frais, en même temps que je me faisais des amis dans toute la localité de Puerto Iguazu, une des trois capitales du tourisme en Argentine. Les cataractes d’Iguazu reçoivent plus d’un million de touristes par an et sont certainement un des plus beaux endroits du monde.

Là-dessus, j’apprends un scandale : le dénommé Yann Arthus-Bertrand arrive avec une équipe d’athlètes du reportage, s’installe au Sheraton, consomme, boit (boit beaucoup, d’après ce que j’ai entendu), vole (c’est le cas de le dire) en hélicoptère durant des jours... et s’en va sans payer. On fait croire que l’argent viendra par transfert... L’ardoise est de 32 000 euros, belle somme en Argentine, alors qu’une agence imprudente, ici très fameuse, n’avait même pas demandé d’empreinte de carte bleue.

:: Lire la suite

28 mars 2008 - lien permanent
La Grande Guerre
Assis dans le métro

A la suite de notre article consacré aux "pirates de l’air", un lecteur "ferrovipathe" nous adresse ces informations sur le métro parisien pendant la Grande Guerre.

Le soir du 29 janvier 1916, une bombe, jetée d’un dirigeable, tombe boulevard de Belleville à proximité de la station Couronnes et percute la voûte du tunnel. La Ville de Paris utilisera finalement l’excavation produite par la bombe pour en faire une baie d’aération encore visible aujourd’hui...

Autres stations "victimes de guerre" : Saint-Paul, Campo-Formio et Corvisart.

Malgré cet intérêt marqué des bombardiers pour les taupes parisiennes, les stations assez profondes furent, dès les premiers raids, aménagées en abris antiaériens.

A la première alerte, les trains étaient stoppés, le courant coupé et la population invitée à descendre sur la voie où on lui assurait qu’elle était en sécurité.

C’est paradoxalement cette conviction qui fut à l’origine de l’un des drames les plus meurtriers de l’histoire du métro.

:: Lire la suite

28 mars 2008 - lien permanent
Radio Courtoisie
Parlons... Franc-Maçonnerie

Depuis toujours, la Franc-Maçonnerie fascine les esprits et nourrit les fantasmes. Est-elle une société philosophique, un club mondain, une entreprise démoniaque, une secte, un ordre de chevalerie, un laboratoire d’idées révolutionnaires ou une simple école d’humanité ?

Ancien franc-maçon, Jean-Paul Chayrigues de Olmetta lève le voile dans un opuscule intitulé Parlons... Franc-Maçonnerie. Son approche historique et symbolique très claire ne néglige aucune des questions d’activités, de coûts, de solidarités relatives au fonctionnement des loges. Elle s’enrichit d’un précieux index des cent francs-maçons les plus célèbres de l’histoire, éclairant ainsi les vrais mystères de la Franc-Maçonnerie.

Entretien réalisé par Benoît Mancheron. Avec la participation d’Alain Sanders.



Extrait du "Livre du Jour - Au fil des pages" du 26 mars 2008. (29:23)
27 mars 2008 - lien permanent
L’humeur de Patrick Gofman
On rit de Lesquen !

Henry de Lesquen avait obtenu 26 % à la municipale de Versailles, en 2001. Il se voyait déjà en haut de l’affiche, en 2008 : deux adjoints de l’ancien maire Pinte divisaient les voix de l’UMP. Lui-même avait mis la main sur Radio Courtoisie (RC), très écoutée à Versailles. Résultat : 13 %. Les derniers passagers de la Radio de La Méduse ont du souci à se faire. Le déficit flambait déjà avant Lesquen. Qui geint (3 mars) que « les cotisations sont mal rentrées en février... Sans doute à cause du tiers provisionnel. » Ben voyons. Aucun rapport avec l’épuration de RC, purgée de tous ses animateurs un peu marrants... RC ? Il l’esquinte.

***

La romancière Anna Galvauda lance 300 000 ex. de son nouveau chef-d’oeuvre sur le marché. L’ayant dédicacé deux jours de suite au Salon du Livre de Paris, elle déclare à Radio France (16/3) : « Je me sens comme [le groupe pop allemand pour pré-ados] Tokyo Hotel à moi toute seule. » Si les mots ont un sens, Galvauda nous dit là qu’elle scribouille pour des hordes de pisseuses hystériques.

***

Ce n’est pas du tout le cas de Jean-Claude Valla. Son "Doriot" (éd. Pardès) m’impressionne. En 128 pages, et pour 12 €, il parvient à renouveler les biographies massives déjà parues sur le chef du PPF. Quant aux nombreuses photos qui l’illustrent, j’avoue que 3 sur 4 m’étaient inconnues. J’avoue aussi que de découvrir les visages de Madeleine Doriot et de ses filles m’émeut. Serais-je une midinette digne de Galvauda ?

Patrick Gofman

Texte paru sur Novopress
27 mars 2008 - lien permanent
Un jour
Une maison de premier ordre

Au début du mois de mars 1899, "L’Echo de la semaine" publia ce placard... publicitaire, qu’on pouvait lire sur la porte d’entrée d’un hôtel de Dalton City, une ville canadienne où, depuis 1896, les chercheurs d’or affluaient : "Le propriétaire de l’hôtel informe MM. les voyageurs qu’il ne saurait être tenu à aucune responsabilité quant à leur sécurité personnelle, leur existence ou les voleurs.

MM. les voyageurs sont priés de prendre certaines précautions, chaque fois qu’ils croiront devoir échanger des coups de revolver dans la salle à manger, une balle égarée pouvant atteindre inutilement un domestique ou une personne étrangère à leur discussion. Ils seront personnellement responsables de toute espèce de meubles, glaces, vaisselle, etc., brisés en causant. Les frais de funérailles se paient à part et sont également personnels.

Les voyageurs peuvent, s’ils le désirent, contracter une assurance sur la vie pour la durée de leur séjour.

L’administration ne tiendra aucun compte des plaintes relatives au service.

Tous nos domestiques sont armés et MM. les voyageurs pourront s’expliquer directement avec eux.

Tout voyageur qui prétendrait à l’usage exclusif d’un lit paiera un supplément de deux dollars. Notre hôtel étant une maison de premier ordre, réservée à la clientèle élégante, MM les voyageurs sont invités à se conduire en parfaits gentlemen.

Le propriétaire tient essentiellement à cette condition et se réserve d’appuyer, au besoin, ses exigences par des coups de fusil. Un bal est donné tous les samedis. On n’y est pas admis nu-pieds."

Les frères Dalton et leur joyeuse bande de pistoleros furent-ils clients de cet accueillant établissement, qui n’est point sans rappeler notre "Auberge des Adrets" de sinistre mémoire ?

Jean Silve de Ventavon

Texte publié dans Le Libre Journal n°90 daté du 8 mars 1996.
27 mars 2008 - lien permanent

Serge de Beketch : 'Mémoires Inachevés', présentés par Nicolas Bonnal et Danièle de Beketch

Publicité !

par Serge de Beketch et Patrick Gofman, lors de l'émission du 11 avril 2007 sur Radio Courtoisie. (0:38)


Archives du Libre Journal de Serge de Beketch en ligne

Archives du Libre Journal de Serge de Beketch à télécharger

Nicolas Bonnal : 'Les voyages de Horbiger, ou les Maîtres Carrés'

Patrick Gofman : 'Dictionnaire des Emmerdeuses'

Nicolas Bonnal : 'Mal à Droite - lettre ouverte à la vieille race blanche'

Laurent Blancy : 'Atlas de géopolitique révisé'

Patrick Gofman : 'Vengeances de Femmes'

François Brigneau : 'Faut toutes les buter'

Jean-Paul Chayrigues de Olmetta : 'Almanach du Marquis 2009'

Laurent Glauzy : 'Extraterrestres - Les messagers du New Age'

Retrouvez le Libre Journal de Serge de Beketch sur Radio Beketch,
avec Victoria, J.-P. Rondeau, F. Roboth, Le Marquis et Gofman.

[1] [...] [111] [112] [113] [114] [115] [116] [117] [118] [119] [120] [...] [126] - Haut de page